1 min de lecture L'invité de RTL

Eric Besson : "Une chasse à l'homme honteuse contre Eric Woerth"

Le ministre de l'Immigration répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie mercredi matin. Eric Besson a dénoncé une "chasse à l'homme honteuse" lancée, selon lui, par le Parti socialiste, contre Eric Woerth dont le nom est cité dans l'affaire Bettencourt, s'en prenant notamment au "cocasse" des attaques de Ségolène Royal. Il a aussi dénoncé une "chasse au pigeon infernale" contre le "ministre des retraites" par un PS qui "n'est pas capable de produire des idées" sur les retraites. Interrogé sur les critiques de Ségolène Royal contre un "système Sarkozy corrompu", il a parlé d'un "cocasse de la situation", rappelant que la présidente du Poitou-Charentes a été condamnée pour "infraction à la législation du travail" à la suite d'une plainte de ses assistantes parlementaires.

Jean-Michel Aphatie
Jean-Michel Aphatie
Journaliste RTL

Envoyez-nous vos photos/vidéos et devenez Témoins RTL

Logo Témoins

Ecouter aussi :

- Ségolène Royal dénonce un "système Sarkozy corrompu" et provoque un tollé
- La chronique d'Eric Zemmour


Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Eric Besson.

Eric Besson : Bonjour, Jean-Michel Apathie.

Ségolène Royal a déclaré, hier soir, sur TF1 : "Le système Sarkozy est aujourd'hui corrompu". Et bien entendu, à l'UMP, tout le monde s'indigne.

Eh bien, quand j'entends ça, je me dis que c'est surtout le système socialiste qui est perverti au sens où il a perdu ses repères. Qu'est-ce que ça veut dire, un parti qui est incapable de produire des idées, incapable de dire ce qu'il ferait dans un certain nombre de domaines et qui pratique une chasse à l'homme que je trouve honteuse ? Et songez au cocasse de la situation. J'entends la conclusion de l'éditorial d'Alain Duhamel.

Le Président de la République, Nicolas Sarkozy, est le premier Président de la République à avoir demandé à ce que chaque année, le budget de l'Elysée soit "audité", comme on dit, examiné par la Cour des Comptes ; et celle qui attaque et qui parle d'un système Sarkozy - elle est prudente d'ailleurs, parce que sinon ça relèverait de la diffamation - ;  mais le système, il a une chance, c'est qu'il ne peut pas porter plainte. Donc, elle parle d'un système Sarkozy, c'est celle qui a été condamnée pas soupçonnée, condamnée pour infraction à la législation du travail sur ses assistantes parlementaires. Donc, franchement, quelle république que celle qui a été condamnée attaque celui qui a voulu la transparence absolue.

Pourtant, depuis plusieurs semaines, des faits s'étalent dans les journaux de comportements qui sont contestables de la part de certains ministres. Ils concernent des logements de fonction, des utilisations d'avions, des permis de construire, voire des cigares ; et il n'y a aucune sanction. Est-ce qu'il n'y a pas une forme d'impunité aujourd'hui ?

D'abord, vous ne pouvez pas dire qu'il n'y a aucune sanction. Si vous voulez dire que la seule sanction que ce soit d'être mis en dehors du gouvernement, vous avez raison. Pour le reste, par exemple celui qui avait utilisé des cigares dans des proportions qui ont choqué l'opinion publique et qu'on peut comprendre,

... Christian Blanc...

François Fillon lui a demandé d'en rembourser l'intégralité.

C'est bien le moins, oui !

Oui, c'est peut-être bien le moins.

Mais quand on fait ça, on a encore une crédibilité pour rester au gouvernement ?

Je ne voudrais pas détourner... Ce n'est pas ça, c'est qu'en ce moment...

Non, je ne vous détourne pas, je vous pose la question très simplement...

Je vous dis juste une chose. Il y a une espèce de tirs aux pigeons qui est infernale actuellement. L'affaire Woerth, comme on dit, parce que ça n'est justement pas une affaire Woerth, elle est extrêmement grave. C'est un innocent, quelqu'un de bien, quelqu'un d'honnête, quelqu'un sur lequel personne, personne n'est capable aujourd'hui d'apporter le moindre commencement de début de preuve qu'il aurait manqué en quoi que ce soit à sa responsabilité de ministre du budget. Mais c'est toujours la même histoire : allez vers la fumée et on vous dira qu'il n'y a pas de fumée sans feu.

Christine Lagarde, hier matin, ministre de l'Economie, a dit ceci : "On aurait tout intérêt - à propos d'Eric Woerth - à clarifier ce qui constitue un conflit d'intérêt". Et elle fait référence évidemment à l'emploi qu'a occupé sa femme auprès de Liliane Bettencourt.

Mais moi je ne vois pas en quoi...

C'est Christine Lagarde qui a dit ça.

Peut-être, il faudrait reprendre le script exact de ce qu'elle a dit.

"On aurait tout intérêt à clarifier ce qui constitue un conflit d'intérêt..."

Mais en quoi y a-t-il conflit d'intérêt ? Encore une fois... J'ai sous les yeux l'interview du directeur général des finances publiques, Philippe Marini, ce n'est pas rien dans la hiérarchie administrative.

... Publiée hier dans "Le Figaro"...

... Dans "Le Figaro" d'hier, il dit "et dans l'affaire Bettencourt, l'administration ne lui a pas fait remonter de rapport particulier. Nous n'avions pas d'éléments sur ce dossier à ce moment-là.

Eric Woerth a-t-il commis une faute en laissant travailler sa femme auprès de la première contribuable française, c'est ça la question ?

Je ne le crois pas ; et je pense exactement qu'il n'a commis aucune faute en tant que ministre du Budget, parce qu'il faut revenir au début de cette affaire. Pourquoi y a-t-il eu enquête ? Pourquoi y a-t-il eu contrôle fiscal sur monsieur Banier ? Parce qu'il y a eu suspicion, il y a eu plainte en supposé abus de faiblesse. Donc, madame Bettencourt, certains disaient - sa fille notamment - elle est vulnérable, elle est en situation de faiblesse, c'est pour ça qu'il y a eu un contrôle fiscal sur monsieur Banier ; mais à aucun moment, il n'avait été question de fraudes éventuelles de madame Bettencourt. Ca aurait été d'ailleurs un peu suspicieux de la part de l'Administration qu'une femme présumée en état de faiblesse se voit infliger un contrôle fiscal. Il y aurait eu un côté Coluche, si vous me permettez l'expression... Eh bien, oui, c'était : "Vous avez perdu vos papiers, oui très bien, montrez-moi vos papiers !" Non, c'est un système absolument infernal.

L'Administration a été saisie de courrier de François-Marie Banier où il apparaissait que la fameuse île des Seychelles, elle était dans le patrimoine de Liliane Bettencourt et que ça n'avait jamais été déclaré dans le patrimoine. Il ne faut pas être un inspecteur du Fisc très curieux pour ne pas aller voir ce qui se passe chez Bettencourt !

A ma connaissance, il n'y a eu aucun délai ; le dossier a ensuite été transmis au ministère des Finances ; simplement, Eric Woerth, lui venait de quitter le poste de ministre du budget. Il était ministre du Travail.

Eric Woerth toujours...

Mais je vous redis d'un mot...

Qui double sa fonction ministérielle avec son poste de trésorier de l'UMP  (vous en êtes secrétaire général adjoint). Alain Juppé dit, hier : "Il faut clarifier les choses." Ce ne serait pas bien de clarifier les choses ?

D'abord, dans mon souvenir c'est Alain Juppé qui l'a nommé trésorier de l'UMP...

Il y a longtemps...

... Et il n'a pas été nommé récemment trésorier de l'UMP, il y est depuis 2002.

Mais est-ce que maintenant, il ne faut pas clarifier les choses ?

Il n'est plus ministre du budget que je sache !

Mais étant ministre, est-ce que ce ne serait pas bien qu'il ne soit plus trésorier ?

Mais ce que je vais vous dire, vous ne voyez pas qu'il y a une coïncidence, c'est le jour, le jour où il a présenté la réforme des retraites que sont sortis sur les différents sites Internet, les supposées auditions entre guillemets, compte rendus des enregistrements illégaux.

Alain Juppé dit : "Il faut clarifier les choses". Il a tort ?

Moi je crois qu'Eric Woerth a montré qu'il était capable de respecter une muraille de Chine entre ses activités de ministre du Budget et ses activités de trésorier.

Mais ce ne serait pas bien de clarifier les choses, ce ne serait pas bien ?

Ce qui serait clair, c'est que le Parti socialiste arrête de s'en prendre au ministre des retraites parce qu'il n'a rien à dire sur la réforme des retraites. La réalité elle est là. C'est que c'est le plus Petit dénominateur commun. Le Parti socialiste est incapable de formuler la moindre proposition concrète sur la réforme des retraites et il passe son temps, de ce fait, à poser trois, quatre questions consécutives qui sont des atteintes personnelles à l'honneur d'Eric Woerth sans jamais apporter le moindre commencement de preuves.

Songez qu'une femme modérée comme Elisabeth Guigou peut, hier après-midi, évoquer la prise illégale d'intérêts, elle, ancienne ministre de la Justice, sans apporter le moindre commencement de preuves. C'est pour ça que je vous dis que c'est un système perverti. Et donc ne vous faites pas d'illusion, c'est aussi une façon d'entrer progressivement dans la campagne interne de la désignation à la présidentielle.

Est-ce qu'il faut clarifier les choses ?

Je vous ai répondu, je crois.

Vous avez répondu ? D'un mot : oui ou non ?

Mais elles sont...

Oui ou non ?

Mais non je ne suis pas obligé de répondre... Ce n'est pas un jeu, là  !

Alors je peux vous poser une autre question. Non, ce n'est pas un jeu, mais comme vous avez fait une longue tirade en parlant du Parti socialiste, je vous demande si à l'UMP, il faut clarifier les choses ?

Si un jour, nous devons en discuter...

Ah, ah, ah, ah ...

... Nous en discuterons. Mais non, mais encore une fois, Eric Woerth n'est plus ministre du Budget. Il est ministre du Travail, donc je vous redis que ce n'est pas un accident si on en parle aujourd'hui. Deuxièmement, il n'y a pas d'incompatibilité.

Voilà. D'accord.Et Christian Blanc, il peut rester secrétaire d'Etat en ayant fumé autant de cigares ?

Il les a remboursés, que je sache !

Mais il peut rester secrétaire d'Etat ?

Il peut rester secrétaire d'Etat.

D'accord. Bon, on parlera du foot la prochaine fois.

Ah, j'aurais bien aimé vous parler football mais ça sera à une autre occasion.

C'est trop tard, merci. Bonne journée.  
   

Envoyez-vos photos et devenez Témoins RTL
Logo Témoins


Podcast chronique

Lire la suite
L'invité de RTL Jean-Michel Aphatie Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
5943827489
Eric Besson : "Une chasse à l'homme honteuse contre Eric Woerth"
Eric Besson : "Une chasse à l'homme honteuse contre Eric Woerth"
Le ministre de l'Immigration répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie mercredi matin. Eric Besson a dénoncé une "chasse à l'homme honteuse" lancée, selon lui, par le Parti socialiste, contre Eric Woerth dont le nom est cité dans l'affaire Bettencourt, s'en prenant notamment au "cocasse" des attaques de Ségolène Royal. Il a aussi dénoncé une "chasse au pigeon infernale" contre le "ministre des retraites" par un PS qui "n'est pas capable de produire des idées" sur les retraites. Interrogé sur les critiques de Ségolène Royal contre un "système Sarkozy corrompu", il a parlé d'un "cocasse de la situation", rappelant que la présidente du Poitou-Charentes a été condamnée pour "infraction à la législation du travail" à la suite d'une plainte de ses assistantes parlementaires.
https://www.rtl.fr/actu/eric-besson-une-chasse-a-l-homme-honteuse-contre-eric-woerth-5943827489
2010-06-30 10:10:00