1 min de lecture Frigide Barjot

Frigide Barjot sommée de quitter son HLM

Frigide Barjot
Frigide Barjot Crédit : FRED DUFOUR / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Frigide Barjot et son époux, Basile de Koch, ont été priés de quitter leur HLM, un duplex de 173 m2 (plus une terrasse) près du Champ-de-Mars, confirmant une information de L'Express.

Ils sous-louaient leur appartement à une société

Le bailleur du logement, la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP), a fait savoir que les époux Tellenne, véritable nom de Frigide Barjot, avaient sous-loué leur logement et l'avaient utilisé à des fins commerciales. "Ces deux motifs constituent des manquements graves aux obligations des baux d'habitation consentis à M. et Mme Tellenne", a affirmé le bailleur social dans un communiqué.

La société Jalons, qui avait ses locaux dans l'appartement de Frigide Barjot, était au départ un groupe d'étudiants co-fondé par Basile de Koch, qui organisait des happenings humoristiques. Il s'est ensuite transformé en société d'édition spécialisée dans la publication de pastiches (Le Monstre, le Cafard acharné, l'Aberration...). Jalons reversait au couple environ 9.000 euros par an au titre de la sous-location, selon une source proche du dossier.

Bertrand Delanoë aurait attendu la fin des manifestations anti mariage

L'Express affirmait mercredi que la procédure "était prête depuis un moment", mais que Bertrand Delanoë avait choisi "d'attendre la fin des manifestations contre le mariage pour tous, afin que cette procédure ne soit pas interprétée comme une volonté de nuire à l'égérie du mouvement".

Un loyer en dessous des prix du marché

À lire aussi
Frigide Barjot à Paris, le 17 novembre 2013. Frigide Barjot
Frigide Barjot demande pardon aux homosexuels

Situé dans le XVe arrondissement près du Champ-de-Mars, le logement de Frigide Barjot est en fait constitué de deux appartements qu'ils ont été autorisés à relier en duplex en 2001.

Le loyer s'élève à 2.850 euros, un montant bien inférieur au prix du marché. Il ne s'agit pas à proprement parler d'un logement HLM mais d'un logement intermédiaire à loyer libre. La RIVP a cherché à augmenter ce loyer, mais les locataires ont fait jouer une clause sociale, en arguant de relativement faibles revenus (environ 36.000 euros par an).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Frigide Barjot Faits divers Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants