2 min de lecture Propulsé

"Cette mission avec la fusée Vega, c’est l’Europe qui redécolle", pour Stéphane Israël

INVITÉ RTL - Stéphane Israël, PDG d’Arianespace, s’est exprimé sur Vega, fusée européenne, qui va être lancée dimanche 21 juin et placer en orbite plusieurs petits satellites. Une mission qui signe le retour de l’Europe dans l’aérospatial.

debat On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
"Cette mission avec la fusée Vega, c'est l'Europe qui redécolle" pour Stéphane Israël Crédit Image : JODY AMIET / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Sarah Rozenbaum

Le lancement de la fusée européenne Vega était prévu pour le 18 juin mais aura finalement lieu dimanche 21 juin. Un retard qui s’explique par un problème de météo avec "des vents qui allaient poser problème pour le lancement".

Pour Stéphane Israël, le directeur d'Arianespace, "cette mission avec Vega, c’est l’Europe qui redécolle. Parce que Vega est un lanceur européen à dominante italienne, elle est vendue par Arianespace qui est un consortium européen, il y a des soutiens de l’Agence spatiale européenne et de la Commission européenne pour faire le premier charter de l’espace". 

53 satellites se trouvent à bord de Vega dont une très grande majorité pesant entre 300 grammes et 11 kilos. Ces petits satellites vont servir selon Stéphane Israël à faire "des démonstrations de télécommunication, de météorologie, d’observation de la Terre…". Ainsi, "toutes les applications de l’espace sont à bord d’une même fusée".

Un accès facilité à l'espace

L'occupation du domaine aérospatial évolue avec notamment la localisation des satellites envoyés qui change : "Ce qui est nouveau, c’est qu’on envoie de plus en plus de satellites dans la banlieue proche de la Terre. Il y a à peu près 2.500 satellites qui sont en orbite au-dessus de nos têtes en ce moment, 34.000 objets de plus de 10 centimètres également". Tout un nouvel ensemble d'objets à propos duquel "il va falloir réglementer".

À lire aussi
Un satellite (photo d'illustration) Propulsé
Nouvelle-Zélande: une fusée porteuse de satellites "perdue" après son lancement

Cette mission qui embarque 53 satellites pour 21 clients différents et 13 pays, représente un accès facilité à l'espace pour tous : "C’est une réduction de coûts, c’est très intéressant car cela donne une capacité d’accès à l’espace à des projets qui n’auraient pas les moyens de s’acheter une seule fusée."

Mais au-delà de cette simple mission, Stéphane Israël possède une vision plus globale de la place que doit occuper l'Europe dans l'espace : "Je pense qu’il faut que l’Europe ait une grande ambition spatiale. Nous ne sommes pas les États-Unis mais nous avons réalisé la deuxième ou la troisième puissance spatiale au monde. Nous avons une place de leader sur le marché donc nous avons, avec nos spécificités européennes, de très grands succès et nous en aurons d’autres."

Pour l'instant cependant, "il n’y a pas de projet de vol européen habité à court terme car c’est peu d’astronautes et ça coûterait plusieurs milliards pour le faire".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Propulsé Espace Ariane
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants