2 min de lecture Ça se passe chez moi

Embres-et-Castelmaure : "Nous sommes dans une des dernières régions sauvages de France", dit un vigneron

EN IMAGES - À Embres-et-Castelmaure, petit village des Hautes-Corbières de 150 habitants, on vit par la vigne et pour la vigne.

Bienvenue dans les vignes d'Embres-et-Castelmaure
Bienvenue dans les vignes d'Embres-et-Castelmaure Crédit : Patrick Téjéro
Patrick Tejero Journaliste RTL

Embres-et-Castelmaure, petit village de l'Aude, se situe à une vingtaine de kilomètres au-dessus des plages de Port-La-Nouvelle ou de Leucate. Mais c’est un autre monde. La localité est blottie au pied de falaises et bordés de coteaux vertigineux. Un paysage époustouflant, préservé par les vignerons de la cave coopérative.

>
Embres-et-Castelmaure : "Nous sommes dans une des dernières régions sauvages de France", dit un vigneron Crédit Média : Patrick Téjéro | Durée : | Date :

Ici, pas de machine à vendanger

Ici, ça ressemble à la Provence, ou peut-être à la Corse ou encore à la Toscane. L’horizon est barré par les falaises blondes et ocres, l’ancienne frontière du Royaume d’Aragon. L’écrin du village est une mosaïque d’enclos de vignes sauvés par les vignerons. "Pour les conserver, il n'y avait pas cinquante solutions : il fallait déjà donner une valeur ajoutée au vin, et surtout ne pas utiliser de machine à vendanger", explique Patrick de Marien, le président de la cave depuis vingt-sept ans. "On vendange donc tout à la main et à la comporte".

Patrick de Marien, président de la cave coopérative
Patrick de Marien, président de la cave coopérative Crédit : Patrick Téjéro

"Les parcelles très pentues et exploitées à la main sont payées au pied de façon à ce que le vigneron qui exploite la sienne y retrouve son compte et ait envie de la conserver plutôt que de la détruire", ajoute Patrick de Marien. Il faut laisser la voiture sur le parking de la cave coopérative. On y reviendra pour se désaltérer, et en ramener quelques souvenirs en bouteilles.

Il faut prendre les chemins au hasard, se lancer dans de douces ascensions, et s’extasier devant des ceps de vignes centenaires, ourlés de murs de pierres rehaussé des tamaris et de roseaux. "Ces vignes sont enracinées très profondément. Elles vont chercher vraiment la substance, la pierre, le schiste, le calcaire. C'est pour cela que l'on a des vins très minéraux, quelques fois un peu durs. Ca vient du terroir", raconte Patrick de Marien.

Vous avez dit coopérative ?
Vous avez dit coopérative ? Crédit : Patrick Téjéro
À lire aussi
Les correspondants RTL en région Ça se passe chez moi
Christophe Chevènement : "Je suis tombé amoureux de la pierre"

Le paysage est aussi beau que mystérieux. Comme toujours dans le coin, l’histoire se mélange à l’ésotérisme. Il y traîne des légendes et des trésors. Et l’on comprend pourquoi, en écoutant notre guide. "On a découvert des villages paléolithiques, mais aussi des villages juifs. Il y avait déjà l'Inquisition en Espagne, donc ils venaient se réfugier ici", professe Patrick de Marien. "On a découvert des mines romaines, mais aussi des tas de trucs (...). La vie était là il y a des dizaines de milliers d'années."

Des ciels fantastiques

Le compagnon inévitable de la ballade, c'est la Tramontane. "Ce vin porte le parfum de la vigne et de la garrigue. C'est une des dernières régions sauvages de France, et même d'Europe. Je crois que l'on représente un habitant au kilomètre carré. On est moins qu'au Burkina Faso", explique Patrick de Marien.

Il y a de quoi s'extasier devant des ceps de vignes centenaires
Il y a de quoi s'extasier devant des ceps de vignes centenaires Crédit : Patrick Téjéro

Son coin préféré, c’est sa plus jeune vigne, blottie au cœur de la bien-nommée Vallée du Paradis. "Au fond de la vigne, il y a des amandiers, la rivière, un petit cabanon. On pourrait se trouver dans un tableau de Poussin, ou même de la Renaissance italienne avec ses cyprès. Les couleurs sont extraordinaires, elles changent en permanence, on a des ciels fantastiques. Mais, je ne me lasse jamais de regarder les ciels", concède-t-il. Jolie parole d’un travailleur de la terre...

Le logo des vignerons de Castelmaure
Le logo des vignerons de Castelmaure Crédit : Patrick Téjéro

Le château d’Aguilar

Il faut aller voir le château d’Aguilar, à une dizaine de kilomètres. Cette forteresse moyenâgeuse a une silhouette de décor de film d’aventure, sans oublier les vins du cru, fruités et puissants. Car sans les vignerons, ce formidable panorama n’existerait pas.

En savoir plus

- Le site des vignerons de Castelmaure
www.castelmaure.com

- L'association des sites du Pays Cathare

www.payscathare.org

- L'actualité dans les Corbières sauvages

www.corbieres-sauvages.com

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ça se passe chez moi Info Patrimoine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants