1 min de lecture Est

Drame d'Allinges : le président de la SNCF ne viendra pas au procès

Le procès des passages à niveau dangereux a commencé mercredi matin à Thonon-les-Bains. Toutes les familles des sept petits collégiens tués en 2008 dans un car scolaire, entré en collision avec un TER, sont présentes. La SNCF, Réseaux ferrés de France (RFF) et le chauffeur du bus sont dans le box face aux parties civiles. Le président de la SNCF Guillaume Pepy, qui devait être entendu mercredi, ne viendra pas témoigner.

L'accident avait coûté la vie à sept collégiens à Allinges en juin 2008
L'accident avait coûté la vie à sept collégiens à Allinges en juin 2008 Crédit : AFP / Archives, Jean-Pierre Clatot
Serge Pueyo et La rédaction de RTL

Pépy fera une "déclaration aux victimes"
Guillaume Pepy ne viendra pas témoigner, la SNCF étant représentée par sa directrice régionale Rhône-Alpes Josiane Beaud, a déclaré l'avocat à l'ouverture de l'audience. Il se manifestera par le biais d'une "déclaration aux victimes" lue par Mme Beaud, a ajouté Me Bertin, rappelant que le président de la SNCF, "lorsqu'il a eu connaissance de cet accident, s'est immédiatement rendu sur place".

Les parties civiles déçues
                                                                                                                                                                                                                                           Les avocats des parties civiles ont regretté cette décision. "J'espère, et derrière moi les familles des victimes, que ce qui a été annoncé peut être revu", a déclaré Me Denis Dreyfus, qui était à l'origine de la citation de M. Pepy comme témoin. "Si M. Pepy était cité, c'est que nous avions un certain nombre de questions précises" à lui poser, a-t-il ajouté, évoquant notamment "le retour d'expérience sur ce qui a été fait après cette catastrophe".

225 parties civiles
Le 2 juin 2008, un TER assurant la liaison entre Evian-les-Bains et Genève avait percuté un car scolaire en Haute-Savoie, tuant sept collégiens âgés de 11 à 13 ans et faisant 25 blessés. Un des accompagnateurs, profondément choqué par l'accident, se suicidera quelques temps plus tard. Le procès s'est ouvert mercredi matin au tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains avec le chauffeur de car, la SNCF et Réseau ferré de France (RFF) sur le banc des prévenus, poursuivis pour homicides involontaires et blessures involontaires. 225 parties civiles sont représentées.

A LIRE :
> Passages à niveau : où en est-on du plan de sécurisation ?
> Drame d'Allinges : Joanna, rescapée de la collision, témoigne

Lire la suite
Est SNCF Accident
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants