2 min de lecture Connecté

Doctissimo visé par une plainte à la Cnil pour utilisation abusive des données personnelles

Le site d'actualités de santé est notamment accusé de partager des données relatives à l'état de santé des internautes à des fins marketing sans leur consentement.

La CNIL, à Paris
La CNIL, à Paris
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Doctissimo dans le viseur de la Cnil. L'ONG Privacy International a déposé le 26 juin une plainte auprès du gendarme des données personnelles contre le site Internet spécialisé dans les questions de santé, qui fait partie des 100 sites les plus fréquentés en France, pour plusieurs manquements au Règlement général européen sur la protection des données personnelles (RGPD). 

L'ONG londonienne reproche au site appartenant au groupe TF1 de ne pas respecter la loi "en ce qui concerne son usage des cookies (traceurs) et autres technologies de suivi d'activité sur les appareils des utilisateurs", de ne pas avoir "de base légale pour le traitement des données personnelles", de ne pas remplir les exigences nécessaires pour obtenir un consentement valable des internautes mais aussi de ne pas respecter les principes de protection des données inscrits dans le RGPD.

Après un premier rapport publié en septembre dernier pointant les pratiques peu scrupuleuses en matière de gestion des données personnelles de plusieurs sites de santé en Europe, Privacy International avait dénoncé dans une seconde analyse le fait que Doctissimo continue de partager les données des internautes avec des acteurs de la publicité à des fins de marketing. L'ONG estime aujourd'hui que le site Web n'a pas réagi à ses mises en garde.

La Cnil doit désormais étudier la plainte

Doctissimo, comme d'autres sites d'actualité médicale, a accès à des données sensibles car les recherches effectuées par les internautes donnent des indices sur leur état de santé. Selon Privacy International, Doctissimo partageait des données de santé avec 556 partenaires à la date de son dernier contrôle, en avril dernier. L'ONG reproche aussi au site Web d'avoir proposé aux internautes un test psychologique relatif à la dépression pour partager les informations récoltées avec des tiers.

À lire aussi
Le dernier smartphone de Sony comprend des fonctions caméra de pointe difficiles à apprivoiser pour les non initiés Connecté
Sony Xperia 1 II : faut-il craquer pour le smartphone comme une caméra de Sony ?

Doctissimo a réagi auprès de l'AFP, rappelant que "le modèle économique de Doctissimo repose sur le financement par la publicité", comme "l'ensemble des sites offrant des contenus éditoriaux en accès libre", mais que le site "ne commercialise pas les données personnelles relatives à la santé des internautes". 

La Cnil doit désormais étudier la plainte, qui pourrait donner lieu à un contrôle au siège de l'entreprise ou en ligne. En cas de constat de manquements majeurs, Doctissimo s'expose à une amende pouvant aller jusqu'à 4% de son chiffre d'affaires mondial.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Santé Vie privée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants