4 min de lecture High-tech

Apple Watch : comment Apple veut faire décoller le marché des montres connectées

Lors d'une conférence de presse lundi 9 mars, Apple a précisé les contours de son plan d'attaque du marché des montres connectées.

L'Apple Watch se décline en plusieurs versions
L'Apple Watch se décline en plusieurs versions Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Preuve de l'importance que revêt l'Apple Watch pour l'entreprise californienne, Apple a consacré une deuxième conférence à la présentation de sa montre connectée. Un honneur que l'entreprise californienne n'avait encore jamais réservé à l'un de ses produits. Après l'avoir présentée encore au stade de prototype au mois de septembre dernier, Tim Cook est rentré davantage dans les détails, lundi 9 mars, lors d'une keynote organisée à San Francisco, où il a précisé les contours du plan d'attaque de la marque à la pomme dans la bataille des montres connectées.

La rédaction vous recommande

Un plan d'attaque sans surprise

Après avoir présenté un nouveau MacBook, le successeur de Steve Jobs s'est d'abord évertué à répondre aux questions qui étaient restées jusque-là sans réponse. L'Apple Watch est disponible le 24 avril en France et dans une dizaine de pays. Elle est à l'essai depuis ce vendredi matin à Paris, aux Galeries Lafayette, et dans les Apple Store. Elle sera vendue 399 et 449 euros selon la taille (38 ou 42 mm) pour le modèle sport en aluminium, de 649 à 1249 euros pour le modèle Watch en acier inoxydable et saphir entre 11.000 et 18.000 euros pour la version en or 18 carats. Les bracelets interchangeables seront quant à eux vendus entre 59 et 499 euros. L'autonomie est annoncée à 18 heures pour une utilisation normale. Il faudra donc recharger l'Apple Watch la nuit, via une alimentation à induction.

Passés ces éléments concrets, Apple s'est ensuite employé à démontrer à quoi pourrait bien servir de porter à son poignet une montre à écran tactile connectée à son smartphone. Ses principaux concurrents se sont déjà lancés sur ce marché porteur, mais encore réservé aux férus de nouvelles technologies. Les analystes s'accordent à dire que l'Apple Watch pourrait bien l'ouvrir au grand public. Pour y parvenir, la marque à la pomme mise d'abord sur son écosystème et son magasin d'applications, où une section spéciale lui sera consacrée. "Des milliers d'applications ont déjà été développées", a assuré Tim Cook, qui espère également voir les développeurs lui trouver de nouveaux usages.

Comment rendre la Watch indispensable ?

L'Apple Watch permettra avant tout de moins se servir de son iPhone, qui restera néanmoins nécessaire à son fonctionnement puisqu'il faudra passer par lui pour paramétrer les applications. Elle affichera çà et là les notifications des médias et des réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Instagram sont déjà de la partie) et les SMS. Elle prendra les appels entrants, suivra un itinéraire (via le GPS de l'iPhone) et affichera des widgets (météo, musique, bourse) avec "Glances", sorte de pendant Apple de Google Now. La Watch permettra aussi de prendre un Uber, de scanner une chanson sur Shazam, de gérer ses billets d'avion ou ses places de concert en deux temps trois mouvements avec PassBook. Autant d'activités quotidiennes qui doivent la rendre indispensable à des utilisateurs toujours plus connectés.

À lire aussi
La faille est apparue sur le modèle Galaxy S10. Samsung recommande d'effacer toutes ses empreintes à l'intérieur du téléphone. High-tech
Galaxy S10 : Samsung recommande de supprimer ses empreintes après une faille

Vigie de l'activité physique et du rythme cardiaque, la Watch pourra même prévenir son propriétaire lorsqu'il reste inactif trop longtemps. "C'est comme avoir un coach au poignet", s'est amusé Tim Cook. En attendant un médecin ? Apple a aussi longuement évoqué l'impact sanitaire et éthique que pourrait avoir sa montre connectée avec le lancement de Research Kit. Cette plateforme doit "révolutionner" la recherche médicale en aidant les médecins à rassembler des données plus fréquemment et avec plus de précision en recueillant les données des utilisateurs d'iPhone volontaires dans le traitement de pathologies comme l'asthme ou Parkinson.

Peut-on changer de montre comme d'iPhone ?

La plupart de ces fonctionnalités étaient déjà connues. Apple n'invente rien et la plupart de ses concurrents sont capables de proposer des services au moins équivalents. D'autres sont en mesure de proposer des montres capables de tenir plusieurs jours sans recharge, voire résistantes à l'eau alors que l'Apple Watch n'a toujours pas confirmé si elle était étanche. Faute de révolutionner le secteur, Apple pourrait néanmoins impulser son décollage comme elle l'avait fait avec l'iPod et l'iPhone en leur temps. Plus simple à apprivoiser que ses concurrentes Android, forte du génie marketing de la marque à la pomme, gageons qu'elle saura faire naître le désir malgré une utilité qui reste à démontrer.

Reste une interrogation. En lançant un premier modèle à partir de 399 euros, Apple joue une partition qui lui a toujours réussi. Celle du positionnement haut de gamme. Les analystes la voient d'ailleurs s'écouler à plusieurs dizaines de millions d'exemplaires. Mais en commercialisant des modèles entre 11.000 et 18.000 euros, elle met pour la première fois un pied dans l'horlogerie de luxe, où règnent de grandes maisons comme Rolex et Patek. Un horizon inédit pour une entreprise high-tech qui porte en lui le défi qui se présente désormais face à l'entreprise californienne : comment vendre un bien technologique menacé par l'obsolescence comme un produit de luxe qui ne se renouvelle pas tous les deux ans ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
High-tech Apple Apple Watch
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants