2 min de lecture RATP

Fraude dans les transports : continuer à la faire baisser coûterait trop cher, selon la RATP

INVITÉ RTL - Chaque année, 5 à 6% de resquilleurs coûtent 400 millions d'euros à la SNCF et la RATP. Mais selon la RATP, la lutte contre la fraude a atteint un seuil.

Le logo de la RATP
Le logo de la RATP Crédit : AFP / LIONEL BONAVENTURE
micro générique
La rédaction numérique de RTL

"Nous avons atteint un seuil. Gagner un point de fraude coûte très cher en moyens à mettre en place" explique François Saglier, directeur en charge du service, de la relation clients et des espaces la RATP. Invité de RTL, ce dernier a expliqué que continuer à faire baisser le nombre de resquilleurs "demanderait des moyens plus importants que les recettes qu'on obtiendrait".

Un chiffre stable et inférieur à celui d'il y a 15 ans

Le chiffre de 5 à 6% de resquilleurs, révélé par l'estimation du ministère des Transports, n'est pas si nouveau que ça. En effet, il est stable depuis des années et "sensiblement inférieur à celui d'il y a 15 ans" rappelle François Saglier.

Cette évolution a notamment été rendue possible grâce à des moyens de contrôle optimisés, jouant sur la peur du contrôleur mais aussi sur des partenariats avec la police. Autre axe de la politique du STIF (Syndicat des transports d'Île-de-France) : la tarification sociale. "Cette solidarité transport a donné accès aux transports en commun à des gens qui avant, avaient tendance à frauder à cause de difficultés économiques" explique le directeur en charge du service à la RATP.

La chasse aux amendes non recouvrées

Dans la lutte contre la fraude, "il faut que le gain soit supérieur au coût, sinon ce sont ceux qui payent leur abonnement qui en subiraient les conséquences" insiste François Saglier. Or désormais, ces coûts seraient trop importants. La RATP cherche donc à à agir sur un autre point : le recouvrement des amendes. Le taux est en effet faible, légèrement en dessous de 50%.

Celui qui veut frauder, il passera toujours !

François Saglier
Partager la citation
À lire aussi
Un bus de la RATP (illustration) faits divers
Val-de-Marne : un agent RATP frappé après avoir refusé l'accès à un passager non-masqué

"Le problème," ajoute l'invité de RTL, "c'est lutter contre les gens tentés de frauder, sans empêcher ceux qui veulent payer et accéder au métro notamment avec des valises". Des équipements répondant au mieux au besoin de compromis sont donc testés en permanence. Mais quoi qu'il arrive, termine François Saglier, "celui qui veut frauder, il passera toujours !".

>
François Saglier, directeur en charge du service, de la relation client et des espaces à la RATP Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
RATP SNCF Fraude
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants