1 min de lecture Justice

Espionnage chez Renault : ce qu'a raconté le corbeau

Sur quoi repose les accusations dans l'affaire d'espionnage industriel présumé chez Renault ? L'un des courriers anonymes adressés à la direction du groupe automobile et visant Michel Balthazard, que Jean-Alphonse Richard a pu consulter pour RTL (voir les extraits ci-dessous), ne contient aucun détail accablant ou susceptible de faire progresser l'enquête. Dans cette lettre, le corbeau explique avoir été témoin de conversations tenues par ce membre du comité de direction de l'entreprise. Ce dernier, par ailleurs directeur des projets et des prestations depuis 2006, est cité pour avoir évoqué le programme de Formule 1 de Renault. Aucune allusion n'est faite au programme de la voiture électrique ou à des comptes en banque à l'étranger, deux accusations pourtant soulevées par le constructeur. Selon "Le Canard enchaîné", la Suisse a par ailleurs démenti l'existence de comptes pour les deux autres cadres de Renault incriminés dans cette affaire.

C'est une info RTL
C'est une info RTL Crédit : RTL.fr
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Jean-Alphonse Richard

Voici les principaux extraits de la lettre anonyme adressée au mois d'août à la direction de Renault. Le courrier vise expressément Michel Balthazard, membre du comité de direction de Renault, l'un des trois cadres licenciés pour faute lourde.

"En cette période de crise, et même si les chiffres de Renault ne sont pas mauvais" écrit le corbeau, il est "inadmissible que des personnes ayant des responsabilités profitent de leur position pour détourner de l'argent et accepter des pots de vin (...) En mai de cette année, j'ai vu Balthazard Michel négocier un pot de vin en prétendant que si X* de la F1 en profitait, lui aussi voulait en profiter et alimenter son compte en banque (...) N'étant pas sûr d'avoir bien saisi, j'ai attendu plusieurs semaines et des indices de comportement ont conforté ma première impression (...) Au cours d'une autre conversation, il a parlé du petit jeune qui travaille avec Y* et qui a vite compris comment ça marche pour remplir son compte en banque (...) Bien sûr je n'ai aucune preuve... Bien sûr c'est de la délation mais je m'en moque. Je ne supporte pas de voir des gens correctement payés voler encore de l'argent, ce qui forcément se fait par rebond au détriment de Renault et de son personnel. Si tout cela est faux, alors je suis paranoïaque"... Le corbeau ajoute que "dans l'immédiat (il) n'a fait part à personne de (ses) soupçons" et que sans réponse de la part de Renault, (il) n'"hésitera pas à envoyer ce courrier à la presse spécialisée".

*X et Y sont des employés de Renault qui ne sont pas mis en cause dans l'enquête actuelle.

C'est par l'une de ces lettres anonymes que le scandale Renault est arrivé. Un courrier tapé sur un ordinateur et posté en région parisienne. Cette lettre vise explicitement Michel Balthazard, trente ans de maison, membre du comité de direction. Le corbeau regrette cette dénonciation anonyme, mais dit agir "pour le bien de l'entreprise". Il explique ainsi avoir été témoin, sans autre précision, de plusieurs conversations de Michel Balthazard. Elles ont attiré son attention.

Le cadre aurait notamment évoqué des détails du programme de Formule 1 de Renault, livré des informations sur la conception des monoplaces. A aucun moment, il n'est indiqué que Michel Balthazard a divulgué des secrets sur la voiture électrique de Renault. Pas de détail non plus sur un éventuel compte à l'étranger. Deux accusation pourtant au cœur du dossier. En résumé, aucune information accablante. Mais un courrier suffisant pour déclencher une enquête interne.

Dans cette affaire, la Suisse - révélation du "Canard Enchaîné" a déjà fait savoir qu'elle n'avait pas trouvé de compte secret. Quant au corbeau de Renault, certains enquêteurs subodorent désormais une possible vengeance interne contre Michel Balthazard et ses deux collègues.

Lire la suite
Justice Licenciements Travail
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants