1 min de lecture Environnement

Pourquoi les microbilles vont disparaître des dentifrices et crèmes de beauté

REPLAY - Présentes sous la forme de petits grains dans le dentifrice ou les crèmes exfoliantes, les microbilles de plastique sont désormais interdites.

C'est notre Planète
Pollution des océans : il n'y aura plus de "microbilles" dans le dentifrice
Crédit Média : Virginie Garin Crédit Image : AFP / Archives, Saul Loeb

Encore une nouveauté en ce début d'année. Elle concerne cette fois le dentifrice et les crèmes de beauté. Il s'agit de l'interdiction de microbilles de plastique qu'utilisaient les industriels dans ces produits. Des milliards de billes qui nous rendaient belles et beaux, mais qui polluaient les océans.

Ces microbilles se présentent sous la forme de petits grains que vous sentez peut-être quand vous vous brossez les dents. Cela rend le dentifrice un peu abrasif pour mieux faire briller l'émail. On en trouve aussi dans les crèmes exfoliantes. 

Mais ces billes de 0.3 millimètres se retrouvent souvent dans la nature, car quand vous vous rincez dans la salle de bain, elles se retrouvent dans les stations d'épuration. Elles sont ensuite rejetées dans les rivières avec l'eau traitée.

Des microbilles retrouvées dans des rivières

Ces billes sont des vraies plaies écologiques : s'y accroche tout ce qui est toxique, comme  les perturbateurs endocriniens et les métaux lourds. Elles concentrent ainsi des pollutions
dans l'estomac des poissons et mettent en danger certaines espèces et peut-être même les êtres humains par la même occasion.

Aujourd'hui les "microbilles" sont interdites. Sur les étiquettes, elles ont été remplacées par du sable ou des coques de noix pilées.

La Surfrider Foundation, ONG européenne, a fait analyser l'eau de deux rivières dans les Pyrénées-Atlantiques et dans le Var et a retrouvé des microbilles en quantités importantes. Dans quelques semaines, elle recommencera et pourra dire si cette interdiction est efficace. 

Les prochains petits objets en plastiques sont les cotons tiges. Ils seront interdits d'ici janvier 2020 et remplacés par des matériaux en bois ou en matière végétale.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés