2 min de lecture Santé

Don du sang des homosexuels : "stigmatisation" ou "prudence", la règle de l'abstinence divise

REPLAY - REPLAY / RÉACTIONS - Seuls les homosexuels n'ayant pas eu de rapport sexuel dans les 12 derniers mois pourront donner leur sang en 2016.

>
Don du sang des homosexuels : entre "stigmatisation" et "prudence", la règle de l'abstinence divise Crédit Média : Edmée Citroën | Durée : | Date :
AymericParthonnaud1
Aymeric Parthonnaud
et AFP

L'annonce prend les apparences du progrès mais beaucoup d'élus, membres d'associations ou d'internautes ont tiqué devant l'obligation d'abstinence pendant un an qui va permettre aux homosexuels de donner leur sang au printemps 2016. "La fin d'une discrimination et d'un tabou", selon le gouvernement. "Donner son sang est un acte de générosité, de citoyenneté, qui ne peut être conditionné à une orientation sexuelle. Dans le respect de la sécurité absolue des patients, c'est aujourd'hui un tabou, une discrimination qui sont levés", a déclaré la ministre de la Santé, Marisol Touraine, en présentant mercredi 4 novembre ces mesures aux associations de défense des homosexuels. L'exclusion permanente du don du sang des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes avait été instituée en 1983 en raison des risques du sida.

La ministre s'était engagée dès 2012 à revenir sur cette interdiction, conformément à la promesse faite par François Hollande avant la présidentielle. Pour garantir la sécurité des receveurs, le changement se fera "par étapes", a-t-elle précisé. La première, au printemps 2016, marquera "la fin de l'exclusion permanente des homosexuels du don".

Des associations ont salué cette "avancée" mais la plupart déplorent que les conditions du don ne soient pas les mêmes pour tous, notamment la fameuse abstinence de 12 mois exigée des seuls homosexuels. "Être gay n'est pas un risque, être hétérosexuel n'est pas un risque. Le seul risque, ce sont les comportements", a réagi Jean-Luc Roméro, président d'Élus locaux contre le Sida (ECLS) qui dénonce "une vision toujours marquée par une stigmatisation des homosexuels". Son point de vue est largement partagé par SOS Homophobie, la Fédération LGBT (lesbiennes-gays-bisexuels et trans) ou encore l'association de lutte contre le sida Act Up. 

À lire aussi
À la caisse d'un supermarché Carrefour à Hazebrouck, le 15 mars 2012 (Illustration) alimentation
Les actualités de 22h - "Détox", "minceur" : Foodwatch dénonce les produits aux faux bienfaits

D'autres associations contre l'Inter-LGBT ou Aides sont plus prudentes, estimant qu'il ne faut pas aller trop vite. "Il faut avancer avec prudence (...) l'enjeu est du côté des receveurs", dit Coline Mey, d'Aides, tandis que l'Inter LGTB s'est déclaré "satisfait du scénario" présenté par la ministre. Du côté politique, le PS et le Parti Radical de Gauche (PRG) ont "salué" la "fin d'une discrimination". Tout comme le Défenseur des droits. 

Mais le Parti radical de gauche regrette "les restrictions" introduites et réclame que "les mêmes règles soient appliquées à tous les candidats au don, quels que soient leur sexe et leur orientation sexuelle". Erwann Binet (PS), vraie figure de proue du combat pour le mariage pour tous, a profité de la séance de questions au gouvernement pour interroger la ministre de la Santé. "Cette exclusion de principe véhicule l'idée qu'une relation homosexuelle est à risque (...) Elle véhicule même l'idée d'une présomption de séropositivité", a déclaré le député de l'Isère. Et Marisol Touraine de rappeler la dimension temporelle et progressive de sa réforme : "C'est la fin de l'interdiction de don de sang total pour les personnes homosexuelles. (...) La deuxième étape se fera deux ans après : l'objectif est de ramener cette période d'ajournement de 12 à 4 mois. 

En optant pour un délai de 12 mois, la France "s'aligne sur la plupart des pays" qui ont abandonné le système d'exclusion des homosexuels, a fait valoir Marisol Touraine, citant notamment les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Sang LGBT
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7780374414
Don du sang des homosexuels : "stigmatisation" ou "prudence", la règle de l'abstinence divise
Don du sang des homosexuels : "stigmatisation" ou "prudence", la règle de l'abstinence divise
REPLAY - REPLAY / RÉACTIONS - Seuls les homosexuels n'ayant pas eu de rapport sexuel dans les 12 derniers mois pourront donner leur sang en 2016.
https://www.rtl.fr/actu/futur/don-du-sang-des-homosexuels-stigmatisation-ou-prudence-la-regle-de-l-abstinence-divise-7780374414
2015-11-04 18:51:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/FjoxL_9VtQIZnzlojwvyhQ/330v220-2/online/image/2015/1104/7780374575_marisol-touraine-a-l-assemblee-nationale-le-4-novembre-2015.jpg