1 min de lecture Propulsé

Découverte d'un trou noir "qui ne devrait pas exister" par la Nasa

Le télescope de la Nasa, Hubble, a photographié un nouveau trou noir supermassif dans la constellation du dragon située à 130 millions d'années lumières de la Terre. Une découverte qui remet en cause les théories de l’astronomie.

Représentation artistique d'un quasar, région compacte entourant un trou noir supermassif
Représentation artistique d'un quasar, région compacte entourant un trou noir supermassif Crédit : HO / EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini

C'est une découverte qui remet en cause les théories de l'astronomie ! Le télescope de la Nasa, baptisé Hubble, a révélé ce jeudi 11 juillet l'existence d'un trou noir ... qui n'était pas censé exister !

La Nasa a expliqué dans un communiqué qu'elle avait "trouvé de manière inattendue un mince disque de matière tourbillonnant furieusement autour d'un trou noir supermassif au cœur de la magnifique spirale de la galaxie NGC 3147, située à 130 millions d'années-lumière". Une découverte qui va à l'encontre des lois de l'astronomie selon l'agence spatiale américaine.

Comme le rapporte Le Parisien, l'interrogation porte sur le disque qui encercle le trou noir. En effet dans des galaxies telles que NGC 3147, les trous noirs sont habituellement "sous-alimentés" à cause du manque de gravitation qui les empêche de capter assez de matière. Or en l'espèce le trou noir repéré par la Nasa est entouré de ce disque composé de débris et de gaz, une captation de matière habituellement située dans des galaxies mieux dotées en termes de gravitation.

Le trou noir devait produire une lumière moins intense

Les astronomes de l'agence spatiale pensaient confirmer leurs théories autour de la luminosité. Selon eux, le trou noir de NGC 3147 devait produire une lumière moins intense, dû au manque de matière. Or ce n'est pas du tout le cas. "Les prédictions de nos modèles actuels concernant les dynamiques de gaz dans des galaxies déficientes ont clairement échoué", détaille Stefano Bianchi, de l'Université de Rome, auteur de l'étude.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Propulsé Espace NASA
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants