1 min de lecture Arnaud Montebourg

Florange : "J'ai l'impression que le gouvernement nous a menti"

Edouard Martin, responsable CFDT d'ArcelorMittal à Florange, a accusé samedi sur RTL le gouvernement d'avoir "menti tout au long" des discussions sur l'avenir du site. Selon lui, le Premier ministre a laissé croire aux salariés "que la nationalisation était acquise", alors que les deux parties ont finalement décidé de laisser le site aux mains du groupe indien. Il lance également une mise en garde, en rappelant que le patron d'ArcelorMittal "n'a jamais tenu ses engagements" et demande au gouvernement de ne pas considérer que le dossier est clos.

Micro RTL
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Pourquoi êtes-vous à ce point déçu par l'accord annoncé par le gouvernement (pas de plan social et 180 million d'euros investis sur cinq ans) ?

"Pour deux raisons. Si notre patron n'était pas Lakshmi Mittal, nous aurions tout d'abord pu crier victoire. Plus généralement, le gouvernement nous a laissé croire jusqu'à la dernière minute que la nationalisation temporaire était acquise. Nous n'avons pas compris que le Premier ministre annonce une solution qui n'avait jamais été évoquée. Depuis trois semaines, j'interpelais Jean-Marc Ayrault sur son silence. A-t-il cru, un seul moment, à la nationalisation ? J'ai l'impression qu'on nous a menti tout au long des discussions."

Pourquoi estimez-vous qu'on ne peut pas faire confiance au groupe Mittal ?

"Il n'a jamais tenu les engagements qu'il a pris avec les gouvernements européens et les syndicats. Prenons l'exemple de Gandrange, en 2008. Lorsqu'il ferme, il promet au président de la République d'alors, Nicolas Sarkozy, d’investir 330 millions d'euros sur le site de Florange. Nous n'avons jamais vu la couleur de cet argent. Il y a moins de deux mois, il nous a annoncé qu'il gelait ses investissements dans la sidérurgie mondiale, et qu'il fallait s'attendre à un plan social qui va aboutir à plusieurs milliers de suppressions d'emplois. Nous avons donc vraiment l’impression que Mittal, une nouvelle fois, a enfumé le gouvernement."

Vous réclamez une réunion tripartite entre gouvernement, syndicats et direction. Pourquoi faire ?

"Si ce gouvernement veut vraiment le changement, il doit nous associer à cet accord, pour que nous puissions vérifier que les garanties légales et politiques sont prises afin de tout mettre en œuvre pour que Mittal respecte enfin ses engagements. Pour l'instant ce ne sont que des mots. Nous craignons que le gouvernement considère que le dossier est réglé et que nous soyons oubliés. Quand Nicolas Sarkozy avait obtenu les promesses de Mittal en 2008, il n'a plus jamais parlé de Gandrange, et Mittal n'a jamais tenu ses engagements."

Quel message envoyez-vous au gouvernement ?

"On ne fera aucun cadeau à qui que ce soit. Nous l'avions dit à François Hollande et à Jean-Marc Ayrault : ne nous trahissez pas une nouvelle fois. Des promesses non tenues, nous en avons plein les valises en Lorraine. Nous serons vigilants et exigeants. D'autant que pour le moment, le Premier ministre a répondu aux salariés d'ArcelorMittal, mais pas aux 500 sous-traitants et aux intérimaires qui travaillent également sur le site. Nous exigeons aussi que ces travailleurs-là aient la garantie de garder une activité, quels que soient leurs statuts."

Le site industriel d'ArcelorMittal à Florange

Lire la suite
Arnaud Montebourg Industrie Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7755348687
Florange : "J'ai l'impression que le gouvernement nous a menti"
Florange : "J'ai l'impression que le gouvernement nous a menti"
Edouard Martin, responsable CFDT d'ArcelorMittal à Florange, a accusé samedi sur RTL le gouvernement d'avoir "menti tout au long" des discussions sur l'avenir du site. Selon lui, le Premier ministre a laissé croire aux salariés "que la nationalisation était acquise", alors que les deux parties ont finalement décidé de laisser le site aux mains du groupe indien. Il lance également une mise en garde, en rappelant que le patron d'ArcelorMittal "n'a jamais tenu ses engagements" et demande au gouvernement de ne pas considérer que le dossier est clos.
https://www.rtl.fr/actu/florange-j-ai-l-impression-que-le-gouvernement-nous-a-menti-7755348687
2012-12-01 11:10:00