1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Syrie : "La France doit participer à ces opérations militaires", dit un opposant de Al-Assad
1 min de lecture

Syrie : "La France doit participer à ces opérations militaires", dit un opposant de Al-Assad

INVITÉ RTL - Fahad Al-Masri, coordinateur du Front de salut national syrien et ancien porte-parole de l'Armée syrienne libre revient sur les frappes américaines visant une base aérienne en Syrie.

Image de la US Navy lors de l'opération menée le 6 avril par les États-Unis
Image de la US Navy lors de l'opération menée le 6 avril par les États-Unis
Crédit : AFP
Le coordinateur du Front de national syrien:"La France doit participer à ces opérations militaires"
05:39
Syrie : "La France doit participer à ces opérations militaires", estime le coordinateur du Front de salut national syrien
05:39
Vincent Parizot & Christelle Rebière & La rédaction numérique de RTL

La réplique de Donald Trump à l'attaque chimique de mardi 4 avril imputée au régime de Bachar al-Assad en Syrie sur la ville de Khan Cheikhoun, tuant 86 personnes et faisant des centaines de blessés, ne surprend pas Fahad Al-Masri. "Le président Trump n'est pas comme les autres chefs d'État, il tient sa parole", estime le coordinateur du Front de salut national syrien et ancien porte-parole de l'Armée syrienne libre qui est réfugié en France depuis une vingtaine d'années.

"Cela fait six ans que le peuple syrien souffre et que la communauté internationale garde le silence", s'indigne Fahad Al-Masri. Pour lui, "tout le monde" a trahi le pays, "le comité", "les forces internationales" et "les pays arabes". Cette offensive du président américain est, selon lui, la preuve "que les États-Unis souhaitent faire leur retour au Proche-Orient". "La France doit aussi prendre sa place dans cette région, participer à ces opérations militaires", estime encore Fahad Al-Masri.

Les discussions "inutiles" de l'ONU

Le but d'une opération internationale d'envergure serait évidemment de renverser Bachar al-Assad mais également de mettre en place un conseil militaire transitoire et mettre fin aux discussions jugées "inutiles" par Fahad Al-Masri, de l'ONU à Genève. 

Par ailleurs, le coordinateur du Front de salut national syrien plaide pour la construction d'une force de dissuasion avec l'Égypte, la Jordanie ou encore l'Arabie saoudite "pour soutenir ce conseil militaire de transition". Lui, dit attendre "un engagement massif des Américains, une véritable déclaration de guerre contre le régime de Bachar al-Assad." 

À lire aussi

Alors que Vladimir Poutine a dénoncé une "agression" contre "un État souverain", Fahad Al-Masri ironise sur le blocage de la force internationale durant six ans, notamment à cause du veto posé par la Chine ou la Russie. "Les militaires russes et leurs alliés ne sont pas en Syrie pour manger du couscous". Pour lui, c'est bien "cette situation qui est une violation claire d'un État souverain". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/