6 min de lecture High-tech

Apple Watch : un an après, est-elle à l'heure ?

Un an après sa commercialisation, la montre intelligente de la marque à la pomme se fait discrète.

Tim Cook, le PDG d'Apple (illustration)
Tim Cook, le PDG d'Apple (illustration)
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Le 24 avril 2015, l'Apple Watch investissait les Apple Store et quelques enseignes partenaires triées sur le volet pour un lancement mondial entre passionnés. Après plusieurs années de rumeurs, six mois après sa présentation en grandes pompes lors d'une keynote ponctuée par un live de U2, l'Apple Watch débarquait sur le marché émergent des montres intelligentes deux ans après la concurrence avec l'espoir d'impulser son décollage, comme l'iPod et l'iPad ont permis celui des baladeurs MP3 et des tablettes en leurs temps.

Première nouvelle ligne de produits commercialisée par Apple depuis l'iPad, cinq ans plus tôt, et premier appareil de l'ère Tim Cook, l'Apple Watch devait prouver au monde que le groupe informatique de Cupertino était toujours capable d'innover après la mort de son fondateur et gourou des nouvelles technologies Steve Jobs. Douze mois plus tard, l'Apple Watch souffle sa première bougie dans la plus grande discrétion et alimente les spéculations des observateurs.

Pas de résultats officiels

Surfant sur l'essor des objets connectés, l'Apple Watch devait permettre à Apple d'atténuer sa dépendance à l'iPhone, qui représente près des deux tiers de l'activité du groupe. Un an après son lancement, difficile de dire si elle y est parvenue. Alors qu'Apple se prépare à enregistrer un premier recul des ventes de son produit moteur cette année, un voile persiste sur les ventes de sa montre connectée. 

Apple a toujours éludé la question lors de la publication de ses résultats trimestriels, dissimulant les chiffres au sein de la catégorie fourre-tout "autres produits". Les analystes estiment néanmoins qu'entre 8 et 13 millions de modèles ont été écoulés l'an passé, soit 50 à 75% du total des ventes du marché pour les plus optimistes. 

À lire aussi
L'iPhone Xs est le nouveau fer de lance d'Apple Connecté
Apple offre un million de dollars à qui saura pirater un iPhone

Ces résultats suffiraient à placer Apple dans le peloton de tête de l'horlogerie mondiale et à la troisième marche du podium du secteur des objets connectés à porter (qui comprend les montres, bracelets et trackers connectés), derrière le Chinois Xiaomi et l'Américain Fitbit. Mais ils ne sont pas comparables avec les 75 millions d'iPhone vendus au dernier trimestre 2015.

Encore un produit de niche

Avec une quarantaine de combinaisons possibles, l'Apple Watch constituait l'appareil à la plus large palette de choix jamais lancée par l'Apple, avec des modèles spécialement conçus pour mettre un pied dans l'industrie du luxe. Avec un prix de base de 399 euros et des éditions spéciales pouvant grimper jusqu'à 11.000 euros, elle était aussi le produit au plus grand arc tarifaire du groupe. Sur le plan des applications, Apple avait vu large en affichant plus de 3.500 titres dans l'App Store avant même le lancement de la montre.

Mais l'Apple Watch est encore l'affaire d'un public de passionnés et de technophiles, à l'image de ceux qui ont investi les boutiques Apple le jour de son lancement. Selon un sondage de l'agence de pub Fluent, 53% des Américains estiment que l'Apple Watch est un flop. Mais les trois-quarts des possesseurs de la montre y voient un succès d'Apple qui séduira la majorité de leurs concitoyens dans la prochaine décennie.

>
Apple Watch : un lancement à Paris entre passionnés Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : Paul Guyonnet / RTL.fr | Date :

De l'avis des spécialistes, Apple a très certainement développé la montre intelligente la plus performante du marché. Le géant américain s'est distingué de la flotte Android Wear par l'esthétique séduisante, les fonctions plus riches et la simplicité d'utilisation de sa montre, au sein de laquelle il a introduit de nouvelles interactions, notamment via la molette de navigation et des fonctions réparties entre cinq écrans sur l'interface, pour s'adapter au format miniature de l'écran. Mais il souffre des mêmes écueils que ses concurrents pour la faire adopter au grand public. 

Des axes d'amélioration identifiés

Premier grief exprimé par les utilisateurs, l'autonomie de l'Apple Watch est encore limitée et ne dépasse pas les 18 heures quand celle de la Samsung Gear peut tenir plus de 36 heures. Elle décharge encore trop rapidement l'iPhone auquel elle est appairée. Le temps de chargement de certaines applications est trop long et certaines actions sont plus rapides à effectuer sur l'iPhone. Comme ses concurrentes, l'Apple Watch ne dispose pas encore d'une application qui la rendrait indispensable en plus d'être désirable. Selon une étude parue fin 2015, 96% des possesseurs de montres intelligentes les utilisent essentiellement pour lire l'heure. Le lecture des notifications est le deuxième usage favori, devant les applications santé.

Ces défauts sont certes conséquents pour un produit vendu plusieurs centaines d'euros mais prévisibles pour un produit de première génération, qui n'a pas encore pris la pleine mesure de son potentiel. Ils seront certainement corrigés au fil des versions développées par Apple, comme l'iPhone s'est amélioré année après année. "La première Apple Watch n'est peut-être pas pour vous, mais un jour, elle changera votre monde", avançait le New York Times à sa sortie. Jeff Williams, numéro 2 d'Apple, se montrait récemment confiant quant à l'évolution de la Watch qu'il voit marquer "la fin des appareils à une seule fonction sur le poignet, de la même façon que l'iPhone a mis fin aux téléphones mono-fonction". 

D'après Jeff Williams, le futur de l'Apple Watch se jouera selon lui dans les "interactions multiples autour des communications, des paiements et de la planification". La montre intelligente d'Apple devrait bientôt voir s'ouvrir de nouveaux débouchés avec le déploiement en France et en Europe du service de paiement mobile de la marque à la pomme Apple Pay dans les prochaines semaines, le développement de l'Internet des objets et de la santé connectée. Lors de la dernière keynote, Apple a d'ailleurs présenté Carekit, une plateforme open source dédiée au suivi de maladies via l'Apple Watch.

Bientôt l'Apple Watch 2 ?

Il est de plus en plus question de la présentation de la prochaine génération de la Watch. Plusieurs spécialistes voyaient Apple annoncer l'Apple Watch 2 lors de la keynote de mars dernier. Le groupe informatique s'est finalement contenté de renouveler les accessoires de sa montre, avec une nouvelle gamme de bracelets à la clé et d'acter la baisse de prix du modèle d'entrée de gamme, passé de 399 à 349 euros. 

Apple pourrait finalement lever le voile sur la nouvelle version de sa montre le 13 juin lors de la WWDC. D'après les prévisions de Brian White, analyste au sein du courtier new-yorkais Drexel Hamilton, la Watch 2 devrait bénéficier d'un boîtier 20 à 40% plus fin que la première version, gagner en autonomie et introduire de nouveaux composants internes. Ce calendrier est corroboré par plusieurs sous-traitants d'Apple qui tablent déjà sur des premières livraisons au mois de juin avant une production massive à la fin de l'été.

La dynamique du marché pourrait cependant contraindre Apple à temporiser. Selon l'analyste de KGI Securities Ming-Chi Kuo, les ventes de montres connectées vont reculer cette année, celles d'Apple passant de 10,6 millions l'an dernier à 7,5 millions en 2016. Dans ces conditions difficiles, la marque à la pomme pourrait se contenter d'une mise à jour interne de sa montre intelligente, à l'instar des versions améliorées dites "s" de l'iPhone, et conserver la gamme actuelle de boîtiers.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
High-tech Apple Watch Montres connectées
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants