2 min de lecture Connecté

En Chine, il faut désormais scanner son visage pour acheter un smartphone

Depuis dimanche, la Chine oblige ses citoyens à se faire enregistrer par reconnaissance faciale pour tout achat de nouveau smartphone ou souscription à un forfait téléphonique. Pékin y voit un nouveau moyen de renforcer son contrôle de la population.

Reconnaissance faciale
Reconnaissance faciale Crédit : Face recognition | Steven Lilley | Flickr
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

La Chine renforce chaque jour un peu plus sa mainmise sur le cyberespace. Depuis le 1er décembre, les citoyens chinois désireux de faire l'acquisition d'un smartphone ou de souscrire à un forfait téléphonique doivent non seulement montrer leur carte nationale d'identité mais aussi se soumettre à un scan de leur visage et accepter que leurs données soient liées à leur numéro de téléphone puis conservées par les autorités.

Cette mesure est le fruit d'une nouvelle directive publiée cet automne par le gouvernement chinois visant à "préserver les droits légitimes et les intérêts des citoyens en ligne" en renforçant l'enregistrement sous une identité réelle, une obligation en vigueur depuis au moins 2013.

Le texte impose aux opérateurs téléphoniques d'utiliser tous les moyens possibles pour vérifier l'identité des personnes se dotant d'un nouveau numéro de téléphone et notamment le recours à l'intelligence artificielle. Les acheteurs pourront ainsi être enregistrés en train d'effectuer un mouvement du visage et de cligner les yeux, a expliqué à l'AFP un représentant de China Unicom. 

La reconnaissance faciale de plus en plus utilisée

Convaincue que la bonne santé économique du pays passe par la mise au pas de la population, la Chine ne néglige aucune piste pour lier les identités réelles au monde numérique. Ces dernières années, le pouvoir central a fait de la lutte contre l'anonymat une priorité et pris toute une série de mesures pour contraindre les internautes à s'identifier sur les réseaux sociaux. Les utilisateurs de Weibo sont obligés de s'enregistrer sous leur identité réelle depuis maintenant sept ans. 

À lire aussi
Un utilisateur de l'application Uber, en face d'un taxi londonien, le 22 septembre 2017 Connecté
Uber va bloquer les passagers mal notés, comment connaître sa note et l'améliorer

En parallèle, Pékin a mis en place le plus vaste réseau de vidéo-surveillance au monde et généralisé le recours à la reconnaissance faciale pour scruter en permanence le comportement des citoyens. Le pouvoir expérimente aussi dans certaines provinces un système de "crédit social", une sorte de permis à point récompensant et sanctionnant les citoyens en fonction de leur respect d'un ensemble de codes moraux en ligne et dans la vie réelle et de leurs états de faits économiques.

La reconnaissance faciale gagne aussi du terrain en Occident et notamment en France où elle semble constituer un horizon inéluctable pour les pouvoirs publics. Plusieurs initiatives ont déjà été menées au niveau local en attendant le lancement l'année prochaine d'un dispositif national d'identification par cette technologie pour accéder aux sites Internet des services publics. Le gendarme français des données personnelles a appelé récemment de ses vœux un débat public et législatif afin d'encadrer son utilisation et "éviter un changement de société non anticipé".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Chine Sécurité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants