3 min de lecture Connecté

Comment Facebook a favorisé l'émergence des "gilets jaunes"

ÉCLAIRAGE - En mettant l'accent sur les contenus locaux et les groupes, Facebook a constitué un terreau fertile pour l'éclosion des "gilets jaunes" qui trouvent dans ses outils un moyen d'expression efficace en phase avec l'horizontalité et la volonté de transparence du mouvement.

Capture d'écran du groupe Facebook de gilets jaunes le plus important
Capture d'écran du groupe Facebook de gilets jaunes le plus important Crédit : Facebook
BenjaminHuepro
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Ce sont des décisions techniques prises dans la Silicon Valley dont les répercussions se font aujourd'hui sentir à des milliers de kilomètres de là, dans l'un des mouvements sociaux les plus importants de l'histoire récente de France.

En janvier dernier, Mark Zuckerberg a mis à jour l'algorithme chargé de hiérarchiser les contenus apparaissant sur le fil d'actualité des utilisateurs de Facebook. Accusé d'avoir contribué à la diffusion de fake news qui ont pesé dans l'élection présidentielle américaine, l'entrepreneur milliardaire a décidé de valoriser les contenus partagés par la famille et les amis au détriment des médias et des entreprises privées.

Quelques mois plus tôt, Facebook avait déjà décidé de valoriser les publications issues des groupes afin de renforcer les liens entre les communautés locales et les internautes partageant des affinités. Pour beaucoup d'observateurs aujourd'hui, ces ajustements algorithmiques ont composé un terreau fertile pour l'éclosion du mouvement des "gilets jaunes".

À lire aussi
Adopte un gilet jaune 40 Connecté
"Gilets jaunes" : un groupe Facebook réunit des manifestants célibataires


Facebook a donné de la visibilité au mouvement

Le réseau social s'est très vite imposé comme la base arrière médiatique du mouvement. De nombreux groupes et événements labellisés "gilets jaunes" y ont vu le jour avant le 17 novembre dans le sillage de la pétition en ligne de Priscillia Ludosky réclamant une baisse de la taxe sur les carburants.

Les soutiens du mouvement y partagent des contenus, des liens vers des articles, des réflexions personnelles sur l'évolution du conflit et commentent les publications des autres sympathisants. Les groupes les plus actifs génèrent des centaines de milliers d'interactions quotidiennes. Et les plus populaires comptent plus de deux millions et demi de membres, soit quasiment 8% de l'audience française du réseau social.

Le nouvel algorithme de Facebook a probablement joué un rôle de catalyseur dans la mobilisation. Dans Libération, le journaliste Vincent Glad, qui observe les "gilets jaunes" sur Facebook depuis le début du mouvement, explique qu'"après quelques likes sur un groupe, on se retrouve submergé du contenu de ce groupe dans son fil d’actualités. Le nouvel algo a précipité les 'gilets jaunes' dans une 'bulle de filtre' où ils ne voient presque plus que du contenu jaune".

En plus d'enfermer les internautes dans un environnement numérique dispensé d'opinions contraires, Facebook a aussi atténué la portée des médias traditionnel. Leurs publications sont beaucoup moins mises en avant dans le fil d'actualité. Elles sont par ailleurs largement rejetées par les "gilets jaunes" qui leur préfèrent les Facebook live de manifestants, dans lesquels ils voient une information de terrain sans filtre, préservée des choix éditoriaux des rédactions. À l'inverse, les publications de sites parodiques et de réinformation connaissent un grand succès sur ces groupes. Mais la frontière avec les fake news est parfois ténue.

La défiance envers les journalistes et le pouvoir favorise aussi la montée des théories complotistes, comme la vidéo montrant des CRS chargeant des enfants ou l'histoire du "pacte de Marrakech" - un texte onusien fixant plusieurs principes non contraignant sur les migrations dans lequel beaucoup veulent voir la volonté d'Emmanuel Macron de vendre la France aux migrants.

Quelle utilisation des données par Facebook ?

Les exigences de transparence des "gilets jaunes" et l'horizontalité du mouvement ont trouvé dans les outils de Facebook la meilleure caisse de résonance. Ce faisant, les "gilets jaunes" ont offert à Facebook de précieuses informations sur leur quotidien, leurs aspirations personnelles et leurs revendications politiques. Sur son blog Affordance.info, le chercheur en sciences de l'information Olivier Ertzscheid s'interroge sur l'avenir de cette base de données désormais entre les mains du réseau social.

"Quelle que soit l'issue du mouvement, la base de donnée "opinion" qui restera aux mains de Facebook est une bombe démocratique à retardement ... Et nous n'avons à ce jour absolument aucune garantie qu'elle ne soit pas vendue à la découpe au(x) plus offrant(s)", s'inquiète le chercheur. Selon lui, il sera très facile pour Facebook de savoir précisément quels profils individuels ont "liké, commenté, approuvé ou désapprouvé tout ou partie des revendications (...) avec un niveau de granularité très fin".

L'affaire Cambridge Analytica a prouvé ces derniers mois que Facebook était en capacité de vendre ce type d'informations à des entreprises spécialisées dans le marketing social œuvrant pour des partis politiques à des fins électorales. Il ne serait pas surprenant que des utilisateurs de Facebook ayant participé à des groupes de discussion en rapport avec les "gilets jaunes" se voient bientôt adresser des publicités ciblées sur la base de leurs orientations politiques. Dès les élections européennes ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Gilets jaunes Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795828384
Comment Facebook a favorisé l'émergence des "gilets jaunes"
Comment Facebook a favorisé l'émergence des "gilets jaunes"
ÉCLAIRAGE - En mettant l'accent sur les contenus locaux et les groupes, Facebook a constitué un terreau fertile pour l'éclosion des "gilets jaunes" qui trouvent dans ses outils un moyen d'expression efficace en phase avec l'horizontalité et la volonté de transparence du mouvement.
https://www.rtl.fr/actu/futur/comment-facebook-a-favorise-l-emergence-des-gilets-jaunes-7795828384
2018-12-06 19:05:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/X_7fQCxh0AY3ROObx2zv9g/330v220-2/online/image/2018/1206/7795829316_capture-d-ecran-du-groupe-facebook-de-gilets-jaunes-le-plus-important.JPG