4 min de lecture Augmenté

5 projets innovants qui prouvent que la ville du futur n'est plus très loin

En 2050, près de 70% de la population mondiale vivra en ville. L'espace urbain va devoir s'adapter. Ces innovations pourraient l'y aider.

Le robot Diya One purifie l'air intérieur
Crédit Image : Partnering Robotics

Que nous réserve la "smart city", la ville intelligente de demain ? Dans le cadre de ses rendez-vous thématiques, Futur en Seine organisait jeudi 8 décembre Futur Territories, une journée d’exploration du futur de la ville et des façons innovantes d’appréhender un territoire, ses dynamiques et ses usagers. Une vingtaine de start-up étaient réunies dans les locaux de Cap Digital, à l’Est de Paris, pour présenter des produits et services tournés vers une organisation urbaine plus efficiente grâce à une meilleure gestion des flux humains, des transports et des biens, une meilleure utilisation des ressources, une qualité de vie augmentée et une plus grande participation des citoyens. Illustration à travers cinq projets désireux de bouleverser, chacun à leur manière, notre façon de vivre au sein de la cité.

Un robot intelligent contre la pollution de l'air

À l'heure où une partie de la France s'habitue à l'épais brouillard de particules fines obstruant son horizon et s'interroge sur l'inertie des pouvoirs publics, ce petit robot joue sur du velours. Sa spécialité est de prendre soin de l'air intérieur, souvent bien plus pollué qu'à l'extérieur. Ses nombreux capteurs lui permettent de détecter des centaines de polluants et il est capable de purifier l'air d'une pièce s'il détecte que l'air y est trop pollué. 

SOLUTIONS | Au cœur de la robotique avec Partnering Robotics et ENGIE Cofely

Fabriqué par la start-up française Partnering Robotics, Diya One est le premier robot neuro-inspiré au monde. Grâce à son intelligence artificielle calquée sur les réseaux neuronaux des chauves-souris, il est capable de déambuler dans des allées densément peuplées. Son écran tactile s'utilise comme une tablette et affiche les mesures en temps réel. Multi-services, il peut aussi mesurer la consommation énergétique de certains appareils et optimiser leur utilisation. Il pourrait bientôt investir certains lieux publics comme les aéroports.

Des espaces sans fenêtre éclairés à la lumière du jour

Pourquoi allumer la lumière s'il fait beau dehors ? À l'origine de cette question pleine de bon sens, on retrouve des anciens étudiants de l'école Polytechnique, où de nombreux cours étaient dispensés dans des pièces aveugles, des salles sans fenêtre où les ampoules tournent à plein régime. Pour pallier à ce gaspillage énergétique et profiter des vertus de la lumière naturelle, les fondateurs d'Echy ont imaginé un dispositif capable de capter la lumière du soleil pour éclairer l'intérieur des bâtiments. 

Croquis du dispositif Echy

Echy se compose d'un module de concentration, constitué de lentilles de Fresnel, fixé sur un tracker solaire. Orienté face au soleil tout au long de la journée, celui-ci capte la lumière de l'astre et la transporte dans le bâtiment à l'aide de faisceaux de fibres optiques. La lumière est ensuite diffusée par des luminaires au design épurée et complétée par des LEDs si la météo est capricieuse. Echy aspire désormais à faire profiter les commerces, les bureaux, les lieux d'enseignements et les établissements de santé des nombreux bienfaits de la lumière naturelle (économies, santé, concentration, confort...).

Une ferme urbaine sans sol et sans soleil

Pour répondre aux besoins alimentaires de l'humanité, la Ferme urbaine lyonnaise (FUL) a mis au point un système de culture verticale piloté par ordinateur en milieu clos. Dans cette ferme d'un nouveau genre, on produit des salades, du basilic ou des piments au goût prononcé en intérieur, sans sol, sans lumière naturelle et sans intervention humaine directe tout au long de l'année. L'environnement est optimisé pour les aliments cultivés et le lieu stérilisé pour éviter les maladies. Et le goût des aliments garanti par photosynthèse.

La Ferme urbaine de Lyon abrite des salades cultivées hors sol
Crédit Image : http://www.fermeful.com/

L'espace est séparé en trois parties. Au rez-de-chaussée poussent les bébés salades. Lorsqu'ils grandissent, ils passent à l'étage supérieur via des chariots automatisés. Au fil de leur croissance, ils gagnent la place nécessaire à leur développement et se rapprochent de la lumière produite par les LED. Tout est piloté à distance par l'humain. La FUL permet de produire jusqu'à dix fois plus que dans un champ classique, deux fois plus rapidement. Et le coût de production plus élevé est compensé par les rendements supérieurs. En expérimentation à Lyon, la FUL pourrait bientôt débarquer à Paris.

Des biens livrés par des voyageurs

Cette start-up bordelaise se rêve en BlablaCar de la livraison. Fondée par la franco-brésilienne, Chantal Barrat, à qui l'on doit le succès des claquettes Havaianas en Europe, l'application PostTrip est un service de livraison inédit qui propose de mettre en relation des particuliers partant en voyage avec des personnes désireuses d'envoyer un objet. Les biens sont assurés par le partenaire Allianz. Le voyageur fixe le prix de la livraison et les modalités de la prise en charge et du dépôt de l'objet à livrer avec l'expéditeur directement sur l'application.

Post Trip veut révolutionner le transport de biens
Crédit Image : Capture d'écran

Post Trip présente plusieurs avantages. L'expéditeur peut suivre la livraison en temps réel et s'assure que l'objet est livré par une personne de confiance, dont l'identité est vérifiée au préalable par les équipes de Post Trip. Le voyageur voit pour sa part ses frais de transports réduits et contribue au développement de l'économie collaborative. Chantal Barrat ajoute que son service permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre générées par le secteur des transports. PostTrip est en passe d'effectuer son premier tour de table et vise quelque 300.000 utilisateurs à la fin de l'année prochaine.

Des colis livrés à n'importe quel moment en votre absence

Plus besoin de poser un jour de congé ou de faire le pied de grue à la Poste pour récupérer un colis. Avec la boîte à colis intelligente ParcelHome, vous ne raterez plus une livraison. Même en cas d'absence. Telle est la promesse portée par la start-up belge éponyme qui a mis au point ce dispositif. 

DHL Delivery Parcelhome

Le coffre est relié à une application pour smartphone qui permet au propriétaire d'être prévenu lorsque son colis a été déposé et lui fournit une clé virtuelle sécurisée pour ouvrir la boîte par Bluetooth. Le transporteur peut quant à lui ouvrir la boîte grâce à un badge. Ces boîtes aux lettres nouvelle génération commencent à fleurir dans plusieurs villes de l'Ouest de Paris, où elles sont déjà en phase d'expérimentation. Elles seront bientôt commercialisées 250 euros à l'achat, ou 10 euros par mois en location.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés