2 min de lecture Info

Furosémide : fin de l'alerte, le pharmacien qui a découvert les somnifères s'est exprimé

Le pharmacien qui a lancé l'alerte du Furosémide s'est exprimé sur France 3 mercredi 19 juin. Il a expliqué comment il avait découvert les deux comprimés de somnifère Zopiclone dans une boite de diurétique Furosémide. L'Agence du médicament vient d'annoncer la fin de l'alerte.

L'enquête préliminaire sur le Furosémide a été classée sans suite.
L'enquête préliminaire sur le Furosémide a été classée sans suite. Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

“Je ne sais pas d’où aurait pu arriver ce comprimé puisque nous ne vendons pas ce médicament là”, le pharmacien de Saint-Malo qui a découvert les comprimés de somnifère dans une boite de diurétique Furosémide s’est exprimé sur France 3 pour la première fois.

Il assure avoir bien découvert deux cachets de Zopiclone dans une boite de Furosémide rapportée par une cliente. L’agence du médicament affirme n’avoir trouvé aucun comprimé de somnifère dans les boites analysées sur le site du laboratoire Teva. Elle a été levée. 

Un seul "phénomène isolé"

"Il y a fin d'alerte, 800.000 personnes prennent du Furosémide, elles doivent continuer leur traitement", a déclaré ce jeudi 20 juin sur Europe 1, Dominique Maraninchi, directeur général de l'Agence nationale de sécurité du médicament.

"Nos analyses faites sous contrôle de la police n'ont pas montré de comprimé suspect, c'est rassurant. Fin de l'alerte, poursuite des investigations et pas de surmédiatisation", a-t-il insisté. "Maintenant, nous savons que ceux qui ont pris du Furosémide Teva n'étaient pas en danger, qu'on a eu un phénomène isolé" a-t-il dit.

Il faut continuer le traitement

À lire aussi
À la bande de Brouckerque, comme à Dunkerque, les "premières lignes" protègent les musiciens et lancent le "chahut". Hauts-de-France
Carnaval de Dunkerque : plongée dans l'une des fêtes emblématiques du Nord

Il a rappelé que le Furosémide n'est pas un médicament anodin. "Si on ne le prend pas, à ce dosage, on risque un oedème pulmonaire". "Ma mère prenait ce traitement, la moyenne d'âge est de 75 ans, 25% des patients ont 85 ans, parfois dans des situations de survie maintenue par le Furosémide. Des personnes sont mortes en prenant du Furosémide, pas à cause du Furosémide, bien heureusement", a-t-il conclu.

Des personnes sont mortes en prenant du Furosémide, pas à cause du Furosémide

Dominique Maraninchi, directeur général de l'ANSM
Partager la citation


Aucun comprimé de somnifère n'a été décelé dans près de 3.000 boîtes du diurétique Furosémide Teva examinées après l'alerte lancée le 7 juin, avait indiqué mercredi l'agence du médicament ANSM. Aucun cas grave ou décès n'a pu être imputé, à ce jour, à Teva.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Santé Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants