1 min de lecture Transports

Un train nucléaire emprunte les voies du RER en secret

Une vingtaine de personnes, dont la dirigeante écologiste Cécile Duflot, ont dénoncé mardi à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) "l'opacité" entourant le passage en France d'un convoi de déchets nucléaires en provenance d'Italie. "Ces transports de déchets nucléaires en France dans le secret ne sont plus possibles", a déclaré la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) devant la gare de Villeneuve où le convoi venait de passer peu avant 06H00 en empruntant les rails du RER. "Les usagers (du RER, ndlr) ne peuvent pas imaginer une seule seconde voyager à côté de déchets nucléaires alors que c'est la réalité", a-t-elle ajouté, dans cette commune dont elle est maire-adjointe.

micro générique
La rédaction numérique de RTL

Selon le réseau Sortir du nucléaire, ce convoi ferroviaire qui se dirige vers la Hague (Manche) renferme 13 tonnes de déchets hautement radioactifs provenant du réacteur italien de Garigliano, mis à l'arrêt en 1982, et stockés depuis à Avogadro, dans le Piémont italien. "Ce qu'on demande, c'est une véritable transparence (...) Il doit y avoir une information de l'ensemble des autorités locales pour qu'on puisse savoir quand et pourquoi passent ces déchets nucléaires et quoi faire en cas de problème", a fait valoir Mme Duflot, tout en distribuant des tracts.

Lundi, des militants anti-nucléaire avaient déjà organisé une série d'actions le long du parcours de ce convoi qui a pour destination finale le site Areva de la Hague où les déchets doivent être retraités.

Selon l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), ce convoi a été soumis à une autorisation de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et ne pose pas "de gros problème".

Les combustibles qu'il transporte "sont très froids car il n'y a plus de réacteurs nucléaires (en Italie, ndlr) depuis au moins une vingtaine d'années",  selon Jérôme Joly, directeur de la sécurité des matières, transports et installations nucléaires à l'IRSN.

Selon l'association "Sortir du nucléaire", ce convoi ferroviaire renferme 13 tonnes de déchets hautement radioactifs provenant du réacteur italien de Garigliano, mis à l'arrêt en 1982. Un tel convoi n'a toutefois rien d'exceptionnel, assure de son côté Jérôme Joly, directeur de la sécurité des matières, transports et installations nucléaires à l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Lire la suite
Transports Paris Nucléaire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants