3 min de lecture Connecté

Accident mortel en Uber : la conductrice regardait "The Voice" sur son smartphone

Selon un rapport de police, l'opératrice chargée de reprendre les commandes du véhicule autonome en cas de besoin était en train de visionner une émission de télévision sur son smartphone lorsqu'une piétonne a traversé en dehors d'un passage.

Une voiture autonome Uber dans les rues de Pittsburgh, en mars 2017 (illustration)
Une voiture autonome Uber dans les rues de Pittsburgh, en mars 2017 (illustration) Crédit : SIPA
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

La police de Temple, dans l'Arizona, a livré ses conclusions sur l'accident fatal qui a impliqué un véhicule autonome Uber et coûté la vie à une personne en mars dernier. Pour les forces de l'ordre, la mort du premier piéton causée par l'incapacité d'une intelligence artificielle à prendre la bonne décision était "totalement évitable" par l'homme. 

Dans un rapport de plus de 300 pages, dont les grandes lignes ont été publiées par Reuters, les autorités locales pointent le manque de vigilance de l'opératrice, qui était chargée de reprendre les commandes du véhicule en cas d'imprévu mais était vraisemblablement en train de visionner l'émission The Voice sur son smartphone au moment du crash. Les autorités ont néanmoins reconnu que le système de conduite autonome n'était pas conçu pour l'alerter en cas de danger imminent. 

Un manque de vigilance humain...

Le 19 mars, une piétonne a été mortellement renversée par une voiture autonome Uber alors qu'elle traversait la route hors du passage clouté, le vélo à la main, dans la ville de Temple, dans la banlieue de Phoenix. Les premières analyses ont montré que les capteurs du véhicule l'avaient bien détectée plusieurs secondes avant l'impact. Mais le système de conduite n'avait pas jugé nécessaire de freiner jusqu'à une seconde et trois centième avant l'accident. 

Pour la police locale, l'accident aurait pourtant facilement pu être évité. Selon des données obtenues auprès de la plateforme de streaming Hulu, l'opératrice a regardé The Voice durant 42 minutes la nuit de la collision. Son activité aurait cessé juste avant 22 heures, l'heure où le véhicule a percuté la victime. La vidéo filmant la scène depuis l'habitacle de la voiture montre qu'elle a regardé plus de 200 fois en direction de la même zone, en bas à droite du tableau de bord, et qu'elle était inattentive un tiers du temps

À lire aussi
Un internaute sur son clavier d'ordinateur (illustration) Connecté
Coronavirus : qu'est-ce que Discord, l'appli des gamers qui a séduit les professeurs ?

Pour les enquêteurs, la conductrice "aurait pu réagir et stopper le véhicule 14 mètres avant la collision". Mais elle a levé la tête une demi-seconde seulement avant l'impact et avait les yeux rivés sur son smartphone les cinq secondes précédentes. Sa responsabilité désormais mise en cause, elle pourrait être accusée d'homicide involontaire si le procureur le décide. Aucun chef d'inculpation n'a pour l'instant été retenu à son encontre.

...doublé d'une défaillance logicielle

Fin mai, un rapport préliminaire de la NHTSB, le régulateur américain des transports, a mis en cause le logiciel du véhicule autonome qui aurait choisi de ne pas freiner après avoir détecté la victime. Les capteurs ont repéré un objet environ six secondes avant la collision. Mais le système d'exploitation a jugé qu'il s'agissait d'un faux positif (comme un sac plastique, par exemple) et considéré qu'il n'était pas nécessaire de s'arrêter. 

Le logiciel a ensuite tenté d'activer le freinage d'urgence, une seconde avant l'impact, mais cette fonctionnalité avait été désactivée pour ce test, afin de ne pas provoquer de collision en chaîne à cause de freinages intempestifs. L'erreur de l'opératrice n'a donc pas pu être rattrapée par le logiciel, et inversement. Ce drame illustre les progrès que doit encore réaliser l'intelligence artificielle dans la prise de décision et le long chemin restant à parcourir pour la voiture autonome.

Uber a mis en sommeil toutes ses expérimentations de véhicules autonomes et licencié près de 300 salariés dans la foulée de l'accident. Le président de l'entreprise, Dara Khosrowshahi a fait savoir fin mai que les essais pourraient reprendre dans les prochains mois, sans donner davantage de détails.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Voiture autonome Uber
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants