2 min de lecture Réseaux sociaux

Facebook promet plus de respect en cas de décès des utilisateurs

Face aux demandes de millions d'internautes qui reçoivent encore des notifications concernant un proche disparu, le groupe aux 2,3 milliards d'utilisateurs souhaite mettre à jour ses algorithmes, afin de respecter le deuil des défunts.

Facebook est accusé de permettre une discrimination à l'emploi
Facebook est accusé de permettre une discrimination à l'emploi Crédit : AFP
WP_20170503_044%5b2535%5d
Joanna Wadel
et AFP

À l'heure où plusieurs décès surviennent chaque jour parmi les 2 milliards d'inscrits sur Facebook, le sujet du devenir de nos données post-mortem se pose. Le réseau social a justement promis ce mardi de rendre ses algorithmes plus respectueux du deuil : son intelligence artificielle s'abstiendra d'envoyer aux "amis" d'un utilisateur décédé des notifications, comme les rappels d'anniversaire ou des invitations à des événements. 

Comme le spécifie la société sur son site, à ce jour, lorsqu'un proche décède, il est possible à ses amis ou membres de sa famille de demander - sur la foi de pièces justificatives officielles - à Facebook de transformer son profil en "compte de commémoration", destiné à saluer la mémoire du défunt.  

Ce compte est géré par un "contact légataire", que l'usager avait désigné avant son décès. Les comptes de commémoration n'apparaissent pas dans les publicités, les rappels d'anniversaire, ou les suggestions d'amis.

À lire aussi
Facebook supprime le compte d'un blogueur ultranationaliste réseaux sociaux
Facebook ferme le compte du militant ultranationnaliste Boris Le Lay

Le filtrage des notifications douloureuses amélioré

Mais parfois, faire cette demande "peut constituer une grosse étape que tout le monde n'est pas prêt à franchir immédiatement", relève Facebook. Le réseau social veut donc faire en sorte que personne ne reçoive de notifications concernant le défunt, entre le moment de son décès et celui où un compte de commémoration est créé, explique le groupe américain.

La société est régulièrement interpellée par des parents, conjoints et amis d'utilisateurs décédés, qui reçoivent des notifications ou des montages vidéo montrant leur proche. Certains ont toutes les peines du monde à faire supprimer le compte en question. 

Ces nouvelles mesures devraient également faciliter la suppression du compte concerné. "Si un compte n'a pas encore été (transformé) en compte de commémoration, nous utilisons l'intelligence artificielle pour empêcher (le profil) d'apparaître de façon douloureuse, via par exemple des invitations à des événements ou des rappels d'anniversaire. Nous travaillons à être meilleur et plus rapide là-dessus", dit encore Facebook, qui ne précise pas comment ses algorithmes sauront reconnaître d'eux-mêmes qu'un utilisateur est décédé. 

Plus de 30 millions de personnes consultent des comptes de commémoration chaque mois, ajoute Facebook, qui compte 2,3 milliards d'utilisateurs à travers le monde.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réseaux sociaux Internet Facebook
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797397716
Facebook promet plus de respect en cas de décès des utilisateurs
Facebook promet plus de respect en cas de décès des utilisateurs
Face aux demandes de millions d'internautes qui reçoivent encore des notifications concernant un proche disparu, le groupe aux 2,3 milliards d'utilisateurs souhaite mettre à jour ses algorithmes, afin de respecter le deuil des défunts.
https://www.rtl.fr/actu/futur/facebook-va-renforcer-le-tact-de-ses-algorithmes-en-cas-de-deuil-7797397716
2019-04-10 10:31:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6s9yRYRM2kHAHBuzXcLnsg/330v220-2/online/image/2018/0919/7794855048_facebook-est-accuse-de-permettre-une-discrimination-a-l-emploi.jpg