3 min de lecture Connecté

Facebook lance Facebook Pay, le premier étage de sa future "super app"

Le réseau social lance une plateforme de paiement commune à toutes ses applications. Une nouvelle étape dans son projet d'application globale.

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, lors du sommet F8 de San Francisco en 2015
Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, lors du sommet F8 de San Francisco en 2015 Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Facebook fait un pas de plus vers sa future "super app". L’entreprise de Mark Zuckerberg a annoncé à la surprise générale le déploiement cette semaine aux Etats-Unis de Facebook Pay, sa plateforme de paiement unifiée sur laquelle le groupe travaille depuis plus de quatre ans. Facebook Pay va permettre aux 2,7 milliards d’utilisateurs de Facebook de transférer de l’argent à leurs contacts ou de régler des achats en ligne via une solution commune.

La plateforme commencera à être déployée sur Facebook et Messenger pour des collectes de fonds, les achats intégrés dans les jeux en ligne, l'achat de billets pour des événements, les paiements entre particuliers et certaines transactions sur la "Market place". Le service sera étendu à toutes les applications de la galaxie Facebook, Instagram (1 milliard d’utilisateurs), Messenger (1,3 milliard) et WhatsApp (1,5 milliard), dans les mois à venir. Aucune date de lancement européen n’a été communiquée pour l’instant.

Développé avec PayPal et Stripe, Facebook Pay vient harmoniser les différentes solutions de paiement proposées par les messageries du groupe. "Les gens utilisent déjà les paiements via nos applications. Facebook Pay facilitera les transactions", assure le réseau social dans un communiqué de presse.

Facebook permet depuis plusieurs années aux utilisateurs de Messenger de s’envoyer des fonds ou de régler des achats sur la "Market Place" mais ces systèmes sont circonscrits au périmètre de chaque application. Facebook Pay vient s’affranchir de ces limitations pour tirer parti de la force de frappe considérable que lui confèrent les plus de 2 milliards d’utilisateurs de son écosystème. 

Pas de lien avec le portefeuille Calibra

À lire aussi
Manuel Valls coronavirus
Coronavirus : Manuel Valls défend l'utilisation d'une application de tracking

Comme Apple Pay, Facebook Pay fonctionne une fois synchronisé avec une carte bancaire. Le service est compatible avec la plupart des cartes de crédit et de débit du marché et Paypal mais n’est pas lié au portefeuille Calibra, qui fonctionnera sur le réseau libra mené en parallèle par Facebook et une vingtaine d’acteurs de la finance mondiale mais qui rencontre pour l'instant une vive opposition des régulateurs et des acteurs traditionnels du système financier. 

Facebook a mis en place des mesures de sécurité pour rassurer les utilisateurs. Ces derniers pourront choisir d’utiliser Facebook Pay pour toutes les applications du groupe ou pour une seule application à la fois. Les paiements effectués via Facebook Pay seront authentifiés avec la reconnaissance faciale ou le lecteur d’empreintes digitales du smartphone avec la possibilité d’ajouter un code PIN pour augmenter le niveau de protection des transferts d’argent. Facebook entend aussi s’appuyer sur l’expertise de PayPal pour détecter les fraudes et notifier aux utilisateurs lorsqu’une opération suspecte est repérée.

Sur le plan de la confidentialité, Facebook indique que les numéros de cartes et de comptes bancaires seront stockés et chiffrés en toute sécurité. Le groupe s’engage à ne pas collecter les données liées à l’historique d’achat des utilisateurs pour les partager avec des annonceurs mais se réserve le droit d’utiliser certaines informations pour améliorer son ciblage publicitaire.

Facebook se rêve en "super app"

Avec Facebook Pay, Facebook franchit une nouvelle étape dans son projet de rapprochement des différentes messageries de Messenger, Instagram et WhatsApp amorcé en début d'année. Face au désamour de ses utilisateurs, Mark Zuckerberg souhaite créer une messagerie centralisée permettant aux internautes d’utiliser Facebook et ses services sans avoir à changer d’application en créant des passerelles entre chacune d'elles. 

C’est le modèle de WeChat, en Chine, qui agrège une multitude de services du quotidien allant du réseau social à la banque en ligne en passant par la livraison de repas ou la mise en relation avec les entreprises. Contrairement à Facebook, WeChat génère peu de revenus grâce la publicité. Le géant chinois se rémunère grâce aux licences payées par les entreprises qui souhaitent proposer leurs services au milliard d’utilisateurs de son écosystème et aux commissions qu’il prélève sur les transactions qu’elles génèrent. Cela passe par un parc d’utilisateurs massif et par un système de paiement unifié.

Facebook n’est pas le seul géant occidental à vouloir se réinventer en "super app". Uber a récemment enclenché la fusion de ses services de transport et de livraison de nourriture pour proposer une application globale. Le géant du VTC aspire ainsi à devenir "le système d’exploitation pour la vie quotidienne" avec une solution de paiement intégrée mais aussi une toute nouvelle offre de services financiers, Uber Money, lancée fin octobre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Facebook Finance
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants