5 min de lecture High-tech

On a discuté avec des chatbots sur Facebook Messenger

NOUS AVONS TESTÉ - Facebook ouvre sa messagerie aux programmes informatiques automatisés capables de discuter avec des humains. Mais les premières expérimentations sont loin de susciter l'enthousiasme.

Le bot de CNN est l'un des premiers à débarquer sur Messenger
Le bot de CNN est l'un des premiers à débarquer sur Messenger Crédit : RTLnet
BenjaminHuepro
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Facebook ouvre grand les portes de sa messagerie Messenger aux applications de chatbots. Les bots sont des programmes informatiques réalisant des tâches automatisées capables de simuler une conversation avec un humain grâce à l'intelligence artificielle. Mark Zuckerberg a lancé une plateforme pour mettre ses compétences à disposition des entreprises afin qu'elles puissent fabriquer leur propre bot sur Messenger. À terme, les utilisateurs de la messagerie pourront obtenir des informations sur n'importe quel sujet, effectuer des réservations ou commander des produits simplement en ouvrant une discussion avec le bot d'une marque, sans avoir à quitter Messenger. Les utilisateurs n'auront plus besoin d'installer une application pour chaque service ou site marchand sur leur smartphone. Une perspective qui n'est pas dénuée d'intérêt pour la plateforme de Mark Zuckerberg. Car si Facebook a raté le virage des magasins d'applications, Messenger se repose sur une communauté de plus de 900 millions d’utilisateurs.

Une trentaine de partenaires américains de Facebook testent actuellement cette fonction. On retrouve parmi eux des médias (CNN, le Wall Street Journal), des services météo (Poncho), ou de médication en ligne (HealthTap). Ils rejoignent la compagnie aérienne KLM et la centrale de réservation Voyages-SNCF qui proposent des assistants moins évolués depuis plusieurs jours. Pour faire connaissance avec ces bots, il faut retourner sur l'interface principale de Facebook et cliquer sur l'onglet "Contacter" des entreprises qui se prêtent déjà au jeu. Une conversation débute alors automatiquement, accompagnée du message "Get Started" ("Démarrez"). Pour l'instant, l'expérience est loin d'être aussi poussée que ne l'ambitionne Mark Zuckerberg. Certains bots mettent près d'une heure à répondre aux requêtes et la plupart ressemblent à des moteurs de recherche interactifs qui fournissent essentiellement des informations et des liens en réponse à des mots-clés ou des sélections de menus à choix multiples. Loin de l'illusion de discussion "entre amis" promise par le PDG de Facebook.

Pas encore des bots à tout faire

Puisqu'aucun média francophone n'a encore dégainé de bot conversationnel, commençons l'expérience avec le logiciel du géant américain CNN, qui figuraient parmi les premiers partenaires cités par Mark Zuckerberg mardi. Une fois la prise de contact effectuée, le bot de CNN nous informe qu'il enverra tous les jours un résumé des meilleurs titres de l'actualité. Rien de bien différend de la newsletter envoyée par quasiment tous les médias actuels. Le bot propose également de lui demander des informations sur différents sujets d'actualité. La fonction ressemble à ce que propose n'importe quel moteur de recherche puisqu'il n'est pas nécessaire de formuler une question, un simple mot-clé suffit.

À lire aussi
La Game Boy, première console portable de l'histoire, fête ses 30 ans jeux vidéo
VIDÉO - Jeux vidéos : la Game Boy fête ses 30 ans

En tapant "PSG", le bot nous propose trois articles relatifs à l'élimination du club parisien en Ligue des champions : la réaction des utilisateurs de Twitter, un compte-rendu de la rencontre avec les réactions d'après-match et une analyse sur le nouveau cap franchi par Manchester City dans la reine des compétitions de clubs. Rien de bien révolutionnaire en l'état. Sous chaque article, trois choix s'offrent à l'utilisateur : "lire l'article", "articles recommandés pour vous" et "demander à CNN". Les interactions ne s'arrêtent pas là : le bot envoie également régulièrement des messages spontanés pour proposer des sélections d'articles susceptibles de vous plaire, en analysant vos requêtes précédentes.

Les derniers articles d'actualité de "CNN" sur le PSG Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
2 >
Les derniers articles d'actualité de "CNN" sur le PSG Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
Le bot de "CNN" envoie spontanément des articles recommandés au fil de la journée Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
1/1

L'approche du Wall Street Journal est plus basique sur la forme mais s'avère plus poussée sur le fond. Le programme du quotidien économique ne prend pas la peine de simuler une conversation. Il fournit des actualités en réponse à diverses commandes qu'il énonce précisément lors de la prise de contact. Une fois ces règles assimilées, il permet de voir les derniers titres, chercher des actualités, les cours des actions, les mesures financières, comparer deux entreprises, et d'obtenir un aperçu de l'état du marché ou de son portefeuille d'actions.

En tapant "compare $AAPL $MSFT", le bot affiche un graphique des derniers résultats d'Apple et Microsoft. À condition d'être précis dans sa formulation, au caractère près. Sinon, le bot nous demande de reformuler notre demande. Sous les informations s'affichent trois onglets, "plus d'informations" pour poursuivre la lecture, "dernières actualités" et "suivre" pour s'abonner et recevoir un résumé quotidien sur le sujet en question. À l'instar de CNN, le bot envoie ensuite plusieurs messages dans la journée, plus ou moins pertinents, en fonction des précédentes demandes de l'utilisateur.

La liste des commandes du bot du "Wall Street Journal" Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
4 >
La liste des commandes du bot du "Wall Street Journal" Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
Une sélection d'articles du "Wall Street Journal" Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
Les dernières actualités d'Apple proposées par le bot du "Wall Street Journal" Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
Une comparaison des résultats d'Apple et de Microsoft Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
1/1

Parmi les premiers partenaires à utiliser les bots on retrouve aussi Hi Poncho, un service de prévision météo. Le bot commence par demander à l'utilisateur où il se trouve et donne ensuite la température et le temps qu'il fait. Pour certaines destinations, il se risque même à une prévision sur le lendemain et des bulletins allergo polliniques. Malgré un effort sur la forme - il s'autorise quelques répliques amusantes et s'efforce de donner l'impression de discuter comme un humain - le bot souffre encore de quelques défauts de compréhension, ne donne pas les prévisions pour toutes les destinations et ne prend pas en compte le passif de l'utilisateur. Il faut sans cesse préciser la localité dans sa question.

Rencontre avec le bot du service météo Hi Poncho Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
4 >
Rencontre avec le bot du service météo Hi Poncho Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
Le bot Hi Poncho a quelques problèmes de géographie, ou un sens de l'humour développé Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
Il donne les prévisions pour Paris mais est moins inspiré pour Bruxelles Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
Poncho Bot Date : 14/04/2016
1/1

Le service américain de médication en ligne HealthTap a aussi son propre bot qui s'apparente en fait à une simple fonction de moteur de recherche. Le bot propose une sélection d'articles disposant des conseils en lien avec les requêtes des utilisateurs. Il prend ses précautions et demande au préalable de valider les conditions d'utilisation, nous avertissant que nos données demeureront confidentielles et que les conseils dispensés par le bot ne sauraient avoir une quelconque valeur médicale. Ce n'est pas encore SOS Médecin.

Première rencontre avec le bot du service de médication en ligne HealthTap Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
4 >
Première rencontre avec le bot du service de médication en ligne HealthTap Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
La réponse de HealthTap à la requête : "Comment arrêter de boire ?" Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
La réponse à la requête : "Comment soigner sa grippe ?" Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
Les réponses à la requête "Comment commencer la cigarette ?" Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
1/1

Seul bot commercial à l'heure actuelle, 1-800 Flowers, un fleuriste américain, qui propose de livrer des fleurs pour différents types d'occasions (un anniversaire, une déclaration d'amour, un remerciement...). Après avoir renseigné l'adresse de livraison, l'appartement, l'occasion à fêter, le type de bouquet, le nom du destinataire, son numéro de téléphone et le message pour accompagner le bouquet, le bot demande enfin le numéro de carte de crédit. Il faut alors quitter Messenger et rentrer ses informations bancaires sur le site 1-800-Flowers.com, ce qui ne correspond pas vraiment aux promesses de centralisation faites par Mark Zuckerberg.

Le premier bot commercial est celui de 1-800-Flowers Date : 14/04/2016
4 >
Le premier bot commercial est celui de 1-800-Flowers Date : 14/04/2016
1-800-Flowers propose de sélectionner l'occasion à célébrer Date : 14/04/2016
Le bot affiche ensuite une sélection de bouquets "appropriés" Date : 14/04/2016
1-800-Flowers demande au final de renseigner ses informations bancaires Date : 14/04/2016
1/1

Vers une division "bots"/"people"

Malgré les défauts de cette première génération de bots, Facebook semble le groupe technologique le mieux placé pour proposer la plateforme la plus attractive pour les utilisateurs et les entreprises. Le réseau social compte déjà plus de 50 millions de pages ouvertes par des marques et sa base d'utilisateurs lui confère une certaine avance sur ses concurrents Microsoft et Google. D'autant qu'au fil du temps, les bots vont être en mesure de prendre de plus en plus de responsabilités et mieux à même de comprendre les subtilités du langage humain.

Mais pour que l'expérience soit totale, les utilisateurs devront accepter de confier encore plus de données personnelles à ces programmes informatiques automatisés et donc aux marques, qui pourront ensuite leur proposer des services, des conseils ou des offres commerciales les plus pertinentes possibles. Il faudra surtout confier ses coordonnées bancaires, permettant à Facebook d'amorcer la monétisation de Messenger, qui était gratuit jusqu'à présent.

L'invasion de bots implique aussi une nécessaire restructuration de la messagerie Messenger. En quelques heures, CNN, le WSJ et d'autres bots ont d'eux-même envoyé plusieurs messages qui se mêlent à ceux des "vrais" amis dans la boîte de réception qui prend alors des airs de véritable boîte à spam. Il pourrait rapidement devenir fastidieux de faire le tri entre les messages et Messenger perdrait rapidement de son pouvoir d'attraction. Mais au regard des visuels publiés par Facebook, une division entre les bots et les humains semble déjà dans les tuyaux.

La boîte de réception de Messenger ressemble désormais à une boîte de spam Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
2 >
La boîte de réception de Messenger ressemble désormais à une boîte de spam Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
Messenger devrait accueillir une boîte de réception réservée aux bots Crédits : Facebook | Date : 14/04/2016
1/1
La rédaction vous recommande
Lire la suite
High-tech Facebook Connecté
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782821943
On a discuté avec des chatbots sur Facebook Messenger
On a discuté avec des chatbots sur Facebook Messenger
NOUS AVONS TESTÉ - Facebook ouvre sa messagerie aux programmes informatiques automatisés capables de discuter avec des humains. Mais les premières expérimentations sont loin de susciter l'enthousiasme.
https://www.rtl.fr/actu/futur/facebook-lance-une-armee-de-chatbots-mais-que-peut-on-faire-avec-eux-7782821943
2016-04-15 08:25:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/YlX5SFxfiROpqhM6IriQIQ/330v220-2/online/image/2016/0414/7782828898_le-bot-de-cnn-est-l-un-des-premiers-a-debarquer-sur-messenger.JPG