2 min de lecture Propulsé

Coronavirus : la mission russo-européenne ExoMars est reportée à 2022

La mission spatiale, qui prévoit l'envoi d'un robot sur Mars, est désormais programmée pour août-octobre 2022 à cause de l'épidémie de coronavirus et de difficultés techniques.

La mission spatiale européenne ExoMars a été reportée en 2022.
La mission spatiale européenne ExoMars a été reportée en 2022. Crédit : BEN STANSALL / AFP
Bastien Hauguel et AFP

L'épidémie du nouveau coronavirus sur Terre a aussi un impact sur la bonne tenue des missions spatiales. C'est notamment le cas pour ExoMars. L'ambitieuse mission russo-européenne, qui prévoit l'envoi d'un robot sur la surface de la planète rouge, a été reportée à 2022. Selon un communiqué commun de l'agence russe Roskosmos et de l'Agence spatiale européenne (ESA), le départ vers Mars de ce robot est désormais programmé pour août-octobre de 2022, contre l'été 2020 à l'origine.

Les chefs des deux agences spatiales ont ainsi reconnu "que la phase finale d'ExoMars est compromise par l'aggravation générale de l'épidémie (de coronavirus) dans les pays européens". Des difficultés techniques sont également évoquées. "De nouveaux tests du vaisseau spatial avec les composants et les logiciels définitifs sont nécessaires", ont-ils reconnu à l'issue d'une réunion. 

Une décision "difficile mais bien pesée"

Selon le chef de Roskomos, Dmitri Rogozine, la décision a été "difficile mais bien pesée". "Elle est principalement motivée par la nécessité de maximiser la robustesse de tous les systèmes ExoMars et par les circonstances" liées à l'épidémie, a-t-il déclaré, en expliquant que la situation en Europe "n'a pratiquement pas permis à nos experts d'effectuer des visites dans les industries partenaires". Le chef de l'ESA, Jan Wörner, a dit de son côté vouloir "être sûr à 100% d'une mission réussie". "Nous ne pouvons admettre aucune marge d'erreur. Davantage de vérifications vont assurer un voyage sécurisé et les meilleurs résultats scientifiques sur Mars", a-t-il affirmé.

La Russie fournit le lanceur, le module de descente (avec des éléments européens dont les parachutes) et la plateforme d'atterrissage pour ExoMars, tandis que le robot est européen. Il devra forer le sol martien et tenter de trouver des signes de vie passée sur la planète rouge. L'ESA avait reconnu en août 2019 des problèmes persistants sur le système de parachutes de la mission, faisant déjà craindre un report.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Propulsé Espace Mars
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants