6 min de lecture High-tech

Apple Watch : six mois après, où en est la montre connectée d'Apple ?

DÉCRYPTAGE - Six mois après son lancement en boutiques, l'Apple Watch aborde son premier point d'étape avec quelques certitudes et autant d'inconnues.

Apple prévoit de dévoiler l'iPhone 6c et l'Apple Watch 2 au printemps
Apple prévoit de dévoiler l'iPhone 6c et l'Apple Watch 2 au printemps Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Déjà six mois que l'Apple Watch s'affiche sur les étales des Apple Store et d'enseignes de renommée mondiale triées sur le volet. Annoncée en fanfare au mois de septembre 2014, l'Apple Watch était la première nouvelle ligne de produit commercialisée par Apple depuis l'iPad. Avec 38 combinaisons possibles à son lancement, elle est aussi le produit à l'éventail de choix et la fourchette de prix les plus larges jamais lancé par le groupe informatique américain. Lancée le 24 avril dernier, à l'issue d'un plan marketing savamment orchestré, la montre connectée de la marque à la pomme était attendue de pied ferme dans un secteur en plein essor dont elle devait insuffler le décollage en l'ouvrant au grand public comme elle l'a fait dans la musique et la téléphonie avec l'iPod et l'iPhone en leurs temps.

La meilleure montre d'un marché en quête de nouveaux usages

De l'avis des spécialistes, Apple a très certainement développé la montre intelligente la plus performante du marché. Le géant américain a misé une fois de plus sur la recette qui a fait son succès : le souci du détail et la simplicité d'utilisation, même s'il a dû introduire de nouvelles interactions pour s'adapter au format miniature de l'écran. Mais il n'a pas encore résolu le problème sur lequel butent tous les constructeurs du secteur : comment élever les montres connectées au-dessus de leur cadre originel d'outil périphérique des smartphones. L'Apple Watch permet d'abord de moins se servir de son iPhone pour simplifier la vie d'utilisateurs toujours plus connectés. Elle affiche les notifications des médias et réseaux sociaux, les SMS, prend les appels entrants, suit les itinéraires, affiche des widgets météo ou musicaux. Elle permet aussi de commander un Uber, de retrouver une chanson sur Shazam ou encore de gérer ses billets d'avion.

L'Apple Watch revêt aussi une dimension sportive. Elle intègre un cardiofréquencemètre ainsi qu'un GPS et un accéléromètre, via l'iPhone, pour un suivi des activités sportives et physiques. Elle affiche un historique hebdomadaire de vos efforts et décompte quotidiennement vos exercices. Elle permet aussi de se fixer des objectifs personnels, qu'elle s'efforcera de vous faire atteindre à grand coups de rappels. Le tout, avec une autonomie qui lui permet de tenir largement une journée. Elle s'adresse aux sportifs occasionnels et aux personnes soucieuses d'adopter un comportement sain plus qu'aux sportifs désireux d'améliorer leurs performances sur des critères spécifiques. Rien de révolutionnaire, donc, mais largement suffisant pour la distinguer de la flotte de montres Android déjà présente sur le marché depuis une vingtaine de mois et offrir "enfin un sens aux montres intelligentes", de l'aveu du Wall Street Journal

L'Apple Watch a été lancée le 24 avril 2015
L'Apple Watch a été lancée le 24 avril 2015 Crédit : AFP

Cela dit, l'Apple Watch est encore loin d'avoir pris la pleine mesure de son potentiel. "La première Apple Watch n'est peut-être pas pour vous, mais un jour, elle changera votre monde", avançait le New York Times à sa sortie. Comme tous les premiers-nés d'Apple, elle demande un peu de temps avant d'être prise en main et souffre de défauts que les premiers utilisateurs n'ont pas manqué de relever. Les interactions sont encore limitées. Elle décharge un peu trop rapidement l'iPhone. Le temps de chargement de certaines applications est trop long et certaines actions sont plus rapides à effectuer sur l'iPhone. Comme avec l'iPhone ou l'iPad, l'Apple Watch se perfectionnera au fil de ses générations. La dernière mise à jour de son logiciel interne a déjà apporté des petites améliorations (comme l'ouverture aux applications tierces) qui devraient corriger ces problèmes. 

Apple est entré dans le grand monde

À lire aussi
La faille est apparue sur le modèle Galaxy S10. Samsung recommande d'effacer toutes ses empreintes à l'intérieur du téléphone. High-tech
Galaxy S10 : Samsung recommande de supprimer ses empreintes après une faille

L'Apple Watch signe l'entrée d'Apple dans le marché naissant des wearables, les objets connectés à porter au plus près de soi. Elle est le produit le plus personnel jamais développé par l'entreprise californienne. Pour la faire accepter du plus grand monde, Apple a déployé une stratégie inédite, ciblant à la fois le grand public et le monde de la mode et du luxe, avec une gamme de prix s'étirant de 399 à plus de 18.000 euros. Signe de cette volonté d'investir le grand monde, la marque à la pomme s'est invitée au calendrier de la Fashion Week parisienne pour la deuxième fois en deux ans. L'an dernier, sa montre connectée s'est affichée en exclusivité mondiale dans le temple parisien de la mode Colette lors d'un événement auquel était convié le gratin du milieu, Anna Wintour et Karl Lagarfeld en tête. Cette année, Apple a profité du grand raout parisien pour présenter le fruit de sa collaboration avec Hermès, l'intemporel symbole du luxe artisanal à la française, et intensifier davantage sa conquête de la clientèle féminine.

L'Apple Watch version Hermès
L'Apple Watch version Hermès Crédit : Antoine Daccord / RTL.fr

Apple n'a pas lésiné sur les moyens pour intégrer le monde du luxe et de la mode. Le groupe américain a débauché plusieurs dirigeants de grands noms du secteur comme Louis Vuitton, Yves-Saint-Laurent, Tag Heuer ou Burberry. Après s'être exposée chez Colette, l'Apple Watch s'est affichée au poignet des stars et sur papier glacé en une de la version chinoise du magazine Vogue. Elle a été présentée par la top model américaine Christy Turlington lors d'une keynote au mois de mars. Elle est vendue dans des points de vente ultra sélectifs comme les Galeries Lafayette à Paris, Selfridges à Londres et Isetan à Tokyo où des démonstrateurs rompus aux rouages de la haute joaillerie la manipulent avec des gants blancs. Pour susciter le désir, Apple a donné la priorité aux ventes en ligne, quitte à alimenter les pénuries dans les points de vente physiques et mettre des clients sur liste d'attente comme le font les marques traditionnelles du luxe. Le jeu en vaut la chandelle. Dans ce milieu, l'Apple Watch est abordable. L'édition Hermès de l'Apple Watch est la moins chère des montres Hermès malgré un prix dix fois supérieur à la plupart des montres high-tech du marché 

Le match des spéculations

La principale inconnue demeure dans le taux d'adoption de l'Apple Watch. Contrairement aux habitudes du groupe, aucun communiqué d'Apple n'est venu ponctuer le lancement de l'Apple Watch pour vanter les premiers chiffres des ventes, malgré des estimations faisant état d'un lancement plus fulgurant que l'iPhone et l'iPad en leurs temps. Invité de marque de la conférence organisée mi-octobre par le Wall Street Journal, le PDG du groupe Tim Cook a refusé de divulguer le moindre résultat, arguant qu'il s'agit "de renseignements concurrentiels" et qu'il "ne veut pas aider [ses] concurrents". Rassurant, Tim Cook s'est contenté d'assurer qu'Apple avait livré "un grand nombre d'Apple Watch au premier trimestre", en avait "écoulé davantage au dernier trimestre" et allait "en expédier encore plus au prochain trimestre". Ce silence alimente pourtant les spéculations des analystes qui tentent d'évaluer le succès de la montre connectée de l'entreprise californienne. 

À l'aube de la présentation des résultats financiers de la marque à la pomme le 27 octobre, le magazine américain Fortune a compilé les estimations de 17 analystes. La fourchette est large. Les plus pessimistes tablent sur 2,5 millions de modèles vendus au quatrième trimestre de l'année 2015. Les plus optimistes misent sur 6 millions d'unités. Apple aurait donc écoulé 4 millions d'Apple Watch en moyenne lors des trois derniers mois, un chiffre proche de celui avancé par le cabinet IDC qui mise sur 3,6 millions d'exemplaires. Ce résultat placerait l'entreprise californienne à la deuxième place du marché des wearables, derrière Fitbit, spécialiste des traqueurs d'activité, qui a livré 4,4 millions de bracelets connectés au dernier trimestre. Pour atteindre l'objectif officieux de 15 millions d'unités vendues sur l'ensemble de l'année, Tim Cook espère que l'Apple Watch se posera en "cadeau incontournable" au pied des sapins. Apple a d'ailleurs lancé sept spots publicitaires d'une dizaine de secondes pour vanter les fonctions de sa montre en prévision des fêtes de fin d'année.

La rédaction vous reccomande
Lire la suite
High-tech Apple Watch Apple
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants