1 min de lecture Environnement

Les Bretons disent non à l'écotaxe poids lourds

REPORTAGE - De nombreuses opérations "escargots" ont été organisées samedi en Bretagne, notamment sur les voies express. Les cortèges protestaient contre l'écotaxe, en vigueur dès le 1er janvier prochain.

Les forces de l'ordre contrôlent un portique ecotaxe à Pont-de-Buis dans le Finistère
Les forces de l'ordre contrôlent un portique ecotaxe à Pont-de-Buis dans le Finistère Crédit : FRED TANNEAU / AFP
Nicolas Bauby, le correspondant RTL, en plein reportage
Nicolas Bauby Journaliste RTL

Des barrières anti-émeutes secouées, des voies express fermées, des portiques "écotaxe" sous haute-protections, un cortège dans chaque sens de circulation, jet d’œufs et de tomates contre grenade lacrymogène... La mobilisation et l'opposition à l'écotaxe se sont durcies, samedi 12 octobre, sur les routes bretonnes.

L'écotaxe va me coûter 350.000 euros à l'année. Alors si je veux survivre, il faut qu'on me la rembourse

Un patron
Partager la citation

Dans cette région, l'écotaxe est très mal perçue, notamment par les transporteurs et les filières agro-alimentaires. Interrogé au micro de RTL, à Pont-de-Buis-lès-Quimerc'h dans le Finistère, un patron fustige cette éco-redevance insupportable : "L'écotaxe va me coûter 350.000 euros à l'année, explique-t-il. Alors si je veux survivre, il faut qu'on me la rembourse... Autrement je ne serai plus là dans un an."

"Vous avez vu hier, témoigne un agriculteur, 860 salariés ont été virés, et après on nous met encore des taxes ?! C'est lamentable, c'est honteux. On travaille toute l'année, on trait nos vaches matin et soir. Et on va nous le taxer à chaque fois. Combien de temps ça peut durer ?"

La rédaction vous recommande

La crainte d'un "impôt déguisé"

Déléguée centrale du groupe Volaille/Doux, Nadine Hourmant est venue en voisine pour soutenir la cause des entreprises, mais aussi des consommateurs : "C'est encore un impôt qui est déguisé et qui pénalise d'abord les entreprises. Mais elle va aussi pénaliser les salariés qui travaillent dans ces boîtes-là. Cet impôt sera répercuté sur les consommateurs. Il y en a marre de payer."

À lire aussi
Le Quai de la Mégisserie à Paris le 13 septembre 2015. transports
Journée sans voitures à Paris : tout ce qu'il faut savoir

Après cette journée de manifestations, plusieurs portiques auraient déjà été sabotés. Les jours de celui de Pont-de-Buis sont comptés. L'écotaxe pour les poids lourds, qui devait entrer en vigueur le 1er octobre, est reportée au 1er janvier 2014.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Info Écologie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants