1 min de lecture Antilles

Les Antilles françaises envahies par un nouveau ver plat

De nouveaux vers plats, menaçants pour la biodiversité, envahissent les Antilles françaises depuis plusieurs semaines.

Fort de France (Martinique) vue du ciel
Fort de France (Martinique) vue du ciel Crédit : DR
Camille Guesdon
Camille Guesdon et AFP

Les Antilles françaises sont envahies par une espèce de ver plat. Ce nouveau spécimen invasif a récemment été trouvé en Guadeloupe et en Martinique. Selon une étude parue ce lundi 9 novembre dans la revue PeerJ, ces vers représentent une menace potentielle pour la biodiversité.
 
L’espèce en question, l'Amaga expatria, a une taille imposante qui oscille entre 12 à 15 cm. Ces vers plats ressemblent à une banane coupée dans le sens de la longueur. L’espèce avait été décrite pour la première fois en 2005 à partir de deux spécimens trouvés dans les Bermudes. L’espèce venait "probablement d'Amérique du Sud. C'était un 'alien' aux Bermudes", raconte à l'AFP Jean-Lou Justine, professeur au Muséum national d'histoire naturelle, qui a dirigé l'étude.
Depuis 2005, personne n’avait plus entendu parler de l’Amaga expatria. C’est une initiative de sciences participatives qui a permis de repérer l’espèce 20 fois en Guadeloupe et en Martinique. Dans des jardins ou lors de sorties en forêt, des passionnés de science naturelle ont ramassé “des vers bizarres” avant d’envoyer des photos et des spécimens au laboratoire du Muséum. 

Des techniques moléculaires ont permis de caractériser le génome mitochondrial de l'espèce et montré qu'il s'agissait bien de la même que celle décrite dans les Bermudes.
 
Comment ces vers plats ont-ils pu débarquer sur ces îles ? Le vecteur probable est le transport de plantes. "Quelqu'un, en Amérique du Sud, a sans doute envoyé un pot de fleurs habité par cette espèce sur une île des Antilles, puis elle s'est répandue", suggère le zoologiste. Grâce aux études moléculaires, on connaît ses proies : les vers de terre et un petit escargot local, le Bulime octoné. En tant que prédateur des animaux du sol, l’Amaga expatria représente donc une éventuelle menace pour la biodiversité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Antilles Environnement Biodiversite
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants