3 min de lecture Connecté

Facebook accusé d'avoir laissé des entreprises lire vos messages privés

Le réseau social est accusé par le "New York Times" d'avoir accordé à certaines entreprises partenaires un accès privilégié aux messages privés ou aux contacts de ses utilisateurs.

Avec plus de 2,2 milliards d'utilisateurs, Facebook est le plus grand réseau social de la planète
Avec plus de 2,2 milliards d'utilisateurs, Facebook est le plus grand réseau social de la planète Crédit : AFP
BenjaminHuepro
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Chaque semaine qui passe apporte son lot de déconvenues pour Facebook. Dans l’œil du cyclone depuis l'affaire Cambridge Analytica au printemps dernier et victime du piratage le plus important de son histoire cet automne, le premier réseau social voit sa politique de traitement des informations personnelles de ses membres, et plus précisément leur transmission à d'autres entreprises, peu à peu révélées au grand jour par la presse. 

Début décembre, des emails confidentiels de l'entreprise de Mark Zuckerberg dévoilés par le Parlement britannique montraient comment le réseau social avait offert à certaines entreprises, dont Netflix, Airbnb et Lyft, un accès privilégié aux données personnelles de ses utilisateurs malgré les restrictions imposées aux applications tierces depuis 2015. 

Une enquête du New York Times affirme aujourd'hui que Facebook a donné à plus d'une centaine de partenaires un accès aux informations de ses membres encore plus intrusif qu'il ne l'a jamais admis, sans jamais recueillir le consentement explicite de ses utilisateurs.

À lire aussi
Les armées françaises sont désormais dotées d'une doctrine de lutte informatique offensive pour répondre  à la multiplication des menaces dans le cyberespace Connecté
La France à l'offensive dans le cyberespace

Netflix et Spotify autorisés à lire les messages privés

Selon les documents internes consultés par le journal américain et des témoignages de plusieurs dizaines d'anciens employés de l'entreprise, Facebook a conclu des contrats avec plus de 150 entreprises, pour l'essentiel technologiques et médiatiques, pour les exempter de sa politique globale de confidentialité et leur permettre d'accéder aux donnés de centaines de millions de personnes tous les mois pendant sept ans, de 2010 à 2017. Certains accords étaient encore en vigueur cette année.

Parmi les entreprises privilégiées, Netflix, Spotify, mais aussi la Banque royale du Canada ont été autorisées à lire les messages privés échangés par des dizaines de millions d'utilisateurs du réseau social. Selon le New York Times toujours, ces sociétés avaient également la possibilité d'écrire elles-mêmes des messages, d'en supprimer et de consulter la liste des participants à un fil de discussion. Netflix et Spotify ont assuré qu'ils n'étaient pas au fait de ces privilèges. "À aucun moment nous n'avons eu accès aux messages privés des  abonnés Facebook ou n'avons demandé la possibilité de le faire", indique Netflix à RTL.fr. La Banque royale du Canada a contesté pour sa part avoir jamais bénéficié d'un tel accès.

Dans un post de blog, Facebook ne nie pas l'existence de telles autorisations. Mais la firme précise que cela se faisait avec le consentement des utilisateurs. "Les gens devaient d'abord se connecter explicitement à Facebook pour utiliser la fonction de messagerie d'un partenaire. Dans le cas de Spotify par exemple, une fois connecté à votre compte Facebook dans l'application Spotify, vous pouviez envoyer et recevoir des messages sans jamais quitter l'application. L'API permettait aux partenaires d'accéder aux messages de la personne afin d'alimenter ce type de fonctionnalité", souligne le réseau social.

Facebook assure qu'il est en règle

D'autres accords de même nature ont permis à Microsoft d'accéder à la liste complète des amis des utilisateurs de Facebook sans leur consentement afin d'améliorer les suggestions de son moteur de recherche Bing. De son côté, Amazon a pu collecter le nom et les coordonnées des utilisateurs par l'intermédiaire de leurs amis. Apple a été autorisé à accéder à la liste des contacts et des événements des utilisateurs et Yahoo a pu consulter des flux de messages d'amis jusqu'à cet été, en dépit des déclarations de Facebook assurant que ces pratiques étaient révolues. 

Interrogé par le New York Times, Facebook nie avoir permis à ses partenaires de passer outre ses paramètres de confidentialité. L'entreprise affirme qu'elle a multiplié les arrangements de ce type au fil des ans (avec des services et des constructeurs de smartphones, pour l'essentiel) afin d'améliorer l'expérience de ses membres et permettre aux d'utiliser Facebook sur des appareils et des plateformes tierces. La firme assure qu'aucun accord n'allait à l'encontre du respect de la vie privée des utilisateurs et qu'elle n'a pas enfreint un décret signé en 2011 avec l'autorité américaine de protection des droits des consommateurs. Contacté par RTL.fr, Facebook n'a pas encore donné suite à nos sollicitations.

Cette affaire met à nouveau en lumière la difficile caractérisation du consentement en ligne des utilisateurs. Les accès accordés aux entreprises partenaires de Facebook étaient bien subordonnés à une validation des internautes, lorsque ces derniers décidaient d'utiliser leur compte Facebook pour se connecter à l'un des services en question pour éviter d'avoir à créer un compte en partant de zéro. Mais ils n'avaient pas forcément conscience que ce type d'opération impliquait d'autoriser d'autres entreprises à accéder à leurs messages privés, à leurs informations personnelles et à celles de leurs amis. Depuis mai dernier, le règlement général européen de protection des données personnelles oblige les entreprises à recueillir le consentement éclairé des utilisateurs pour traiter leurs données.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Facebook Réseaux sociaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795975601
Facebook accusé d'avoir laissé des entreprises lire vos messages privés
Facebook accusé d'avoir laissé des entreprises lire vos messages privés
Le réseau social est accusé par le "New York Times" d'avoir accordé à certaines entreprises partenaires un accès privilégié aux messages privés ou aux contacts de ses utilisateurs.
https://www.rtl.fr/actu/futur/facebook-accuse-d-avoir-laisse-des-entreprises-lire-vos-messages-prives-7795975601
2018-12-19 13:28:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/DCQfO6wxUGBpVw1qFtmvbg/330v220-2/online/image/2018/1123/7795678752_avec-plus-de-2-2-milliards-d-utilisateurs-facebook-est-le-plus-grand-reseau-social-de-la-planete.jpg