3 min de lecture High-tech

Apple Watch : les conclusions des premiers tests d'utilisation

Avant l'ouverture des précommandes et des sessions d'essayage le 10 avril, la presse spécialisée a pu tester l'Apple Watch pendant une semaine. Si elle salue la meilleure montre connectée du marché, la presse relève également des défauts inhérents à la première génération d'un produit.

L'Apple Watch est disponible en France le 24 avril
L'Apple Watch est disponible en France le 24 avril Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

La presse est unanime. Après une première semaine d'utilisation, les journalistes spécialisés dans les nouvelles technologies s'accordent à décerner à l'Apple Watch la palme de meilleure montre connectée du marché à la faveur de la qualité de ses finitions, de son ergonomie et de son autonomie. Cela dit, l'enthousiasme est plus mesuré lorsqu'il s'agit d'évoquer ses fonctions et sa manipulation. Plusieurs critiques reviennent régulièrement et empêchent la montre connectée de la marque à la pomme d'être érigée en produit indispensable à quelques jours de son lancement dans plusieurs dizaines de pays le 24 avril. Des défauts auxquels il fallait cependant s'attendre pour un produit de première génération.

La meilleure montre intelligente du marché

Disponible en précommande et visible dans quelques enseignes triées sur le volet à partir de ce vendredi 10 avril, l'Apple Watch est sans conteste "la plus belle montre connectée disponible" aux yeux de The Verge, qui salue au passage la finesse et la qualité de son écran Retina. Le Figaro s'avoue séduit par "ses contours bombés et sa finition chromée". Mieux, elle offre "enfin un sens aux montres intelligentes", selon le Wall Street Journal. Le quotidien américain y voit même "un ordinateur construit pour optimiser son temps". 

L'Apple Watch permet en premier lieu de passer moins de temps les yeux rivés sur son iPhone. "Concrètement, on peut dire que j'utilise moitié moins mon téléphone", remarque la journaliste de Metronews. "Elle n'est pas un gadget destiné aux ultra-connectés. Sa mission est de filtrer les informations que nous recevons sur le téléphone pour ne présenter que l'essentiel", abonde Le Figaro. Le New York Times salue de son côté la vibration qui évolue en fonction de la nature des notifications quand le Wall Street Journal loue la possibilité d'ajouter un rendez-vous à son agenda par simple dictée.

"Certaines de ses fonctions pourront aider les moins actifs à retrouver la forme", observe encore Le Figaro. L'Apple Watch peut en effet se muer en tracker d'activité et "enregistrer les pas effectués et les mouvements physiques pour déduire les distances parcourues et les calories dépensées pendant la journée".

Les défauts d'une première génération de produit

À lire aussi
L'iPhone Xs est le nouveau fer de lance d'Apple Connecté
Apple offre un million de dollars à qui saura pirater un iPhone

De l'avis général, l'Apple Watch est toutefois encore très loin d'avoir pris la mesure de son potentiel. Comme tous les premiers-nés de la marque à la pomme, elle demande un peu de temps avant d'être totalement prise en main. "Le logiciel de la Watch demande un certain temps d'apprentissage qui pourra en décourager certains. La montre n'est pas faite pour des novices de la technologie", estime le New York Times. 

Le site spécialisé référent aux États-Unis The Verge ne cache pas sa déception devant la lenteur du chargement des données de l'iPhone, notamment pour l'application Plans de guidage par satellite. Il est aussi impossible de corriger les messages dictés à la montre, ni de répondre aux mails par commande vocale, regrette Le Figaro. 

L'Apple Watch souffre des défauts qui incombent aux premières versions d'un produit. À l'instar de l'iPhone ou de l'iPad en leur temps, les applications développées par des éditeurs tiers ne sont pas encore au niveau des applications natives. "La plus grosse déception", selon le Wall Street Journal, qui en a testé une trentaine. Le prix de l'Apple Watch, vendue à partir de 399 euros et jusqu'à 18.000 euros pour la version or, émarge également au rang des points négatifs relevés par la presse.

Une bonne surprise, l'autonomie

La question a agité le Landerneau technophile depuis l'officialisation de l'Apple Watch en septembre dernier. Réussirait-elle à allier des fonctions dignes d'un smartphone à une autonomie qui ne soit pas indigne d'une montre ? A priori, oui. "Elle tient assez facilement la journée", relève ainsi Metronews, "à condition de limiter les jeux à même la montre et la mesure de l'activité cardiaque". Le Figaro salue pour sa part une recharge à induction simple et rapide, "de l'ordre de deux heures pour faire le plein d'énergie". Seule ombre au tableau, lorsque la batterie est fatiguée, l'écran met plus de temps à s'allumer, note The Verge. La conclusion, au New York Times : "La première Apple Watch n'est peut-être pas pour vous, mais un jour prochain, elle changera votre monde".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
High-tech Apple Watch Apple
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants