3 min de lecture Espace

3 manières d'éviter la collision d'un astéroïde avec la Terre

Le cargo spatial russe incontrôlable représente peu de dangers pour la population. Mais si de plus gros corps, comme des astéroïdes, venaient à tomber dans l'atmosphère, il faudrait employer les grands moyens.

Un détail de l'affiche du film "Deep Impact" (1997)
Un détail de l'affiche du film "Deep Impact" (1997) Crédit : United International Pictures (UIP)
Martin Cadoret
Martin Cadoret

Le cargo spatial Progress, devenu incontrôlable, a démarré sa chute vers la Terre mercredi 29 avril. Le vaisseau représente cependant peu de danger : il devrait se désintégrer dans l'atmosphère. Les pièces restantes ont une forte probabilité de tomber dans les océans qui couvrent la majeure partie de la surface terrestre.

Régulièrement, les plus petits corps célestes qui arrivent sur Terre subissent le même sort en entrant dans l'atmosphère. Les étoiles filantes sont d'ailleurs le résultat de la désintégration du météore. Mais une grosse météorite pourrait ne pas se désagréger totalement et s'écraser sur Terre, provoquant une véritable catastrophe. Les scientifiques ont déjà réfléchi à des moyens pour éviter le pire : voici 3 techniques pour éviter l'impact, digne de scénarios de science-fiction.

Pulvériser l'astéroïde avec une bombe nucléaire

L'objectif de cette technique est d'éviter une collision frontale avec un énorme objet en le pulvérisant. L'avantage : une mise en oeuvre dans un temps relativement restreint, pour un coût d'environ 1 milliard de dollars. Mais le corps céleste pourrait se fragmenter en de multiples petits astéroïdes tout aussi dangereux pour la planète. Pour éviter cela, il faudrait une bombe capable de frapper à une grande vitesse, mais son détonateur risque d'être désintégré avant même l'impact sur l'astéroïde.

Le professeur Bong Wie, de l'université de l'Iowa, a proposé une solution jugée prometteuse par la NASA : faire un vaisseau composé de deux parties. La 1ère se chargerait de creuser un premier trou dans l'astéroïde, et la 2ème, contenant la bombe, irait se loger encore plus profondément dans le caillou. L'explosion serait si forte que 99% des restes de l'astéroïdes éviteraient la Terre selon le professeur Wie. Les morceaux restants finiraient en étoiles filantes.

Le schéma explicatif de l'engin du professeur Bong Wie
Le schéma explicatif de l'engin du professeur Bong Wie Crédit : Bong Wie/Iowa State University, Ames

Dévier l'astéroïde

À lire aussi
Elon Musk histoire
SpaceX : Elon Musk et la conquête spatiale

Plusieurs techniques se concentrent non pas sur la destruction de l'astéroïde, mais sur la déviation de sa trajectoire pour que celui-ci passe à côté de la Terre. Plusieurs méthodes ont été évoquées dans un rapport de la NASA en 2007 : un "moteur" pourrait être arrimé à l'astéroïde pour le pousser hors de la trajectoire de l'impact. Une autre technique, dite du "tracteur gravitationnel", consisterait à envoyer un vaisseau autour de l'astéroïde, dont la minuscule force de gravité serait susceptible de changer, même de manière infime, la trajectoire du corps.

Mais le souci, c'est que ces techniques nécessitent du temps. Il faudra s'y prendre des dizaines d'années en avance pour changer suffisamment la route de l'objet. Mais le principal problème risque d'être diplomatique, selon l'ancien astronaute Rusty Schweickart. Il va falloir, temporairement, mettre en danger une population donnée, au fur et à mesure que le lieu d'impact se déplacera. Même si le but final est d'éviter une collision avec la Terre, qui devra prendre la décision de dévier l'astéroïde, de certifier que les techniques utilisées sont fiables ? La moindre erreur pourrait coûter cher.

Faire fondre le rocher grâce à des miroirs géants

Cette dernière technique est un mélange des deux premières, comprenant la destruction d'une partie du corps céleste, dans le but de le faire changer de route. La méthode paraît saugrenue, mais elle est techniquement possible selon des chercheurs de l'université de Glasgow. Il s'agirait de mettre en orbite des miroirs de taille variable.

Un peu comme lorsque l'on met le feu à un brin d'herbe avec une loupe, le dispositif concentrerait les rayons du soleil sur l'astéroïde. La roche serait ainsi chauffée à environ 2.100 degrés. Une partie de l'astéroïde fondrait, le corps perdrait de sa masse, ce qui modifierait sa trajectoire. Pour un astéroïde de taille comparable à celui qui a rayé de la carte les dinosaures, il faudrait placer 5.000 miroirs en orbite.

Le concept des miroirs, maintenant appelé "Laser Bees" (vision d'artiste)
Le concept des miroirs, maintenant appelé "Laser Bees" (vision d'artiste) Crédit : DR
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espace Sciences Météorite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants