1 min de lecture Info

Don d'organes : "Avant sa mort, ma fille avait évoqué sa volonté d'y recourir", témoigne Julie

TÉMOIGNAGE - La fille de Julie, décédée il y a huit mois, avait pris sa carte de donneur d'organes peu avant avant sa mort. Sa mère, qui ignorait cette démarche, exprime son émotion.

Photo d'une carte de donneur prise le 23 juillet 2007 à Caen sur un stand d'information concernant les dons d'organes
Photo d'une carte de donneur prise le 23 juillet 2007 à Caen sur un stand d'information concernant les dons d'organes Crédit : AFP / Archives, Mychèle Daniau
Stéphane Carpentier
Stéphane Carpentier

Ce 17 octobre 2013, c'est la Journée mondiale du don d'organes et de la greffe. Julie, qui habite Versailles, a appelé RTL tôt jeudi matin pour livrer un témoignage empreint d'émotion à propos de sa fille de 36 ans, décédée il y a huit mois.

Témoignage poignant

"Nous n'étions pas prévenus que notre fille avait vraiment le désir de donner ses organes", raconte Julie, la voix chevrotante. "J'en avais vaguement parlé avec elle. Elle m'avait dit : 'Maman tu sais, le jour où je serai morte, ça n'aura plus aucune importance. On peut me prendre ce que l'on veut !'"

On aimerait savoir si les organes de ma fille sont restés en France

Julie
Partager la citation

"Quand elle est décédée, nous avons été un peu pris au dépourvu quand les médecins nous ont demandé s'ils pouvaient prélever les organes de notre enfant. On s'est tous concertés avec mes enfants, mon mari et deux amis présents. On a pris la décision de dire oui", poursuit Julie. Peu de temps après, la maman découvrait dans les affaires de sa fille la carte de donneur que celle-ci avait fait établir peu de temps avant sa mort.

Manque d'information

Julie avoue être taraudée "à longueur de journée" par une question : quels organes a-t-on prélevés à son enfant ? Selon elle, "on ne tient pas suffisamment les familles informées sur ce qui se passe". Elle aimerait aujourd'hui savoir ce que les médecins ont pris. "Bien sûr on ne peut pas savoir à qui cela a été donné, mais on aimerait seulement savoir si ses organes sont restés en France".

À lire aussi
Un hélicoptère de la gendarmerie (Illustration) drogue
Essonne : une tonne de résine de cannabis saisie

Malgré tout, Julie se dit "heureuse, parce que d'autres personnes vivent au travers de (sa) fille". Appelant les auditeurs à faire la démarche, elle avoue qu'elle est désormais prête à donner ses organes.

>
Dons organes : le témoignage poignant de Julie dans "RTL Petit Matin" Crédit Image : RTL | Crédit Média : Stéphane Carpentier | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Santé Témoignage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7765694144
Don d'organes : "Avant sa mort, ma fille avait évoqué sa volonté d'y recourir", témoigne Julie
Don d'organes : "Avant sa mort, ma fille avait évoqué sa volonté d'y recourir", témoigne Julie
TÉMOIGNAGE - La fille de Julie, décédée il y a huit mois, avait pris sa carte de donneur d'organes peu avant avant sa mort. Sa mère, qui ignorait cette démarche, exprime son émotion.
https://www.rtl.fr/actu/don-d-organes-avant-sa-mort-ma-fille-avait-evoque-sa-volonte-d-y-recourir-temoigne-julie-7765694144
2013-10-17 10:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/OC5Af7c_U4OOV_qLJwbvNw/330v220-2/online/image/2013/1017/7765694272_photo-d-une-carte-de-donneur-prise-le-23-juillet-2007-a-caen-sur-un-stand-d-information-concernant-les-dons-d-organes.jpg