2 min de lecture Connecté

4 questions sur la plateforme d'aide aux victimes de cyberattaques lancée par l'État

Cette plateforme d'assistance a pour but de venir en aide aux particuliers ou entreprises victimes d'actes de cybercriminalité en les mettant en relation avec des prestataires techniques qui fourniront des conseils et des contacts de prestataires informatiques à proximité.

La vulnérabilité de l'Internet des objets menace l'Internet mondial
La vulnérabilité de l'Internet des objets menace l'Internet mondial Crédit : Pixabay
Valentine De Brye
et AFP

Elle se nomme ACYMA comme Actions contre la CYberMalveillance. La plateforme d'assistance destinée à aider les entreprises et particuliers victimes d'actes de cybercriminalité a été mise en place mardi 30 mai, quelques semaines après l'annonce de l'initiative lancée par Axelle Lemaire, ancienne secrétaire d'État au numérique. 

Force est de constater que les affaires de cybercriminalité se multiplient tant chez les particuliers que dans les entreprises, la plateforme cybermaleveillance.gouv.fr permet de venir en aide à ses victimes en les mettant en relation avec des prestataires techniques qui fourniront des conseils et des contacts de prestataires informatiques à proximité. Ce dispositif permettra également à lancer des opérations de prévention et à mettre en place un observatoire du numérique, à partir de l'ensemble des données recueillies. 

1 - Comment fonctionne la plateforme ?

Sur la page de cybermalveillance.gouv.fr il faut tout d'abord indiquer si l'on est victime de cyberattaque ou bien un prestataire de services informatiques. En se dirigeant sur l'espace "victime", après avoir indiqué son adresse, il faudra remplir une "fiche enquête" qui permettra de porter plainte. Une liste d'entreprises spécialisées, privées est également mise à disposition.

À lire aussi
macOS Mojave est disponible depuis le 24 septembre Connecté
macOS 10.14 Mojave est disponible : les 7 nouveautés de la mise à jour du Mac

2 - Qui sont les prestataires ?

Les prestataires techniques sont invités à s'inscrire sur le site depuis la semaine dernière. Pour l'instant, 350 entreprises sont enregistrées, dont 25 dans les Hauts-de-France. Les entreprises tenues de s'enregistrer en ligne doivent remplir un formulaire comprenant leur dénomination sociale, leur SIRET ou encore leur catégorie juridique. Un système de notation est également mis en place pour permettre aux victimes de donner leurs appréciations.

3 - Combien ça coûte ?

Les tarifs sont variables puisque fixés par les prestataires privés. Chez un particulier, pour deux heures de travail d'un prestataire au tarif moyen, il faudra débourser une soixantaine d'euros.

4 - Une première mondiale ?

À ce jour, cette plateforme n'existe qu'au Luxembourg. En France, pour l'instant, elle est expérimentée seulement dans les Hauts-de-France, une région représentative du territoire national. La plateforme sera étendue au reste du territoire dès l'automne prochain après un premier bilan. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Gouvernement Internet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788774216
4 questions sur la plateforme d'aide aux victimes de cyberattaques lancée par l'État
4 questions sur la plateforme d'aide aux victimes de cyberattaques lancée par l'État
Cette plateforme d'assistance a pour but de venir en aide aux particuliers ou entreprises victimes d'actes de cybercriminalité en les mettant en relation avec des prestataires techniques qui fourniront des conseils et des contacts de prestataires informatiques à proximité.
https://www.rtl.fr/actu/futur/cybermalveillance-4-questions-sur-la-plateforme-d-aide-aux-victimes-de-cyberattaques-etat-7788774216
2017-05-31 14:52:51
https://cdn-media.rtl.fr/cache/1RuV97lLk2-zy4cthCsEbg/330v220-2/online/image/2016/1025/7785447610_la-vulnerabilite-de-l-internet-des-objets-menace-l-internet-mondial.jpg