2 min de lecture Internet

Cybercriminalité : 7.000 experts réunis fin janvier à Lille

Tentatives de déstabilisation, chantages, rapts virtuels : les cyberattaques ont bondi de 10% en 2016. Les meilleurs spécialistes vont se pencher ensemble sur cette menace.

Rémi Sulmont RTL vous en parle déjà Rémi Sulmont
>
Cybercriminalité : 7.000 experts réunis fin janvier à Lille Crédit Image : SIPANY/SIPA | Crédit Média : Jean-Alphonse Richard | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard et Loïc Farge

C'est un rendez-vous qui va réunir  les yeux et les oreilles de la planète. Les meilleurs spécialistes de la sécurité et du crime sur Internet vont se rencontrer lors du Forum international de la cybersécurité (FIC), les 24 et 25 janvier à Lille. Il s'agit du neuvième exercice du genre. Ce sera le plus exceptionnel. D'abord par le nombre de ses participants (7.000). Il y aura quatre cybercommanders européens et un américain (c'est comme cela que les États désignent les responsables de leur sécurité informatique présents à Lille). Toutes les pointures de la sécurité sur le Web réunies sous un même toit. Une participation record, car jamais la menace sur la Toile n'a été aussi élevée. Ainsi 2016 a été l'année de tous les records.

Un phénomène spectaculaire préoccupe au plus haut point les experts, qui fait ressembler Internet à la forêt de Sherwood : la multiplication des demandes de rançons adressées à des particuliers et à des entreprises. Apparues en 2015, elles ont explosé en l'an passé. 2016. Elles n'ont jamais été aussi nombreuses. C'est un jeu d'enfant pour des pirates expérimentés. Ils vous volent vos données (bancaires, médicales, fichiers clients, secrets de fabrication) et les confisquent exactement comme un otage.

Quand vous payez la rançon - ce qui est une erreur -, vous n'êtes pas sûr de récupérer vos données

Marc Watin-Augouard, fondateur du FIC
Partager la citation

"Ce sont les ransomware, ou rançongiciels : c'est le chiffrement par un prédateur de vos données, auxquelles vous ne pouvez plus accéder", décrypte le général de gendarmerie Marc Watin-Augouard, fondateur du Forum Cybersécurité. "Là on vous demande une rançon, généralement en bitcoins, en crypto-monnaie. Quand vous payez la rançon - ce qui est d'ailleurs une erreur -, vous n'êtes pas sûr de récupérer vos données", ajoute-t-il. Il constate une multiplication des pirates venant de Russie, "qui font un vrai business très lucratif sur ces rançons".

On se fait rançonner. Mais on se fait aussi déstabiliser. Fausses informations, faux comptes, faux profils pour salir la réputation d'une personne, fragiliser une entreprise ou même un État. C'est un phénomène qui se développe à grande échelle. Des attaques qu'on a bien du mal à contrer. Les spécialistes s'en inquiètent : les cyberpirates prennent le large. Ils ont un coup d'avance, admet le général Watin-Augouard. Il nous rappelle qu'il y a neuf ans, le premier FIC était considéré comme un gadget. Les temps changent.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Internet Société Hackers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants