2 min de lecture Propulsé

Comment l’une des espèces les plus robustes au monde s’est retrouvée par erreur sur la Lune

Le crash de la sonde israélienne Beresheet le 11 avril dernier a probablement répandu des milliers de tardigrades à la surface de la Lune. Ces êtres vivants microscopiques particulièrement résistants figuraient à bord de l’archive terrestre transportée par l’atterrisseur lunaire.

>
Comment l'une des espèces les plus robustes au monde s'est retrouvée par erreur sur la Lune Crédit Image : AFP PHOTO / NATURE / Tanaka S. / Sagara H. / Kunieda | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Le 11 avril dernier, Israël a failli devenir la quatrième puissance lunaire. La sonde Beresheet était sur le point d’atterrir à la surface du satellite naturel de la Terre au terme d’un voyage d’un peu moins de deux mois qui l’a vu parcourir 6 millions et demi de kilomètres et réaliser un remarquable selfie avec la Terre en arrière-plan.

Quelques secondes avant l’atterrissage, le centre de contrôle de la mission a finalement perdu le contact avec l’atterrisseur spatial qui s’est écrasé quelques instants plus tard dans la mer de Sérénité, réduisant à néant les espoirs de la société aérospatiale SpaceIL de devenir la première entreprise privée à se poser sur la Lune.

À bord de la sonde israélienne se trouvait une vaste base de données de la taille d’un DVD, raconte le site américain Wired dans un article publié le 5 août. Conçue comme une sorte de sauvegarde de la planète Terre par l’Arch Mission Foundation, qui avait envoyé sa première archive dans l’espace dans la boîte à gants de la Tesla d’Elon Musk l’an passé, cette bibliothèque lunaire contenait 30 millions de pages d’informations (des articles Wikipedia, des livres, des tours de magie), des échantillons d’ADN humain mais aussi des milliers de tardigrades. Ces créatures minuscules sont connues pour être capable de résister aux environnements les plus hostiles.

Surnommés "oursons d’eau", ces êtres vivants microscopique, d’une taille d’un demi-millimètre en moyenne, peuvent vivre une trentaine d’années sans boire ni manger. Ils sont aussi capables d’encaisser des températures extrêmes allant de -272 degrés à 150 degrés et de survivre au vide spatial. Les tardigrades peuvent en effet rentrer dans un état de stase, la cryptobiose, qui leur permet de mettre leur métabolisme en veille : ils se déshydratent et entrent dans un état végétatif en suspendant toutes leurs fonctions vitales.

À lire aussi
Une pluie d'étoiles filantes Propulsé
Une pluie d'étoiles filantes sera visible en France vendredi matin

Depuis le crash de la sonde lunaire, l’Arch Mission Foundation tente de déterminer si l’archive terrestre qu’elle transportait a survécu. Le fondateur de l’organisation estime qu’il y a de fortes chances que ce soit le cas. Mais il ne faut pas pour autant s’attendre à voir les tardigrades prendre le contrôle de la lune. Pour revenir à la vie, ils devront être ramenés sur Terre, ou dans un lieu disposant d’une atmosphère, afin d’être réhydratés. En l’état, les scientifiques ont déjà réussi à remettre sur pied des tardigrades en sommeil depuis dix ans. La bibliothèque lunaire est conçue pour durer des millions d’années. La science aura peut-être progressé d'ici là.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Propulsé Espace Lune
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants