4 min de lecture Connecté

Accusés de faire le jeu de Trump, Google et Facebook cherchent la parade

Pointés du doigt depuis l'élection de Donald Trump pour leur rôle dans la désinformation des internautes, les deux géants veulent couper les vivres aux éditeurs de faux sites d'actualité.

Mark Zuckerberg à New Delhi en octobre 2014
Mark Zuckerberg à New Delhi en octobre 2014 Crédit : Chandan Khanna / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Facebook a-t-il favorisé l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis ? Après le choc de la victoire du milliardaire américain mercredi 9 novembre, le réseau social fondé par Mark Zuckerberg est dans le viseur des déçus du résultat du scrutin. Le New York Mag a par exemple publié une tribune au titre équivoque, "Donald Trump a gagné à cause de Facebook", dans laquelle il accuse la plateforme sociale aux 1,4 milliard d'utilisateurs d’avoir favorisé la propagation à grande échelle de fausses informations favorables au magnat de l’immobilier.

"Le Pape soutient Trump", "Les Clinton possèdent une maison à 200 millions de dollars aux Maldives", "Hillary Clinton appelle à la guerre civile en cas de victoire de Donald Trump"… Ces informations virales partagées par des pages sensationnalistes suivies par des millions de personnes ont conforté les électeurs de Trump dans leur choix, accuse le magazine, qui reproche aux algorithmes du réseau social de favoriser l’entre soi et de freiner le débat et la contradiction.

Les utilisateurs de Facebook enfermés dans des bulles de filtres

Régulièrement mis à jour, les algorithmes de Facebook trient les milliers de contenus susceptibles de s’afficher sur les timelines des utilisateurs afin de faire remonter ceux qui sont les plus à même de les intéresser. L’objectif est de faire rester le public plus longtemps sur le site afin qu’il soit exposé au plus de publicités possibles. Ce système fait le jeu des hoax, des fausses informations pensées pour faire réagir, qui génèrent beaucoup de mentions " j’aime" et de commentaires. Elles s'affichent tout en haut des fils d'actualité une fois devenues virales.

Les détracteurs de Facebook reprochent également aux algorithmes d'enfermer les internautes dans une pensée unique. "Plus nous aimons et partageons des contenus qui font écho à notre manière de penser, plus Facebook nous propose des publications similaires, résume le Guardian. Cela a peu à peu divisé la narration politique en deux bulles de filtres : une pour les conservateurs, et une pour les libéraux ". Chaque camp se retrouvant privé de toute désintox. 

À lire aussi
Le nouveau Motorola Razr sera vendu au prix de 1.500 dollars Connecté
Motorola ressuscite son mythique Razr avec un premier smartphone pliable à clapet

La capacité de Facebook a déformer la réalité et à façonner la compréhension des événements de ses utilisateurs est critiquée jusqu’en France. Comme Christiane Taubira et Laurent Fabius, le candidat à la primaire PS Benoît Hamon a estimé que le réseau social avait "une co-responsabilité à travers les algorithmes qui sont les siens et son mécanisme d’information identitaire" et qu’on "ne pourra pas continuer avec une forme de dichotomie entre des organes de presse écrite qui ont une responsabilité sur le contenu qu’ils publient et des hébergeurs qui se déchargent de toute responsabilité".

Google fait remonter un article pro-Trump conspirationniste

Facebook n'est pas seul sur le banc des accusés. Cette semaine, des algorithmes du moteur de recherche de Google ont mis en avant à leur tour de fausses informations. Depuis lundi, en tapant "who won popular vote" ou "final election count" sur Google.com, le moteur de recherche propose sur sa première page un article d'actualité émanant d'un blog Wordpress assurant que Donald Trump avait remporté à la fois le suffrage populaire et celui des grands électeurs. L'article est basé sur un tweet non vérifié reprenant les informations d'un journal ultra-conservateur américain. 

Google fait remonter de fausses informations après la victoire de Donald Trump
Google fait remonter de fausses informations après la victoire de Donald Trump

Sous le feu des critiques, les deux géants technologiques ont répliqué quasiment coup sur coup. Retranché derrière sa position habituelle d'entreprise technologique, simple hébergeur de contenus, Mark Zuckerberg a réfuté ces accusations vendredi, assurant lors d’une conférence organisée par le site spécialisé américain TechCrunch que "parmi tous les contenus de Facebook, plus de 99% est authentique". Les deux géants ont ensuite annoncé quasiment coup sur coup mardi soir une série de mesures pour lutter contre la propagation des fausses actualités sur leurs plateformes respectives. 

Facebook et Google face à leur responsabilité

Google s'attaque directement au porte-monnaie des sites qui relaient de fausses actualités en leur fermant l'accès aux services de sa régie publicitaire AdSense afin qu'ils ne dégagent pas de revenus grâce à de tels contenus. Sont concernés les sites qui "cachent, falsifient ou mentent sur l'identité de leur gérant, la nature de son contenu ou l'objectif poursuivi". Facebook a pour sa part modifié ses règles publicitaires en intégrant les fausses informations à la liste des éléments interdits, comme la pornographie, l'alcool et les armes. 

Les éditeurs de ces sites ne pourront donc plus s'enrichir sur le dos des plateformes mais aucune des deux entreprises n'explique en revanche comment elle compte trier les informations à l'avenir pour empêcher ces contenus d'être publiés. D'après le New York Times et de BuzzFeed, la position de Mark Zuckerberg lui vaut désormais une défiance en interne. Une douzaine d'employés de Facebook se questionnant sur le rôle joué par l'entreprise dans l'élection de Donald Trump aurait constitué un groupe de travail. Car à l'heure où une majorité d'Américains utilisent Facebook pour s'informer, le réseau social ne peut plus fuir ses responsabilités.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Facebook Google
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants