2 min de lecture Espace

Environnement : le trou de la couche d'ozone n'a jamais été aussi petit

Cette année, la couche d'ozone semble avoir moins souffert que les années précédentes. Une bonne nouvelle due notamment... au réchauffement climatique.

Une partie de la Terre (illustration)
Une partie de la Terre (illustration) Crédit : NASA / AFP
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

Cela fait 41 ans que le trou de la couche d'ozone, au-dessus de l'Antarctique, existe. Et cette année, il n'a jamais été aussi petit. Alors qu'il atteint chaque année à cette même période la superficie moyenne de 21 millions de kilomètres carrés, cette année, il n'a pas dépassé les 16,4 millions et a même diminué au mois d'octobre à 10 millions de kilomètres carrés, un record depuis sa découverte en 1985.

La couche d'ozone est une couche de molécules de trioxygène qui se trouve dans la stratosphère (à une quinzaine de kilomètres au-dessus de la Terre) et qui sert de barrière protectrice face aux rayons ultraviolets (particulièrement nocifs pour les êtres vivants). 

Le trou dans cette couche est apparu pour la première fois en 1979 et se rouvre chaque année au début de l'automne. Son apparition est due à la baisse des températures dans la stratosphère et à la présence de substances nocives. Il a battu son record de grandeur en 2000, avec 29,9 millions de kilomètres carrés.

Le réchauffement climatique dans l'équation

Cette diminution a été constatée par la Nasa, grâce à trois satellites qui mesurent l'ozone depuis l'espace. Mais l'agence spatiale américaine tient néanmoins à relativiser cette découverte. 

À lire aussi
Un satellite (illustration) Propulsé
SpaceX : 60 nouveaux mini satellites lancés, les astronomes alertent sur la pollution

"C'est une excellente nouvelle pour l'ozone dans l'hémisphère sud", a déclaré Paul Newman, scientifique en chef pour les sciences de la Terre au Goddard Space Flight Center de la Nasa (Maryland, Etats-Unis). "Mais il est important de reconnaître que ce que nous observons cette année est dû à la hausse des températures stratosphériques. Ce n'est pas un signe que l'ozone atmosphérique est soudain en passe de se rétablir". 

"C'est un événement rare que nous essayons encore de comprendre", a de son côté affirmé Susan Strahan, scientifique spécialiste de la pollution atmosphérique à la Universities Space Research Association, qui travaille pour la Nasa. "Si le réchauffement n'avait pas eu lieu, nous serions probablement en train de regarder un trou beaucoup plus normal".

16°C en Antarctique

Si l'observation d'un trou si petit est rare, elle n'est pas sans précédent. C'est en effet la troisième fois en 40 ans que la couche d'ozone semble se reconstituer. En 1988 et 2002, l'Antarctique avait également connu des températures clémentes qui ont permis de limiter l'appauvrissement de l'ozone. 

Seule différence : cette année, les températures au-dessus de l'Antarctique ont battu des records de chaleur au moment de l'apparition du trou, avec 16°C enregistrés.

Une couche d'ozone saine d'ici 2080

Et même si la quantité d'ozone n'est pas complètement rétablie, le lien entre sa diminution et l'arrêt de production de certains produits chimiques est désormais prouvé. En 1987, le Protocole de Montréal décrète la diminution des substances qui appauvrissent la couche d'ozone. Ce Protocole a été ratifié par la totalité des 197 membres de l'ONU. 

L'année 1994 marque l'arrêt de production de chlorofluorocarbures (CFC), largement utilisées dans les appareils ménagers comme gaz réfrigérants, ou dans les aérosols comme gaz propulseurs. Ces CFC libéraient dans l'atmosphère des quantités massives de substances nocives pour la couche d'ozone. 

Depuis, ces substances, lâchées en quantité depuis les années 1950 (avec un pic en 2001), ont commencé (et devrait continuer) à diminuer dans la stratosphère. Or, la durée de vie de ces CFC étant entre 50 et 100 ans, notre atmosphère devrait en être définitivement débarrassée entre 2060 et 2080.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espace NASA Découverte scientifique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants