1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Un parasite menace les cerisiers du Japon
1 min de lecture

Un parasite menace les cerisiers du Japon

Si aucune mesure n'est prise, ces arbres emblématiques de l'archipel risquent de disparaître d'ici à quelques années.

Des cerisiers en fleurs au Japon (illustration)
Des cerisiers en fleurs au Japon (illustration)
Crédit : LORENVU/SIPA
Un parasite menace les cerisiers japonais
00:49
Camille Kaelblen & AFP

Alors que la saison des cerisiers en fleurs débute au Japon, un coléoptère vient jouer les trouble-fête. Selon plusieurs scientifiques, l'apparition de cet envahisseur représente une menace sérieuse pour ces arbres fruitiers, véritables symboles de l'archipel.

Son nom : le longicorne à col rouge (aromia bungi). Un parasite originaire de Chine, de Taïwan, du nord du Vietnam et de la péninsule coréenne. Long d'environ 3 ou 4 centimètres, il vit dans les cerisiers et les pruniers, qu'il dépouille de leur écorce pour en absorber l'eau. Une invasion qui peut s'avérer fatale puisque dans le pire des cas, le parasite finit par tuer l'arbre.

Mais comment s'est-il infiltré au Japon ? Selon les experts, probablement via l'importation de matériaux en bois. Aperçu pour la première fois en 2012 dans la préfecture d'Aichi (centre du pays), le coléoptère se rapproche désormais de Tokyo.

Enrayer la contagion le plus vite possible

Etsuko Shoda-Kagaya, chercheuse à l'Institut de recherche sur la sylviculture et les produits de la forêt, espère désormais que l'invasion sera rapidement prise en charge. "Si nous ne prenons pas de mesures, les dégâts pourraient être importants et nous risquons de ne plus pouvoir apprécier hanami [la contemplation des fleurs] dans quelques années", s'inquiète-t-elle.

À lire aussi

Pour enrayer la contagion, les chercheurs préconisent d'éliminer les larves du longicorne avec des pesticides et d'abattre les arbres sévèrement touchés pour sauver les autres.

Le Centre pour les sciences de l'environnement de Saitama (nord de Tokyo) a publié un guide pour aider à identifier et tuer ce parasite. "C'est important de travailler avec les habitants pour se débarrasser de cet insecte. [...] Je comprends que cela soit dur pour certaines personnes de couper des cerisiers, mais il est important d'agir avant que les dégâts ne se propagent", explique Etsuko Shoda-Kagaya.

En janvier 2018, le ministère de l'Environnement a officiellement classé le longicorne dans la liste des espèces étrangères invasives.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/