1 min de lecture Manuel Valls

Film anti-islam : la justice ouvre une enquête sur la manif anti-américaine à Paris, l'UMP critique Valls

Le parquet de Paris a ordonné une enquête sur la manifestation la veille devant l'ambassade des États-Unis, qui visait à protester contre une vidéo islamophobe et qui a abouti à 152 interpellations.

Valls : "Ses participants caricaturent l'Islam"
Cette enquête sur "une manifestation non autorisée sur la voie publique" aura notamment pour objet d'en identifier les organisateurs. Parmi les 200 à 250 manifestants, beaucoup avaient expliqué être venus après avoir reçu des SMS ou des messages sur les réseaux sociaux.

Les manifestants s'étaient rassemblés place de la Concorde à Paris pour protester contre la vidéo "Innocence of muslims" ("L'innocence des musulmans") qui a embrasé le monde musulman, provoquant 17 décès.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a dénoncé dimanche cette manifestation sur France 2. "Cette manifestation est inacceptable" et ses participants "caricaturent l'islam tel qu'il est pratiqué dans notre pays", a-t-il déclaré, prévenant qu'il ne tolérerait pas les "prières de rue" et la présence de "femmes voilées entièrement" dans la rue. Selon lui, parmi les manifestants de la Concorde, "il n'y avait pas que des jeunes", mais aussi "des petits groupes agissant que nous connaissons dans nos quartiers, qui prônent un islamisme radical".

Fillon et Copé demandent des comptes au gouvernement


L'ex-Premier ministre UMP François Fillon a demandé dimanche au président François Hollande "des explications sur le fait que le préfet de police de Paris ait toléré une manifestation de salafistes devant l'ambassade des Etats-Unis à Paris". 

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a  lui dénoncé dimanche soir sur TF1 la manifestation anti-américaine de salafistes, la veille à Paris, en demandant que "toute la lumière soit faite". "Je souhaite évidemment que toute la lumière soit faite sur les raisons qui peuvent expliquer qu'une telle manifestation non autorisée puisse se réaliser en plein Paris, à quelques mètres de l'Elysée ! Donc je veux vraiment que toute la lumière soit faite là-dessus", a déclaré M. Copé, candidat à la présidence de l'UMP. 

"Il y a quand même un deuxième élément, c'est qu'il faut vraiment afficher la plus grande fermeté face à des extrémistes qui sont en train de provoquer la République et face auxquels nous devons être extrêmement fermes. Car il est intolérable qu'il y ait des manifestations et des comportements de haine, communautaristes, qui n'ont rien à voir avec la République", a-t-il ajouté. 

Moscovici et Batho répliquent et appellent à la dignité

Les ministres de l'Economie, Pierre Moscovici, et de l'Ecologie, Delphine Batho, ont vivement réagi dimanche aux propos de François Fillon.  "Je m'adresse à François Fillon, qui a été Premier ministre de la France, qui prétend demain jouer un rôle important dans ce pays, pour lui dire que dans ce genre de sujet il faut l'apaisement, il faut la dignité", a déclaré Pierre Moscovici au Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI. 

"Franchement, quand on a vécu - c'était il y a quelques mois en pleine campagne présidentielle - l'affaire Merah, on n'essaye pas d'exploiter un tel incident. Monsieur Fillon, là, non, ça ne va pas, il faut revenir à la dignité, il faut de la décence. Sur des sujets comme ça, il faut une union de tous les Français", a ajouté le ministre de l'Economie. Je salue, j'approuve l'attitude qui a été celle de Manuel Valls (...) une attitude de fermeté. Il est hors de question de tolérer, des manifestations de femmes voilées, des prières dans la rue, tout ce qui va dans le sens de l'intolérance. On peut pas laisser un petit groupe dévoyer l'image de l'islam de France", a-t-il encore dit. 

"Plutôt que de faire ce genre de commentaires, François Fillon devrait soutenir Manuel Valls", a estimé pour sa part Delphine Batho, lors de l'émission "Tous politiques" France Inter/Le Monde/AFP. "Il y a les agissements d'un certain nombre de groupes fascistes, intégristes, qui n'ont rien à voir d'ailleurs ni avec l'islam ni avec nos compatriotes musulmans. Face à ça, tous les républicains, tous les démocrates, doivent soutenir le gouvernement dans son action plutôt que d'entretenir de vaines polémiques", a-t-elle ajouté. 

Précédemment, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault s'était dit "très choqué" par les déclarations de François Fillon. "La manifestation était interdite et les policiers ont fait leur travail", a dit le chef du gouvernement. "Aucune manifestation n'a été ni déclarée, ni tolérée le samedi 15 septembre à Paris", ont précisé la préfecture de police et l'entourage du Premier ministre. 





Lire la suite
Manuel Valls François Fillon Religions
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7752500093
Film anti-islam : la justice ouvre une enquête sur la manif anti-américaine à Paris, l'UMP critique Valls
Film anti-islam : la justice ouvre une enquête sur la manif anti-américaine à Paris, l'UMP critique Valls
Le parquet de Paris a ordonné une enquête sur la manifestation la veille devant l'ambassade des États-Unis, qui visait à protester contre une vidéo islamophobe et qui a abouti à 152 interpellations.
https://www.rtl.fr/actu/film-anti-islam-la-justice-ouvre-une-enquete-sur-la-manif-anti-americaine-a-paris-l-ump-critique-valls-7752500093
2012-09-16 17:18:00