2 min de lecture Salon de l'agriculture

Zones défavorisées : les conséquences d'une réforme pour nos paysans et nos régions

REPORTAGE - Depuis plus de trente ans, les subventions permettent aux agriculteurs des terres peu fertiles de vivre. L'Union européenne demande à la France de revoir la copie. Les paysans ne sont pas les seuls à monter au créneau.

Générique 1 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL
>
Zones défavorisées : les conséquences d'une réforme pour nos paysans et nos régions Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Raphaël Vantard et Loïc Farge

Emmanuel Macron reçoit un millier de jeunes agriculteurs ce jeudi 22 février à l'Élysée. De nombreux sujets sont sur la table, comme ces accords avec les pays du Mercosur qui menacent nos élevages. Autre point de crispation : la nouvelle carte des zones agricoles défavorisées.

Ce sont soit des terres montagneuses, soit des parcelles peu fertiles où les rendements sont faibles. Pour bien comprendre, direction le Loiret. Nous sommes à Pierrefitte-ès-Bois. Ses belles prairies bocageuse et ses petits vallons boueux séparés de haies pourraient servir de décor à une carte postale de la France des campagnes.

Thierry Gitton possède ici, avec deux associés, une ferme avec plus d'une centaine de vaches. Jusqu'à maintenant, il était dans une zone défavorisée. Il suffit de ramasser une poignée de sa terre pour vite comprendre pourquoi : elle est "en grande majorité argileuse, donc très humide et avec beaucoup de pierres dans les champs".

À lire aussi
Ce taureau de 920 kilos a été baptisé "Mbappé", lundi 16 juillet. Argentine
Argentine : un taureau baptisé "Mbappé" en hommage au joueur

Pour le moment, même si la carte du ministère de l'Agriculture n'est pas définitive, ces terres argileuses de Thierry ne sont plus considérées comme des zones défavorisées.

Des maires vendent leurs communes

Ne plus en être en zone défavorisée, cela veut dire énormément de subventions en moins et des exploitations agricoles qui se retrouvent sur le fil du rasoir. Restons avec Thierry. Cet éleveur et céréalier a fait ses comptes avec ses associés : si la carte reste inchangé, leur exploitation est clairement menacé. Comme lui, des centaines d'agriculteurs dans plus de 1.300 communes vont vivre sans cette aide.

La mobilisation dans certaines zones va au-delà des agriculteurs. Des élus et des commerçants montent au créneau. On a même vu des maires mettre en vente leur commune sur le site du Bon Coin. Ces élus estiment qu'en perdant un agriculteur, c'est sept à huit emplois qui sont menacés dans ces zones rurales.

Pour Sophie Auconie, députée UDI d'Indre-et-Loire, ces subventions des zones agricoles défavorisées n'aident pas seulement les agriculteurs : elles préservent l'équilibre de nos campagnes.

Réinvestir pour se convertir en bio

Il y a des agriculteurs gagnants dans ce redécoupage. Quelque 7.000 nouveaux exploitants devraient bénéficier d'aides. Une affirmation au conditionnel, parce que ces chiffres du ministère de l'Agriculture se basent sur le recensement agricole de 2010. Or les exploitations ont beaucoup changé depuis.

Pour tous ceux qui n'auront plus de subventions, le gouvernement promet des aides pendant deux ans. Après, il faudra changer de modèle économique, tenter de se convertir en bio pour avoir d'autres subventions.

Mais pour cela, il faut réinvestir. Beaucoup de ces agriculteurs le disent : déjà sur le fil du rasoir, ils préférons partir et fermer leur exploitation.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Salon de l'agriculture Société Union européenne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792374966
Zones défavorisées : les conséquences d'une réforme pour nos paysans et nos régions
Zones défavorisées : les conséquences d'une réforme pour nos paysans et nos régions
REPORTAGE - Depuis plus de trente ans, les subventions permettent aux agriculteurs des terres peu fertiles de vivre. L'Union européenne demande à la France de revoir la copie. Les paysans ne sont pas les seuls à monter au créneau.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/zones-defavorisees-les-consequences-d-une-reforme-pour-nos-paysans-et-nos-regions-7792374966
2018-02-22 11:32:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/WUph93RGsYuXZzM_nmWfXg/330v220-2/online/image/2018/0222/7792378716_un-tracteur-a-godewaersvelde-dans-le-nord-illustration.jpg