3 min de lecture Connecté

Comment Huawei veut continuer à vendre des smartphones en France sans Google

Privé du Play Store Android en raison de l'embargo instauré par Donald Trump sur ses produits, le géant chinois veut inciter le public et les développeurs à migrer vers son propre magasin d'applications.

Huawei a officialisé son second smartphone pliable à Barcelone le 24 février 2020
Huawei a officialisé son second smartphone pliable à Barcelone le 24 février 2020 Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Huawei organise sa contre-attaque. Contraint de se passer du magasin d'applications Play Store d'Android en raison de l'embargo américain sur ses produits et ses technologies, le groupe chinois ne peut plus proposer les services de Google ni les applications américaines les plus populaires par défaut sur ses nouveaux smartphones, comme le Mate 30. Sans Gmail, Chrome, Facebook, Instagram, WhatsApp ou Uber, ses smartphones présentent beaucoup moins d'intérêt pour les consommateurs européens en dépit de leurs innovations technologiques.

Pour continuer à vendre des smartphones en Europe, et notamment en France où il enregistre une part de marché en croissance de 18,8%, le numéro deux mondial de la téléphonie doit donc ouvrir un nouveau chapitre de son histoire et développer une alternative au magasin d'applications de Google, l'AppGallery, qu'il espère imposer comme une troisième voie aux côtés de l'App Store d'Apple et du Play Store Android.

Depuis Barcelone, où devait se tenir le salon mondial du mobile avant son annulation, le PDG de Huawei, Richard Yu, a fait la promotion, lundi 24 février, de ce nouvel écosystème en soulignant les investissement consentis par le groupe qui a déjà injecté plus d'un milliard de dollars pour construire un univers sécurisé et inciter les développer à y migrer leurs applications.

Bâtir une alternative au Play Store d'Android

Pour l'instant, le catalogue de l'AppGallery n'est pas très étoffé. On y trouve près de 400 millions d'applications, loin, très loin des 2,6 milliards d'applications disponibles sur le Play Store d'Android. Mais leur nombre a doublé en quelques mois à peine et Huawei compte intensifier ses contacts avec les développeurs de tous les pays pour renforcer ses offres locales. Un événement est d'ores et déjà prévu à Paris le 27 mars.

Le catalogue de l'AppGallery n'est pas très étoffé pour l'instant
Le catalogue de l'AppGallery n'est pas très étoffé pour l'instant Crédit : RTL
À lire aussi
Une capture d'écran de l'application StopCovid Connecté
Coronavirus : des primes pour détecter les failles de l'application StopCovid

En parallèle, Huawei va faire preuve de pédagogie pour expliquer à ses clients comment utiliser leurs applications préférées sur leur smartphone. Après l'achat d'un mobile de la marque, ces derniers seront invités à utiliser Phone Clone, une application qui permet de copier directement la plupart des applications de leur ancien smartphone vers leur nouvel appareil.

Des astuces pour installer les apps qui font défaut

Le plan de relance du groupe passe aussi par des astuces logicielles. Lorsqu'un utilisateur cherche Facebook, Instagram, WhatsApp ou Messenger dans l'AppGallery, il se voit désormais proposer un lien direct vers le site mobile du service en question pour télécharger le fichier d'installation APK de l'application. Des tutoriels sont aussi proposés sur les forums du groupe pour expliquer la marche à suivre pour créer des icônes renvoyant vers les pages Web des applications manquantes sur l'écran d'accueil d'un smartphone. 

Huawei propose des liens pour installer les applications absentes de son AppGallery
Huawei propose des liens pour installer les applications absentes de son AppGallery Crédit : RTL

Ces solutions ne sont pas sans risque. On ignore pour l'instant si les applications installées par ce biais seront mises à jour en temps voulu pour protéger leurs utilisateurs des dernières menaces en matière de cybersécurité. Google, qui voit d'un très mauvais œil l'émergence d'un concurrent à son magasin d'applications, a d'ores et déjà déconseillé aux utilisateurs de smartphones privés de licence Android d'utiliser ces techniques.

Enfin, Huawei entend aussi intensifier sa communication autour de l'AppGallery. Une campagne de publicité doit être bientôt diffusée sur les écrans de télévision pour faire la promotion du magasin d'applications. 

"C'est un nouveau chapitre dans l'histoire de Huawei, un changement majeur, c'est normal que ça suscite des questions importantes de la part des consommateurs. On va être là pour y répondre, pour les guider, notamment sur les forums, et dans les magasins, virtuels ou physiques", explique à RTL.fr Stéphane Curtelin, directeur marketing et communication de Huawei France. Le groupe doit d'ailleurs ouvrir sa première boutique parisienne le 6 mars dans le quartier Opéra.

Les anciens modèles continuent à être mis à jour

Déterminé à continuer à innover, Huawei a également présenté lundi le Mate Xs, son second smartphone pliable qui sera vendu en France courant mars au prix de 2.499 euros. Pour ce prix exorbitant, la marque promet rien moins que d'offrir "le meilleur des deux mondes, le format compact du smartphone en position repliée et le confort d'une tablette en dépliant son écran de 8 pouces". 

Après le Mate 30, lancé en fin d'année, le Mate Xs est le second smartphone du groupe privé des applications Google. Les prochains seront ceux de la série P40 dont le lancement mondial aura lieu pour la troisième année consécutive à Paris le 26 mars. Pour les anciens modèles, rien ne change, promet Huawei. Les mises à jour continueront comme avant. Et certains modèles, comme le P30 Pro, continueront d'être proposés par les opérateurs cette année.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Huawei Smartphone
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants