2 min de lecture Connecté

Apple News pourrait proposer un abonnement payant à la presse

La firme californienne préparerait une version payante de son application sur le modèle d'Apple Music aux États-Unis. Le service offrirait un accès illimité à une sélection de titres de presse en échange d'un abonnement mensuel.

Contrairement à la France, Apple News est une véritable application aux États-Unis
Contrairement à la France, Apple News est une véritable application aux États-Unis Crédit : Apple
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Apple pourrait bientôt faire payer l'accès à son application Apple News. Dans les prochains mois, le service pourrait accueillir aux États-Unis une offre d'abonnement premium donnant un accès illimité à un catalogue de titres de presse en échange d'un tarif mensuel, sur le modèle d'Apple Music

Ce mouvement serait la suite logique du rachat par Apple de Texture, une entreprise américaine proposant un accès en ligne aux meilleurs articles de 200 magazines (dont Wired, New York Mag, Sports Illustrated ou The Atlantic) au sein d'une interface propriétaire pour un peu moins de 10 dollars par mois.

Selon Bloomberg, Apple aurait intégré plusieurs employés de la société et ses technologies dans l'équipe d'Apple News pour développer cette nouvelle formule attendue pour l'année prochaine aux États-Unis.

Apple souhaite promouvoir un journalisme de qualité

Apple a refusé de commenter l'information. Mais l'entreprise a déjà évoqué ses desseins pour Texture dans un passé récent. La firme souhaiterait promouvoir "un journalisme de qualité provenant de sources fiables et permettant aux magazines de continuer à produire des histoires magnifiquement conçues et attrayantes pour les utilisateurs", expliquait en mars dernier Eddy Cue, vice-président d'Apple en charge des logiciels et services. Une initiative louable, à l'heure de la lutte contre les fake news, qui soulève à nouveau la question de la dépendance des médias aux géants du numérique. 

À lire aussi
Un visuel de Microsoft Windows (image d'illustration) Connecté
Windows 10 : Microsoft crée une mise à jour après une alerte sécurité de la NSA

Apple exerce déjà une influence considérable sur les titres de presse et leur audience grâce à son parc de smartphones et de tablettes. En France, où Apple News n'est qu'un widget proposé par défaut aux quelque 10 millions d'utilisateurs d'iPhone, la mise en avant d'un article par le service, après un processus de sélection opaque, lui permet de décupler son audience. Apple News représente désormais pour certains médias la première source de trafic sur mobile, devant Google News ou Facebook.

Apple mise de plus en plus sur les services

La question du montant du partage des données et des revenus est pour l'instant sans réponse. Selon des sources proches du dossier citées par Bloomberg, Apple envisage de reverser une partie des revenus des abonnements aux éditeurs des magazines inclus dans le programme aux États-Unis. Pour rappel, Apple fonctionne déjà de cette manière avec les éditeurs d'applications de l'App Store. L'entreprise prélève une commission de 30% sur les ventes d'applications et leur reverse 15% des revenus des abonnements souscrits.

Ce kiosque en ligne viendrait enrichir la panoplie de services proposés par Apple, qui comprend déjà Apple Music, l'App Store et l'iCloud, et représente l'une des divisions les plus performantes du groupe. La version payante d'Apple News ne semble pas avoir vocation à dépasser l'Atlantique pour l'instant, Apple devant négocier les droits des titres de presse dans chaque pays. Des offres équivalentes à Texture sont déjà proposées en France comme LeKiosk, SFR Presse et ePresse.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Apple Médias
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants