2 min de lecture Connecté

Facebook : "Ce qui est gratuit vous coûte finalement très cher", constate Lenglet

ÉDITO - Le scandale Facebook, sur l'utilisation des données personnelles à des fins politiques, va-t-il changer la pratique des réseaux sociaux, où la gratuite n'est finalement qu'apparente ?

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Facebook : "Ce qui est gratuit vous coûte finalement très cher", constate Lenglet Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Loïc Farge

Après le scandale Facebook, le patron et fondateur de l'entreprise était convoqué mardi 10 avril pour s'expliquer devant les parlementaires américains. Des excuses circonstanciées, c’est ce qu'a fait Mark Zuckerberg devant le Congrès à Washington.

Vous vous souvenez que l'entreprise est accusée d'avoir laissé utiliser, à des fins politiques, les données personnelles de 87 millions d'utilisateurs du réseau social, principalement américains, et d'avoir laissé la porte ouverte à la diffusion de "fake news" (des fausses nouvelles).

C'est toute la question de la confidentialité des échanges sur Facebook qui est posée par cette affaire. Des excuses donc. Mais des excuses à 17 milliards de dollars. La valeur de Facebook a, en effet, progressé de cette somme pendant les cinq heures de témoignage de Mark Zuckerberg.

Ce dernier a donné le sentiment d'être conscient des problèmes, de regretter les abus qui ont été commis, mais sans donner pour l'instant beaucoup de solutions. Si ce n'est une incitation à destination des utilisateurs, pour dénoncer l'utilisation abusive de données.

Révision des "conditions générales" ?

À lire aussi
Le Galaxy S10 et le S10+ comptent trois modules photo au dos Connecté
Les meilleurs smartphones de 2019 selon votre budget

Cette affaire va-t-elle changer les réseaux sociaux ? Les parlementaires ont clairement évoqué une régulation prochaine, si Facebook ne mettait pas bon ordre. Zuckerberg lui-même a mentionné de façon positive le dispositif européen de régulation, qu'on appelle RGPD, qui entre en vigueur le mois prochain, et qui est beaucoup plus contraignant pour les entreprises qui utilisent les données personnelles.

Il va également y avoir des changements sur ce qu'on appelle les "conditions générales" des applications, qui sont bien souvent très contestables dans leur forme. C'est ce qu'on vous demande d'approuver lorsque vous vous inscrivez sur un réseau social ou que vous utilisez une application. C'est une sorte de contrat qui vous lie au service.

Bien souvent, on ne fait que répondre "oui" en cliquant, pour avoir accès au service. En réalité, on approuve des textes extrêmement longs, complexes, tortueux et écrits en caractères minuscules, à côté desquels les contrats d’assurance sont des contes pour enfants. Des textes qui servent à protéger, au plan juridique, l'entreprise prestataire et à "ficeler" l'utilisateur.

Un calcul a été fait : il faudrait quelque 60 jours à temps plein pour lire toutes les conditions générales des sites de l’utilisateur moyen. Tout cela manque de transparence. Les parlementaires ont enjoint à Facebook de présenter des conditions claires et intelligibles.

Vers un Facebook payant ?

Le modèle économique de Facebook va-t-il changer ? C'est possible. Aujourd'hui, le réseau est gratuit, mais la gratuité n'est qu'apparente. En réalité, l'utilisateur paie sous deux formes :  il regarde la publicité, et il fournit ses données personnelles sur sa vie, son comportement de consommateur, etc.

Demain - Zuckerberg l'a évoqué indirectement -, il y a aura peut-être aussi un Facebook payant pour l'utilisateur. On peut imaginer qu'il offrirait alors des garanties beaucoup plus solides sur la confidentialité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Facebook Mark Zuckerberg
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792972087
Facebook : "Ce qui est gratuit vous coûte finalement très cher", constate Lenglet
Facebook : "Ce qui est gratuit vous coûte finalement très cher", constate Lenglet
ÉDITO - Le scandale Facebook, sur l'utilisation des données personnelles à des fins politiques, va-t-il changer la pratique des réseaux sociaux, où la gratuite n'est finalement qu'apparente ?
https://www.rtl.fr/actu/futur/facebook-ce-qui-est-gratuit-vous-coute-finalement-tres-cher-constate-francois-lenglet-7792972087
2018-04-11 08:09:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/XsIL_2YfvGMDwk5lXHHvxQ/330v220-2/online/image/2018/0409/7792945766_facebook-est-vise-par-un-scandale-d-ampleur-internationale.jpg