1 min de lecture Société

"Vive l'indemnité kilométrique vélo !", clame Nicolas Domenach

BILLET - Le député de La République En Marche du Maine-et-Loire Matthieu Orphelin et maire d'Angers Christophe Béchu (divers droite) viennent de lancer un appel aux grandes villes et entreprises pour qu'elles mettent en place une indemnité kilométrique vélo (IKV) en faveur de leurs salariés.

On n'est pas forcément d'accord
"Vive l'indemnité kilométrique vélo !", clame Nicolas Domenach
Crédit Média : RTLnet Crédit Image : Maxime Villalonga
Voir la suite

Allez hop, en selle ! Non seulement, cette affaire marche, mais elle roule ! Pourtant cette possibilité - qui existe déjà dans la loi - de payer des indemnités kilométriques aux cyclistes a jusqu'ici fait un flop : moins de 1% des salariés en bénéficient, alors qu'au Danemark c'est 25% et 36% aux Pays-Bas.

Vous me direz que, dans ces plats pays, les enfants naissent avec un vélo entre les jambes. Nous n'avons pas la même culture des deux roues. Mais ça vient. Le soleil se lève à l'Ouest, puisque l'appel de ces élus angevins à changer de braquets semble déjà entendu. Des grandes villes comme Nantes, Rennes et Saint-Nazaire ont pris leurs roues. Les entreprises de pointe suivent, offrant ce remboursement qui leur coûte peu (23 euros par salarié et par an) mais rapporte gros.

Selon Matthieu Orphelin, qui en connaît un rayon et a remis un rapport roulant au ministère des Transports, le déplacement à vélo présente les mêmes avantages que le sport en entreprise : moins d'arrêts maladie, moins d'accidents du travail, plus de productivité. Et, de surcroît, moins d'angoisse à cause des retards.

Certes, tout cycliste est appelé un jour ou l'autre à faire connaissance avec une portière de voiture. Mais celui-là fera moins d'accident cardiaque et se montrera d'une bien meilleure humeur en roulant à bicyclette.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés