2 min de lecture Connecté

Drogue, armes, animaux : le Marketplace de Facebook est déjà un grand n'importe quoi

Les utilisateurs du tout nouveau site de vente en ligne de Facebook ont eu la surprise de découvrir des annonces de vente d'armes à feux, de marijuana et même d'êtres humains.

Facebook a été quelque peu dépassé par le lancement de son MarketPlace
Facebook a été quelque peu dépassé par le lancement de son MarketPlace Crédit : Facebook
Camille Kaelblen
Camille Kaelblen
Journaliste

Ross Ulbricht, le fondateur de Silk Road, aurait de quoi s'étrangler au fond de sa cellule de prison. En 2015, l'Américain avait été condamné à perpétuité pour avoir créé le plus grand site de vente de drogue et d'armes en ligne. Depuis début octobre, on peut pourtant trouver ces produits illicites là où on s'y attendait le moins : sur Marketplace, la toute nouvelle plateforme de vente en ligne développée par Facebook.

Quelques heures seulement après son lancement aux États-Unis, des usagers ont en effet eu la surprise de découvrir des annonces leur proposant d'acheter des produits peu communs : des armes à feux, de la drogue et même des animaux. Ces propositions sont pourtant contraires à la politique commerciale de Facebook, qui interdit nommément la vente de drogues, de médicaments illégaux, d'armes, de munitions, d'explosifs et d'animaux.

"Merci Marketplace de me donner l'opportunité d'acheter des bébés"

Sur les réseaux sociaux, les internautes n'ont évidemment pas attendu pour partager les annonces les plus étonnantes. Parmi celles-ci, beaucoup semblent relever de la blague, mais d'autres ont l'air parfaitement sérieuses : 

"Merci Facebook Marketplace de me donner l'opportunité d'acheter des bébés et des armes à feu"

À lire aussi
L'application de suivi de contacts StopCovid, disponible le 2 juin coronavirus
StopCovid : attention à ne pas télécharger l’application catalane

"Ils ont besoin d'une maison, j'ai 5 bébé hérissons, ils sont apprivoisés, pas de livraison, 50 centimes chacun"

"De retour à New York, on a juste à acheter notre drogue sur Facebook"

Face à cette situation, Mary Ku, directrice des produits chez Facebook, a assuré dans le New York Times que l'entreprise avait pris en compte l'incident et tentait de le régler. "Nous sommes en train de travailler pour résoudre le problème et allons contrôler de près notre système pour nous assurer que nous aurons correctement identifié et supprimé les annonces illégales avant d'élargir l'accès de Marketplace à plus de personnes", a-t-elle déclaré.

La vente d'armes à feu existait déjà sur Facebook

Dans un post de blog datant de lundi 3 octobre, Mary Ku reconnaît par ailleurs que "plus de 450 millions de personnes visitent chaque mois des groupes d'achat et de vente sur Facebook", ce qui a motivé la mise en service de Marketplace. Or, selon elle, certains utilisateurs de ces groupes violaient déjà la politique commerciale du site.

Le quotidien américain rappelle ainsi qu'en juillet dernier, un webdesigner à l'origine d'une campagne contre la vente d'armes à feux sur les réseaux sociaux, avait affirmé avoir signalé environ 500 groupes ou posts Facebook qui violaient la loi contre la vente d'armes dans le mois précédent. Selon lui, Facebook n'avait alors supprimé que deux tiers d'entre eux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Vente sur internet Drogue
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants