2 min de lecture Défense

Des agents de la DGSE localisés jusqu’en Irak à cause d'une application de running

Malgré les mises en garde du ministère des Armées, des agents de la DGSE ont couru le risque de voir leur identité trahie par l'utilisation d'une application de fitness qui les géolocalise pendant leurs footings.

Au siège de la DGSE à Paris
Au siège de la DGSE à Paris Crédit : AFP / Martin Bureau
BenjaminHuepro
Benjamin Hue
Journaliste RTL

"La course à pied nuit gravement aux espions". Dans son édition du 21 février, Le Canard Enchaîné révèle que des agents de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSE) ont pu être localisés et identifiés alors qu'ils utilisaient l'application de running Strava

Utilisée par un peu moins de 30 millions de personnes à travers le monde, Strava propose aux sportifs de suivre leurs performances et de les comparer à celles des autres utilisateurs par l'intermédiaire d'une application mobile gratuite couplée à un bracelet ou une montre connectée. 

L'application propose depuis 2015 une carte thermique mondiale représentant les parcours empruntés par les utilisateurs. Cette dernière a été réalisée à partir de 3 trillions de points de données GPS enregistrées entre 2015 et 2017. Les activités des joggeurs ne sont pas partagées en temps réel et les parcours ont été anonymisés. Mais certains mouvements peuvent révéler des données sensibles. 

À lire aussi
Un producteur norvégien de fourrure de renard en 2010 (illustration) animaux
Norvège : les élevages d'animaux à fourrure interdits d'ici 2025

Fin janvier, un chercheur australien avait ainsi mis au jour la position de certaines bases militaires secrètes de l'armée américaine en Afghanistan, en Irak et en Syrie en repérant des tracés lumineux témoignant d'une activité inhabituelle dans des zones où aucune activité sportive n'était recensée par l'application. L'observation des tracés montrait également une forte activité autour de la base française de Madama, au Niger. La carte thermique laisse aussi apparaître les pérégrinations des agents du renseignement extérieur autour du siège de la DGSE, au 141 boulevard Mortier, dans le XXe arrondissement de Paris.

La carte thermique de l'application Strava montre des allées et venues d'utilisateurs au siège de la DGSE Crédits : Strava | Date : 21/02/2018
2 >
La carte thermique de l'application Strava montre des allées et venues d'utilisateurs au siège de la DGSE Crédits : Strava | Date : 21/02/2018
La carte thermique montre aussi des allers et retours entre la piscine Georges Vallerey et le siège de la DGSE Crédits : Strava | Date : 21/02/2018
1/1

Un agent localisé en planque en Irak

Plus inquiétant, Le Canard Enchaîné explique que l'application enregistre un certain nombre de données relatives aux parcours qui permettent de remonter assez facilement à l'état civil des agents. En passant au crible les itinéraires à proximité du siège de la DGSE, il est possible de repérer "des joggeurs qui, le midi, quittaient et regagnaient en petites foulées des sites appartenant à la DGSE", écrit l'hebdomadaire satirique. 

Inscrits sous pseudos, ils ne se contentent pas d'archiver leurs footings quotidiens. Leurs performances lors de compétitions officielles comme le marathon de Paris sont également affichées. Il suffit alors de les recouper avec les résultats accessibles sur Internet pour connaître le nom, l'âge et parfois la photo de certains espions français. 

Le Canard Enchaîné cite le cas d'un agent qui "a pris comme couverture le nom d'un personnage de dessin animé et qui, depuis deux ans, met malgré lui sa vie en vitrine". "L'appli affiche ses parcours autour du domicile de sa mère, lors des réveillons 2015, 2016 et 2017. Elle détaille aussi ses petites foulées encerclant le fort de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), siège du Service action de la DGSE". L'application a aussi permis de le localiser alors qu'il était en planque en Irak. 

D'autres agents ont été repérés sur l'une des plus importantes stations d'écoutes des services du renseignement extérieur. Les recherches ont également  permis de localiser une station d'écoute française en Afrique dont l'emplacement est classé top secret. La DGSE n'a pas commenté ces révélations. Fin-janvier, le ministère des Armées avait mis en garde ses troupes contre les dangers représentés par les applications de running et rappelé en interne la nécessité de respecter les règles élémentaires de sécurité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Défense Connecté Renseignement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792366670
Des agents de la DGSE localisés jusqu’en Irak à cause d'une application de running
Des agents de la DGSE localisés jusqu’en Irak à cause d'une application de running
Malgré les mises en garde du ministère des Armées, des agents de la DGSE ont couru le risque de voir leur identité trahie par l'utilisation d'une application de fitness qui les géolocalise pendant leurs footings.
https://www.rtl.fr/actu/futur/des-agents-de-la-dgse-localises-jusqu-en-irak-a-cause-d-une-application-de-running-7792366670
2018-02-21 18:56:14
https://cdn-media.rtl.fr/cache/o64UzadM6-fAipbML_vT7Q/330v220-2/online/image/2015/0921/7779789046_au-siege-de-la-dgse-a-paris.jpg