1 min de lecture Info

Forsane Alizza : simples agitateurs ou terroristes en puissance ?

Le groupuscule islamiste dissous Forsane Alizza, dont le leader a été interpellé vendredi, a mené des actions épisodiques filmées et diffusées sur le net, notamment contre la loi sur le voile intégral, mais l'Intérieur l'accuse aussi d'être "un groupe armé". Retour sur une organisation sulfureuse.

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et La rédaction de RTL

Quelques coups d'éclat médiatiques

Interrogé sur la dissolution de son organisation ordonnée en février, celui qui se présente comme un simple "porte-parole", Mohamed Achamlane, n'avait pas exclu le recours à la lutte armée : "C'est possible, si l'islamophobie s'intensifie de jour en jour". Des paroles aux actes ? Des armes ont en tout cas été retrouvées sur le lieu de son interpellation vendredi à l'aube dans l'agglomération nantaise.
  
Jusqu'alors, Forsane Alizza, les "Cavaliers de la Fierté", s'était illustré par des actions spectaculaires : le groupuscule a ainsi appelé ses membres à manifester devant le tribunal de Meaux, où des femmes voilées comparaissaient, ou encore à brûler le code pénal dont "pas une ligne ne protège les musulmans".
  
Ses membres soutiennent également le Nantais Lies Hebbadj, qui vit avec plusieurs femmes, comme en novembre quand cinq militants étaient venus devant le tribunal de Nantes. Parmi eux Mohamed Achamlane, qui avait expliqué n'avoir "peur ni des magistrats, ni des tribunaux, ni de la police ni de rien du tout".

Le premier "coup d'éclat" de ces "Cavaliers de la Fierté" remonte à juin 2010 quand une dizaine avaient appelé à boycotter un McDonald's de Limoges, enseigne qu'ils accusaient d'être au service d'Israël. Cela a valu en septembre une condamnation à plusieurs de ses membres qui avaient quitté l'audience aux cris d'"Allah Akbar" (Allah est le plus grand).

En septembre, au grand dam des fidèles, ils ont perturbé le premier office du vendredi tenu dans une ancienne caserne du XVIIIe arrondissement de Paris, après la décision du ministère de l'Intérieur d'interdire la prière sur la chaussée.

"Groupuscule" ou véritable réseau ?

Mohamed Achamlane, qui se fait appeler Abou Hamza (du nom de l'oncle maternel du prophète Mohamed) avait revendiqué en janvier auprès de l'AFP "plusieurs centaines" de militants. Des spécialistes parlent plutôt d'"une poignée", tandis que l'Intérieur en évoque "une centaine, peut-être moins".
  
Pour le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Mohamed Moussaoui, il s'agit d'un "groupuscule à la marge", "composé de jeunes jouant d'actions spectaculaires médiatiques qu'ils filment en vidéo et diffusent ensuite".

Claude Guéant avait justifié la dissolution du groupuscule au motif qu'il formerait "des personnes à la lutte armée". "Pure calomnie" et "diffamation", avait rétorqué Mohamed Achamlane. L'Intérieur avait décrit le groupe comme un "sas de radicalisation" dont les membres se verraient "dispenser des formations au combat".
  
Juste avant qu'il ne soit fermé, Forsane Alizza avait annoncé "une soirée spéciale recrutement", expliquant que l'organisation prenait "de l'ampleur", avait "besoin de main d'oeuvre fissabililah" (ndlr: "sur le chemin d'Allah") et recherchait "surtout des soldats !". L'appel s'adressait particulièrement aux adeptes des "sports de combat". "Cela ne veut pas dire forcément soldat armé en tenue militaire", s'était justifié Mohamed Achamlane.
  
Concernant sa doctrine, Mohamed Achamlane affirme que "l'instauration du califat en France n'a jamais été (l')objectif" de son groupe. Il appelle toutefois de ses vœux "une société islamique dans laquelle on voudrait émigrer". Mohamed Achamlane réfute être le leader du groupe, expliquant que "Les Cavaliers de la Fierté" prennent leurs décisions "par un système de consensus".

(avec AFP)

Lire la suite
Info Police Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7746099862
Forsane Alizza : simples agitateurs ou terroristes en puissance ?
Forsane Alizza : simples agitateurs ou terroristes en puissance ?
Le groupuscule islamiste dissous Forsane Alizza, dont le leader a été interpellé vendredi, a mené des actions épisodiques filmées et diffusées sur le net, notamment contre la loi sur le voile intégral, mais l'Intérieur l'accuse aussi d'être "un groupe armé". Retour sur une organisation sulfureuse.
https://www.rtl.fr/actu/forsane-alizza-simples-agitateurs-ou-terroristes-en-puissance-7746099862
2012-03-30 20:23:00