2 min de lecture Reportage

Virus chez les chevaux : comment le monde équestre prévient l'épidémie ?

REPORTAGE - Le monde équestre s'inquiète d'un virus très contagieux et mortel. Une épizootie de rhinopneumonie équine frappe actuellement des chevaux partout en Europe et en France.

Vincent Parizot RTL Soir Week-End Vincent Parizot iTunes RSS
>
Virus chez les chevaux : comment le monde équestre prévient l'épidémie ? Crédit Image : FRANCK FIFE / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Benjamin BOUKRICHE édité par Marie Gingault

Au moment où la planète vit au rythme du coronavirus, le monde équestre s'inquiète d'un nouveau virus : une épizootie de rhinopneumonie équine frappe des chevaux partout en Europe et notamment en France. 

Les premiers cas avaient été détectés mi-février à Valence en Espagne, lors d'un concours hippique international. Depuis, la situation ne cesse de se dégrader avec, parfois, une issue fatale pour les chevaux, dont le système nerveux est attaqué. Dans les haras et les centres équestres l'heure est à la mobilisation et aux mesures sanitaires. 

Dans un centre équestre de Seine-et-Marne, l'un des départements touchés, tout a été mis en place pour protéger les chevaux. L'équipement est désinfecté avant chaque utilisation, comme ces brosses dont s'occupe Élisabeth Simard, la responsable du poney-club : "Je verse mon eau de javel, je rajoute de l'eau pour ne pas mettre de la pure, je remplis mon sceau et après je prends une brosse et je la mets dans l'eau. J'attends un petit peu, je laisse un petit peu tremper, je rince à nouveau avec de l'eau claire et après je vais laisser sécher", explique-t-elle.

C'est lourd, c'est compliqué à mettre en place, mais c'est impératif

Pascal Mulet-Querner - dirigeant de l'écurie
Partager la citation

Les élèves ont donc interdiction de venir avec leur propre matériel, tout est fourni et lavé sur place. Interdiction également de caresser le cheval que l'on ne monte pas. Pascal Mulet-Querner est le dirigeant de cette écurie : "C'est lourd, c'est compliqué à mettre en place, mais c'est impératif. Il vaut mieux mettre du temps et de l'énergie là-dessus plutôt que d'avoir des chevaux malades". 

À lire aussi
hôpitaux
Les infos de 12h30 - Hauts-de-France : feu vert de l'ARS pour une meilleure redistribution des vaccins

Les symptômes sont impressionnants, le cheval perd ses repères, n'arrive pas à tenir sur ses jambes et peut même en mourir. Un virus qui inquiète Nocomie, 15 ans, élève de ce centre équestre : "Ça fait mal au coeur et surtout ça fait peur parce qu'on se rend compte que c'est très grave et on n'a pas envie de perdre les chevaux à cause d'une épidémie. On a déjà le coronavirus alors si en plus une épidémie touche les chevaux c'est inquiétant", confie la jeune fille. 

Si toutes les règles sanitaires sont respectées, les spécialistes estiment que cette épidémie devrait disparaitre d'ici un mois

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Reportage Décès Animaux
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants