1 min de lecture Santé

Déserts médicaux : le Sénat veut encadrer la liberté d'installation

C'est une proposition explosive : le Sénat voudrait sanctionner les médecins qui ouvrent un cabinet dans les régions déjà très pourvues en cabinets médicaux. Dans un rapport qui ne va pas manquer de faire du bruit, les élus suggèrent d'exclure de l'assurance-maladie ceux qui s'installent dans les zones surdotées. En d'autres termes, leurs patients ne seront pas remboursés par la sécu. Un projet qui sonne comme un sérieux coup d'arrêt à la liberté d'installation des médecins mais qui vise surtout à repeupler les déserts médicaux. Proposition provocatrice ou réaliste ? Michel Chassang, président de la Confédération des Syndicats Médicaux Français - le premier syndicat de médecins libéraux en France - était l'invité de "RTL Midi".

Un stéthoscope de médecin
Un stéthoscope de médecin Crédit : RelaxNews / ©Secret Garden Inc/shutterstock.com
Micro RTL
La rédaction de RTL Journalistes RTL

"Pacte territoire santé"

Ce document, rendu public à la veille d'un déplacement à Grenoble du Premier ministre sur la stratégie de santé du gouvernement, relance un sujet sensible. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a jusque-là rejeté les mesures coercitives, leur préférant des incitations à l'installation dans les "déserts médicaux". Elle a présenté douze mesures en ce sens en décembre, dans le cadre d'un "pacte territoire santé".

Mais selon le rapport du Sénat, l'accumulation de mesures incitatives "se traduit par une absence de lisibilité et par l'impossibilité d'une évaluation globale". D'où la recommandation, outre la clarification de ces mesures ou l'encouragement de la télémédecine, d'une série de dispositions de "régulation".

"Provocation"

À contre-courant de ce que prône le gouvernement, les 16 sénateurs, de tous bords politiques, recommandent d'étendre aux médecins le principe du conventionnement sélectif en fonction des zones d'installation, qui s'applique à d'autres professionnels de santé. Ils suggèrent également d'instaurer l'obligation, pour les spécialistes, d'exercer deux ans à la fin de leurs études dans les départements qui manquent de tels professionnels.

"C'est une véritable provocation", a estimé sur RTL Michel Chassang, président de la Confédération des syndicats médicaux. "La carence démographique que nous connaissons aujourd'hui (...) va se résorber dans les années qui viennent", a-t-il ajouté, estimant que le conventionnement sélectif prôné par les sénateurs "porterait atteinte très gravement à la médecine libérale".
Déserts médicaux : les annonces de Marisol Touraine




Lire la suite
Santé Médecine Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7757849289
Déserts médicaux : le Sénat veut encadrer la liberté d'installation
Déserts médicaux : le Sénat veut encadrer la liberté d'installation
C'est une proposition explosive : le Sénat voudrait sanctionner les médecins qui ouvrent un cabinet dans les régions déjà très pourvues en cabinets médicaux. Dans un rapport qui ne va pas manquer de faire du bruit, les élus suggèrent d'exclure de l'assurance-maladie ceux qui s'installent dans les zones surdotées. En d'autres termes, leurs patients ne seront pas remboursés par la sécu. Un projet qui sonne comme un sérieux coup d'arrêt à la liberté d'installation des médecins mais qui vise surtout à repeupler les déserts médicaux. Proposition provocatrice ou réaliste ? Michel Chassang, président de la Confédération des Syndicats Médicaux Français - le premier syndicat de médecins libéraux en France - était l'invité de "RTL Midi".
https://www.rtl.fr/actu/deserts-medicaux-le-senat-veut-encadrer-la-liberte-d-installation-7757849289
2013-02-07 13:13:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/4Xix7q-6olkGNvHi-ids8A/330v220-2/online/image/2012/0626/7750024387_un-stethoscope-de-medecin.jpg