4 min de lecture Propulsé

Échec du lancement de la fusée Soyouz : ce que l'on sait

ÉCLAIRAGE - La fusée Soyouz qui devait transporter dans l'espace deux astronautes a connu une avarie en vol et a été contrainte de revenir sur Terre. Tour d'horizon des informations disponibles à ce stade.

Les deux astronautes présent dans la fusée Soyouz lors de l'avarie ont la vie sauve.
Les deux astronautes présent dans la fusée Soyouz lors de l'avarie ont la vie sauve. Crédit : jody amiet / AFP
Paul Véronique
Paul Véronique
et AFP

Une défaillance de moteur a compromis la mission spatiale. La fusée Soyouz qui devait emmener l'astronaute américain Nick Hague et le cosmonaute russe Alexeï Ovtchinine vers la Station spatiale internationale (ISS) a subi une avarie après son décollage et a été obligée de revenir sur Terre, jeudi 11 octobre. Les deux astronautes sont indemnes et ont été récupérés par les services de secours. Il s'agit du premier incident concernant un vol habité russe depuis 1983.

Le compte à rebours avait été lancé au cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, par un temps dégagé. Le soleil brillait et la température était inhabituellement douce pour la saison, le thermomètre affichant une vingtaine de degrés. La fusée avait décollé comme prévu, à 14h40 locales (08h40 GMT).

Sur les images retransmises en direct par la Nasa et Roskosmos, l'agence spatiale russe, le décollage de la fusée Soyouz semble se dérouler comme d'habitude. D'après un journaliste de l'Agence France-Presse présent sur place, "la fusée a décollé absolument normalement, mais après la séparation du premier étage, on a eu l'impression qu'il y avait une sorte de flash".

À lire aussi
Un vaisseau spatial Virgin Galactic Propulsé
VIDÉO - Tourisme spatial : le vaisseau de Virgin Galactic a atteint l'espace
>
Launch of Soyuz MS-10

Une "défaillance du lanceur" au bout de 119 secondes

Les images retransmises en direct montrent la fusée aller aussi loin que visible par les caméras, ainsi que les deux astronautes à l'intérieur de la cabine, communiquant avec le centre de contrôle et travaillant sur leurs ordinateurs. Puis les images s'interrompent comme à l'accoutumée, et la Nasa retransmet alors des images de synthèse de la fusée, accompagnées des commentaires des astronautes dans la cabine de pilotage.

Mais soudain, au bout de deux minutes de vol, trois courts signaux sonores retentissent, signalant une "urgence". "Problème de lanceur, 2 minutes 45 secondes", annonce ensuite d'une voix parfaitement calme Alexeï Ovtchinine, le commandant de bord de la fusée Soyouz, un cosmonaute expérimenté de 47 ans dont c'est le second voyage dans l'espace après un premier séjour sur l'ISS en 2016. "C'était un vol rapide", ajoute-t-il avec un humour et un sang-froid désarmants.

Selon la Nasa, "la défaillance du lanceur" s'est produite au bout de 119 secondes de voyage, alors que la fusée était lancée à plus de 7.500 km/h. L'incident a eu lieu au moment de la séparation des premier et deuxième étages de la fusée - composée de trois étages plus la capsule contenant l'équipage -, a précisé une source à l'agence Interfax. Un des blocs du premier étage a frappé le second étage de la fusée, provoquant l'extinction du moteur. L'astronaute russe a précisé qu'ils estimaient se trouver déjà en apesanteur.

Les systèmes de sécurité se mettent en place

Malgré l'avarie, les systèmes de sécurité fonctionnent parfaitement. Ils se mettent en marche, la capsule contenant les deux hommes se détache du reste et atterrit sur Terre en mode de "descente balistique", selon un communiqué du chef de la Nasa, Jim Bridenstine, publié sur Twitter.

Dans la capsule équipée de parachutes, les astronautes disent ressentir pendant la descente une puissante force gravitationnelle. "Nous resserrons nos ceintures", déclare Alexeï Ovtchinine.

Dès l'annonce de l'incident, les équipes de recherche mobilisées pour chaque lancement se mettent en route : plusieurs hélicoptères Mi-8 s'envolent vers le lieu présumé de leur atterrissage près de Jezkazgan, une ville de 80.000 habitants éloignée de plus de 400 kilomètres du cosmodrome de Baïkonour.

Les deux astronautes en vie

Parallèlement, un Antonov-26 largue des parachutistes au-dessus du lieu où a atterri le module des deux astronautes. Selon plusieurs sources, Nick Hague et Alexeï Ovtchinine ont attendu moins de quinze minutes l'arrivée des secours qui les aident à sortir de la capsule.

À 9h20 (GMT), le chef de l'agence Roskosmos Dmitri Rogozine écrit sur Twitter que "L'équipage a atterri. Tous sont vivants". Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov déclare lui à la presse : "Dieu merci, les cosmonautes sont vivants".

La Nasa ajoute de son côté que les deux hommes sont "en bon état". Ils sont transportés en hélicoptère jusqu'à l'aéroport de Jezkazgan où ils subissent de premiers examens médicaux. De là, ils ont ensuite été transportés vers Baïkonour. Ils "se sentent bien. Des spécialistes médicaux les ont examinés et n'ont pas trouvé de problèmes de santé. Ils boivent du thé et plaisantent", a assuré Roskosmos.

Une enquête ouverte en Russie

La Russie a ouvert une enquête pénale pour découvrir les raisons de cet échec, a annoncé le Comité d'enquête russe plus tard dans la journée. L'enquête vise à déterminer s'il y a eu des violations des règles de sécurité.

"Un groupe d'enquête a été formé et les responsables examinent actuellement le site de lancement, des documents sont saisis", détaille dans un communiqué le Comité d'enquête, chargé des grandes affaires criminelles en Russie. Plus tôt, le directeur de l'agence spatiale russe Roskosmos Dmitri Rogozine avait annoncé la formation d'une commission d'enquête.

Roskomos a déjà connu plusieurs revers retentissants ces dernières années, dont la perte de deux satellites et d'un vaisseau cargo Progress chargé de ravitailler l'ISS, la défaillance d'un lanceur Proton ou encore la découverte de défauts sur la plupart des moteurs produits pour les fusées devant placer en orbite des satellites.

Un impact sur le planning de l'ISS

L'échec de la mission Soyouz MS-10 de ce jeudi, aura "un impact" sur le planning de l'ISS et sur la mission de l'astronaute Alexander Gerst actuellement à bord, a souligné l'Agence spatiale européenne le même jour.

Alexander Gerst, géophysicien et volcanologue allemand, se trouve actuellement dans l'ISS dont il a pris le commandement. Son retour sur Terre est normalement prévu pour le 13 décembre. "Ce tir avorté aura un impact sur le planning proche de l'ISS et sur la mission Horizons de l'astronaute de l'ESA Alexander Gerst. Nous ne pouvons pas faire davantage de commentaires pour le moment", indique l'ESA dans une brève déclaration. Il n'est pas exclu que la mission d'Alexander Gerst doive être prolongée.

"Le plus important, c'est que l'équipage (Nick Hague de la Nasa et Alexeï Ovtchinine de Roscosmos) soit sauf et en bonne santé", souligne l'ESA. "Heureux que nos amis aillent bien", a pour sa part tweeté Alexander Gerst, accompagnant son post d'une photo du vol raté. "Le vol spatial est difficile. Et nous devons continuer d'essayer au profit de l'humanité", termine-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Propulsé Espace Station spatiale internationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795146793
Échec du lancement de la fusée Soyouz : ce que l'on sait
Échec du lancement de la fusée Soyouz : ce que l'on sait
ÉCLAIRAGE - La fusée Soyouz qui devait transporter dans l'espace deux astronautes a connu une avarie en vol et a été contrainte de revenir sur Terre. Tour d'horizon des informations disponibles à ce stade.
https://www.rtl.fr/actu/futur/echec-du-lancement-de-la-fusee-soyouz-ce-que-l-on-sait-7795146793
2018-10-11 17:35:04
https://cdn-media.rtl.fr/cache/IQI2K18cWe5cyQ-Pg_gcrw/330v220-2/online/image/2018/1011/7795147195_les-deux-astronautes-present-dans-la-fusee-soyouz-lors-de-l-avarie-ont-la-vie-sauve.jpg